10 feel-good movies pour égayer votre confinement

Le Pépère News vous propose aujourd’hui une liste de films qui rendent heureux pour vous occuper pendant le confinement. Parce que c’est bien beau d’avoir le temps de regarder des longs-métrages, mais passer trois heures à se disputer pour choisir un film et sortir déprimé parce qu’on a maté La liste de Schindler, c’est pas ce dont on a besoin en cette période.

St. Vincent (2014, 1h43)

Un petit garçon de douze ans qui passe ses journées seul se lie d’amitié avec son voisin, vétéran bougon. Adepte de prostituées, d’alcool et de jeux, ce vieux grincheux interprété par Bill Murray n’a rien d’un saint au premier abord. C’est pourtant de cette manière qu’il sera finalement décrit par le petit garçon. Dans ce film dépeignant une Amérique moyenne typique, les deux personnages s’apprivoisent, s’entraident et se font du bien mutuellement. Ils passent par toutes les émotions et en ressortent plus forts, plus grands et surtout apaisés, tout comme le spectateur. Bien que le scénario soit classique, le casting est de qualité et les personnages finissent par dépasser les clichés auxquels on s’attendait.

Ce film est disponible sur Netflix et en VOD.

Les évadés (1994, 2h22)

En 1947, Andy Dufresne – interprété par Tim Robbins –, jeune banquier, est condamné à la prison à vie pour le meurtre de sa femme et de son amant. Emprisonné au centre pénitencier de Shawshank, il y fait la rencontre de Red – joué par Morgan Freeman –, avec qui il se lie d’amitié. Ce drame pénitencier raconte le quotidien d’Andy dans la prison la plus sévère du Maine, où violence et injustice règnent. Cependant, il raconte aussi comment le héros réussit à rendre la vie de ses camarades plus douce, en faisant preuve d’une grande intelligence, et dresse le portrait de personnages tous plus attachants les uns que les autres. Mention spéciale à la scène dans laquelle Andy s’enferme dans le bureau du directeur pour diffuser de la musique dans toute la prison. Du bonheur à l’état pur, pour le spectateur comme pour les prisonniers. Ce film est un véritable chef-d’œuvre du réalisateur Frank Darabont, qui donne le sourire du début à la fin, avec un joli happy end comme on les aime !

Ce film est disponible sur Netflix et en VOD.

Little Miss Sunshine (2006, 1h41)

Little Miss Sunshine, c’est l’histoire d’une famille un peu particulière : les Hoover. Le père tente de vendre son programme “Parcours vers le succès en neuf étapes”, la mère essaie tant bien que mal de s’occuper de son frère suicidaire sorti de l’hôpital pour une peine de cœur, le fils fait vœu de silence jusqu’à son entrée à la Air Force Academy et la fille, Olive, rêve de remporter un concours de beauté. Tout bascule le jour où Olive est sélectionnée pour remporter le titre de Little Miss Sunshine, lors d’un concours en Californie. Toute la famille embarque alors pour un road-trip jubilatoire et effréné de trois jours, dans un break Volkswagen rouillé.

Feel-good movie par excellence, l’aventure se transforme en un véritable voyage initiatique pour les membres de la famille. En plus d’être touchant, ce film est à mourir de rire. Véritable leçon de vie et cure de bonheur, on rit aux larmes. On se moque des personnages un peu loosers, des concours de beauté aux critères formatés qui transforment en femmes des petites filles, et d’une classe moyenne américaine obsédée par la réussite.

Ce film est disponible en VOD.

Forrest Gump (1994, 2h22)

Tout commence sur un banc. Forrest Gump – interprété par Tom Hanks –, au fil des personnes qui viennent s’asseoir sur son banc, va raconter son incroyable histoire, lui qui est pourtant si simple. D’un handicap physique – ses jambes ne fonctionnent pas bien –, il va être porté par sa meilleure amie d’enfance, et réussir à courir vite. Ce qui lui vaudra de nombreuses aventures, de nombreux métiers et des gratifications qui nous font parcourir l’histoire américaine des années 1940 à la fin du XXème siècle. En tout cas, malgré ses troubles autistes qui l’excluent parfois de la réalité et des autres, Forrest Gump va réussir, en courant, à rassembler les gens et même à leur donner de l’espoir.

Ce film jongle entre rires, pleurs et émotion. Entre les répliques cultes – “Cours, Forrest, cours !” et “La vie c’est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber” –, la bande son, les événements historiques et les expériences personnelles de Forrest, vous allez vivre une longue aventure. Humaniste et poétique, ce film nous fait voir la vie, la société et l’Histoire américaines autrement.

Ce film est disponible sur Netflix et en VOD.

Captain Fantastic (2016, 1h58)

Au nord-ouest des États-Unis, dans une forêt reculée, vit une drôle de famille. Un père élève ses six enfants de toutes les tranches d’âges à vivre en harmonie avec la nature. Entre exercices physiques intenses, lectures pointilleuses et chasse, ce père se dévoue à tenir ses enfants hors d’une société capitaliste et inégalitaire. Cependant il se retrouve un jour obligé de quitter la forêt avec ses enfants pour aller aux funérailles de sa défunte épouse.

Ils se retrouvent tous confrontés à la société actuelle, avec ses jugements, son fonctionnement loin de la philosophie partagée dans la famille. Mais avec aussi sa réalité : en excluant ses enfants de la société, le père en a fait des bêtes de foire. Le sourire aux lèvres, on suit cette traversée initiatique pour ressortir grandi, traversé par l’amour entourant cette famille qui semble sortie des enfants perdus de Peter Pan. Une ode à la nature, à la joie, à l’amour.

Ce film est disponible en VOD.

Happiness Therapy (2012, 2h02)

Pat Solatano – joué par Bradley Cooper –, diagnostiqué bipolaire, a tout perdu : sa maison, son travail et sa femme. Il se retrouve contraint de déménager chez ses parents, qu’il a du mal à supporter. Au cours de ses nombreux joggings en sac poubelle, il rencontre Tiffany – interprétée par Jennifer Lawrence –, une femme bien moins optimiste que lui mais tout aussi brisée par la vie. Elle va accepter d’aider Pat à reconquérir sa femme s’il accepte d’être son duo pour un concours de danse.

Ces deux êtres atypiques, qui semblent aux antipodes l’un de l’autre, vont s’aider mutuellement à aller mieux, à réparer leurs plaies. Plus qu’une thérapie, c’est une réelle claque de bonheur que l’on se prend dans un film où la folie semble dominer. Multi-oscarisés, les acteurs sont surprenants et le film plus qu’original.

Ce film est disponible en VOD.

La Vie rêvée de Walter Mitty (2013, 1h54)

Walter Mitty est un homme ordinaire au quotidien banal. Il a un métier classique, travaille dans une grande entreprise – le magazine Life – où il est facile de passer inaperçu. Walter n’est pas vraiment malheureux, pas vraiment heureux non plus. Sauf quand il se perd dans ses pensées, lorsqu’il s’évade et se met à rêver éveillé. Et cela lui arrive tout le temps. Le problème de Walter, c’est qu’il passe son temps à rêver mais que dans la vraie vie, il ne fait rien d’extraordinaire. Il n’a même jamais mis les pieds hors des États-Unis.

Mais un événement inattendu va le chambouler, transformant sa réalité en un rêve. Le spectateur se retrouve embarqué dans un voyage aux décors somptueux dont on ne voudrait jamais revenir, notamment au travers de paysages islandais à couper le souffle. Sorte d’OVNI cinématographique aux allures oniriques et burlesques, ce film réalisé et interprété par Ben Stiller a illuminé le box-office en 2014. Il se démarque de tous les autres feel-good movies par son originalité, mais garde tout de même les recettes du bonheur : l’amour, le dépassement de soi et le dépaysement.

Ce film est disponible en VOD.

Will Hunting (1997, 2h06)

Will est pauvre et travaille en tant que balayeur au MIT. Il attire l’attention du professeur Lambeau après avoir résolu une équation de mathématiques très complexe. Mais Will est rebelle et indompté. Le professeur le fait sortir de prison pour qu’il travaille avec lui, avec comme seule condition qu’il bénéficie d’un suivi psychologique. Après plusieurs échecs, l’insolent jeune homme arrive enfin à se faire dompter par Sean Maguire – Robin Williams –, un vieil ami de Lambeau, devenu prof de psychologie.

Will Hunting, c’est le dur chemin pour s’extirper de sa classe sociale, penser autrement, faire des choix, notamment lorsque tout nous déplaît, tout nous révolte. Le message qui semble en ressortir est que tout est possible : il ne faut pas hésiter à sauter dans l’inconnu, à croire en soi même lorsque rien ne nous prédestinait à un tel futur. Ce film, réalisé et joué par Matt Damon et Ben Affleck, est un des grand films du XXème siècle et un espoir pour tous les jeunes défavorisés.

Ce film est disponible en VOD.

Boyhood (2014, 2h46)

Ce film, qui a la caractéristique d’avoir été tourné pendant 12 ans, chaque été, par le réalisateur Richard Linklater, retrace l’enfance et l’adolescence de Mason, pendant 12 années également. Un film qui vieillit donc en même temps que le petit garçon qui vit avec sa sœur et sa mère séparée. Entre déménagements, après-midi bowling avec son père, tendresse de sa mère, premiers amours, premières violences, ses amis, sa sœur, les grandes décisions, on se reconnaît en Mason et on grandit avec lui.

Par sa justesse, ce film nous offre une expérience incroyable de la temporalité. On en sort nouveau, vieilli, grandi, prêt à affronter la vie. Les expériences nous sont communes, mais relatées avec une grande humanité. Sans époque marquée, on se laisse aller dans cet espace métaphysique si bien encadré par le réalisateur, ce qui lui a valu l’Ours d’argent au Festival international du film de Berlin.

Ce film est disponible en VOD.

Un jour sans fin (1993, 1h41)

LE film spécial happy confinement. Un jour sans fin c’est l’histoire de Phil Connors, journaliste météo interprété par Bill Murray. Il se rend comme chaque année, et à son grand désarroi, couvrir le jour de la marmotte en Pennsylvanie. La marmotte, qui se nomme aussi Phil [NDLR : cette tradition existe vraiment en Pennsylvanie !], doit annoncer si l’hiver va encore durer longtemps. Phil, qui déteste cette marmotte, cette ville et ses collègues, est bien déçu de constater qu’une tempête de neige l’empêche de rentrer chez lui. Mais ce qui le surprend encore plus, c’est d’entendre le lendemain à la radio : “Debout les campeurs et haut les cœurs […] Croyez vous que Phil verra son ombre à son réveil ? Le Phil de Punxsutawney. Oui, le rongeur. C’est le JOUR DE LA MARMOTTE.” C’est encore le jour de la marmotte, et ça va encore l’être pour 12 395 jours, soit 33 ans (selon le site Whatculture qui a calculé le nombre de jours passés).

Bill Muray passe de la profonde détresse à la plus grande folie, jusqu’à partir en quête de l’amour en essayant de nombreuses fois de séduire sa collègue Rita – interprétée par Anti Macdewell –, en une journée toujours. Le confinement c’est aussi ça : une journée sans fin qui se répète tous les jours, sans qu’elle ne soit particulièrement palpitante. Le coronavirus c’est notre jour de la marmotte. Comme Phil nous devrions accepter la situation pour en faire quelque chose, pour évoluer, atteindre nos objectifs. Si Phil déteste cet endroit, il va s’y attacher et devenir pianiste, sculpteur de glace, danseur, sauveteur… À nous de trouver notre talent !

Ce film est disponible en VOD. 

Quelle est votre réaction ?
Excited
2
Happy
4
Hilarious
0
In Love
5
Not Sure
0
Sad
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page

Malgré un petit ralentissement estival, votre média étudiant vous accompagne au mieux !‬

‪Du 1er juillet au 16 août inclus, la rédaction part en vacances... MAIS vos "Rembobinages" hebdomadaires d’actu continuent sur Instagram et on vous promet de vous faire voyager à distance !

X