AFF : Notre Dame – Un conte pour rêver

C’est enfin l’ouverture de l’Arras Film Festival 2019 ! Cette année, le cinquième film de Valérie Donzelli, Notre Dame, a été proposé en film d’ouverture. Il raconte l’histoire de Maud Crayon (Valérie Donzelli), une architecte embauchée pour réaménager le parvis de Notre-Dame. Mêler cette lourde mission à une vie personnelle bouleversée ne s’avérera pas tâche facile.

 Je dois dire d’abord que, lorsqu’on ne sait pas dans quoi on plonge, le début peut être énervant. En tout cas, il m’a énervé. Un jeu d’acteur plus qu’approximatif rendant les personnages insupportables, une mise en scène banale (et même peu inspirée), une histoire qu’on ne saisit pas trop… Tout ça commençait à faire poindre chez moi de gros doutes quant à ma capacité à apprécier ce film. Puis un événement survint. Un événement fabuleux, fantastique (dans le sens biblique du terme) qui rend sens à l’ensemble de toutes ces approximations.

Un conte moderne

Nous ne sommes pas dans une histoire lambda mais dans un conte. Un conte moderne, certes, mais qui garde tous les aspects et rouages d’un conte antique. Les personnages, caricaturaux, fonctionnels, ne sont plus des défauts mais une nécessité pour recréer cette atmosphère unique. Une fois que cette nature explose, on apprécie de voir les éléments virevolter.

Sur le décor de Paris Valérie Donzelli ajoute :

“C’est une déclaration d’amour à cette ville magnifique où je rêve d’habiter depuis toute petite. Cependant, depuis quelques années, je trouve que Paris a changé. Elle est devenue plus dure, plus anxiogène. Je voulais représenter ça dans mon film.”

Mais quel plaisir de revoir Notre-Dame si belle ! – Image tirée de la bande-annonce du film.

Mais justement, ce film, de quoi parle-t-il réellement ? D’architecture ? D’art ? De rêve ? De sentiments ? Des médias ? Eh bien, un peu tout cela à la fois. Comme dans les fables de la Fontaine, Valérie Donzelli prend ses personnages avec tendresse pour dresser un ensemble de critiques sur notre époque. Critiques à la fois de l’effet médiatique, du journalisme mais aussi des sentiments amoureux et de leurs contradictions.

La réalisatrice confie :

“Je voulais également parler de la notion de changement. Montrer la difficulté pour l’être humain de passer à d’autres choses et d’en abandonner certaines.”

Voir aussi

Quelques fausses notes

Cependant, c’est assez attendu par moment et il y a quelques longueurs (c’est dommage dans un film aussi court). La justification de la fable n’excuse pas tous ses travers. On regrette notamment une réalisation inégale, un grand nombre de faux raccords évitables ainsi qu’une mièvrerie dommageable (mais inévitable ce coup-ci). De plus, si les métaphores sont généralement pertinentes, on en retire, de temps en temps, un : “tout ça pour ça”. A trop vouloir brasser de thèmes on regrette qu’ils manquent tous un peu de profondeur. Un petit quelque chose supplémentaire qui aurait poussé la réflexion plus loin. C’est son plus gros défaut : le film manque cruellement de profondeur. Il est bien de dire des choses de façon originale, encore faudrait-il que ces choses soient originales.

Est-ce que la fable excuse tout ? Même le manque d’originalité ? – Image tirée de la bande-annonce du film.

La dystopie n’empêche pas la bonne humeur

Les personnages sont tellement attachants qu’on suit avec intérêt toutes leurs péripéties. Ce résultat est surtout dû à un humour maîtrisé et efficace, qui ne vient en aucun cas prendre le dessus des événements, le film gardant sa touche de sensibilité. Les personnages sont réussis au niveau de l’écriture, mais aussi au niveau du jeu. En effet, si je disais précédemment qu’ils n’étaient pas justes, je révise mon jugement après avoir terminé le film : ils s’inscrivent parfaitement dans sa démarche. Les comédiens arrivent à transmettre un tel amour pour leurs personnages, une telle sincérité enfantine, qu’il devient difficile de ne pas les apprécier. Mention spéciale à une Claude Perron survoltée à hurler de rire !

C’est donc une fable intelligente et sautillante qui saura parler aux rêveurs et penseurs (mais plus aux rêveurs quand même). Ça sort en France le 18 décembre 2019, alors allez le voir, rien que pour être témoin de sa singularité. Le Arras Film Festival est taillé pour ce genre de découverte. Impromptue, loin des films de cinéastes connus, des blockbusters tant attendus… On va le voir sans savoir à quoi s’attendre. Sans attentes ni à priori. De notre côté, l’aventure Arras Film Festival version 2019 ne fait que débuter !

Bande annonce :

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
1
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page