En lecture
Back in the Dogues #3 : 56 ans après, Lille soulève la Coupe de France (Losc-PSG 2011)

Back in the Dogues #3 : 56 ans après, Lille soulève la Coupe de France (Losc-PSG 2011)

Supporters de Lille

56 ans que Lille n’avait pas atteint la finale de la Coupe de France. Depuis leur cinquième titre en 1955, les Lillois ont été incapables de réitérer cette performance. Tout le contraire de l’adversaire du soir, le Paris Saint-Germain, tenant du titre depuis sa victoire contre l’AS Monaco l’année passée (1-0).

En ce 14 mai 2011, les Dogues avaient rendez-vous avec l’histoire. Au moment de se présenter face au PSG, le Losc avait repris son avance sur les deux Olympiques en tête de la Ligue 1. Première depuis décembre, assorti à une victoire contre Lorient (6-3),l’équipe avait ensuite connu une baisse de régime. Retour sur la première étape du fameux doublé des hommes de Rudi Garcia.

Des parcours différents

Courant avril, Lille avait abandonné son fauteuil de leader à l’OM en concédant une défaite et deux nuls. Depuis, les Nordistes se sont repris en enchaînant trois succès contre Arles-Avignon (5-0), Nancy (0-1) et Saint-Étienne (0-1). Côté parisien, on n’a pas réussi à préparer au mieux ce rendez-vous au Stade de France puisque les résultats sont moins bons depuis quelques matchs. Le futur nonuple champion de France est certes invaincu depuis près de 2 mois et toujours en course pour la qualification en Ligue des Champions, mais le club a laissé des points en cours de route avec des nuls contre Nancy (2-2) et Monaco (1-1). Qualifié suite à sa victoire 3-1 sur le terrain du SCO d’Angers, alors pensionnaire de Ligue 2, le PSG n’a rencontré qu’une équipe de l’élite durant son parcours : le RC Lens en 32e de finale pour une victoire 5-1. A l’inverse, le Losc s’est défait de Lorient (0-0, tab 5-3) puis de Nice en demi-finale (0-2).

L’expérience parisienne face à la fougue lilloise

Antoine Kombouaré et Rudi Garcia alignent des 11 classiques pour cette finale. Les Parisiens misent sur l’expérience de leurs internationaux Coupet, Camara, Makélélé et Giuly. La plupart des membres de l’effectif étaient présents lors du titre un an plus tôt. Sakho et Hoarau, qui avait marqué le but victorieux, étaient titulaires tout comme Nenê qui jouait alors pour le finaliste monégasque. Ceara à droite, Tiéné à gauche, Chantome au milieu et Bodmer en 10 complètent la feuille de match. En face, le Losc se présente en 4-3-3 avec Landreau dans les buts, lui qui a porté les couleurs du PSG jusqu’en 2009. De gauche à droite, Béria, Chedjou, Rami et Debuchy composent la ligne défensive. Devant elle, le capitaine Rio Mavuba veille en sentinelle en l’absence de Balmont. Enfin, Cabaye et Gueye sont chargés d’animer la transition et de servir le trident offensif Gervinho-Sow-Hazard. Sur le banc, le numéro 10 Ludovic Obraniak attend son heure.

45 premières minutes rythmées mais fermées

Pour Rudi Garcia, ce match est une “parenthèse” dans la lutte pour le titre. Toutefois, il promet d’être disputé. Devant un Stade de France plein, les deux équipes débutent fort. Tentant tour à tour des incursions dans la défense adverse, elles se montrent dangereuses. Au quart d’heure de jeu, le PSG obtient un coup franc dans l’axe à 28 mètres de la cage de Landreau. Le Français sauve son équipe en repoussant des pieds la puissante tentative du Brésilien Nenê, tel un gardien de hand. Moussa Sow lui répond cinq minutes plus tard d’une demi-volée à l’entrée de la surface qui passe de peu au-dessus de la cage parisienne. Le match est de plus en plus tendu en fin de première période, les deux équipes ayant conscience de l’enjeu. Avant de rentrer au vestiaire, Makélélé se plaint de l’adducteur. Blessé, il doit céder sa place et son brassard après la reprise.

Le Losc bousculé par les Parisiens

Si Lille a globalement maîtrisé le premier acte, Paris revient bien après la pause. Le pressing parisien paye et Landreau est gêné dans ses relances. A la 55e minute, Hoarau obtient un corner pour le PSG sur un enroulé. À la baguette sur tous les coups de pied arrêtés, Nenê est tout proche d’ouvrir le score en le tirant direct. Son corner rentrant, manqué par Mavuba et Rami, est trop court pour enlever la tentative du cadre. Il faut un nouvel arrêt décisif de Landreau qui repousse tant bien que mal pour éviter une ouverture du score parisienne. Le Losc est à la peine. Rudi Garcia tente de modifier l’animation offensive de son équipe en sortant Idrissa Gueye (60e). L’avant-centre Tulio de Melo le remplace, contraignant Sow à glisser à droite tandis qu’Hazard se replace au cœur du jeu. Avec ce changement, Garcia espère apporter le surnombre dans la défense parisienne et ainsi rééquilibrer les débats. Paris modifie également son schéma de jeu et continue de se montrer menaçant. À la 77e minute, un nouveau corner mal dégagé par la défense lilloise revient sur Chantome à l’entrée de la surface. Le futur lensois frappe fort à ras-de-terre mais voit une nouvelle fois Mickaël Landreau s’interposer.

La délivrance au bout du suspens

À 10 minutes de la fin du temps réglementaire, le score est toujours nul et vierge. Les Lillois sont dans le dur : Paris a réussi à installer le doute dans les têtes des Nordistes. Peu en vue, le meilleur buteur du championnat Moussa Sow cède sa place à Obraniak. Le Losc reprend immédiatement le contrôle du ballon et parvient à se procurer plusieurs actions. Alors que l’on s’apprête à entrer dans le temps additionnel, Siaka Tiéné écope d’un avertissement pour une faute sur Mathieu Debuchy très excentré côté droit. Obraniak s’empare du ballon pour tirer le coup franc de son pied gauche. Toute la défense parisienne est massée devant la cage de Coupet. Au coup de sifflet de l’arbitre, le Polonais frappe le coup franc directement alors que l’on s’attendait à ce qu’il envoie un centre dans la boîte. Le tir enroulé part haut. Coupet ne lève pas les bras, pensant que le ballon va passer au-dessus de la cage. Mais finalement il retombe et vient s’écraser sur le poteau… rentrant. Ouverture du score pour Lille ! 1-0 pour les Dogues !

Les 20 000 supporters du Losc présents dans le virage sud du Stade de France exultent. Les joueurs le savent, ils ont fait le plus dur alors qu’on semblait se diriger vers des prolongations. Les Parisiens se ruent à l’attaque pour tenter d’égaliser dans les ultimes instants mais cela les expose aux contres éclairs des flèches lilloises. Lancé en profondeur, Gervinho se présente seul face au gardien et tente de le crocheter pour s’offrir le chemin du but. Mais de nouveau fautif, Coupet lui plonge dans les pieds et le déséquilibre. Clément Turpin accorde un penalty. Debuchy manque son tir au but mais le PSG ne revient pas.

Lille remporte la Coupe de France 2011 ! 56 ans après, Rio Mavuba peut soulever le trophée. Le premier avant l’Hexagoal quelques semaines plus tard puisque Lille gagne également la Ligue 1 cette année. Le club validera d’ailleurs son quatrième titre de champion de France sur la pelouse du Parc des Princes contre… le Paris Saint-Germain.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre