En lecture
Benjamin Epps et Di-Meh en concert à l’Aéronef

Benjamin Epps et Di-Meh en concert à l’Aéronef

Concert aéronef Dimeh /Benjamin Epps

Vendredi 1er octobre, les deux rappeurs français Benjamin Epps et Di-Meh ont enflammé l’Aéronef de Lille dans le cadre de leurs tournées respectives. Le Pépère News s’est rendu sur place. Résultat : une belle prestation pour un public comblé !

Entre le old-school de Benjamin Epps et la trap de Di-Meh, le repas a été servi à l’Aéronef. Les fans de la première heure et les spectateurs venus découvrir le futur du rap français sont comblés. Le public arrive vers 20 heures, le temps de prendre une bière avant le show. Le DJ commence à mettre de l’ambiance dans la salle. Le concert démarre fort avec Benjamin Epps, rappant son premier EP Le futur, sorti en 2020, et son récent album Fantôme avec Chauffeur, sorti en 2021.

Une histoire de talent

Benjamin Epps est d’origine gabonaise et a grandi à Libreville. Il monte un duo en 2012 avec Syanur sous le nom de Kesstate. Puis, il change de nom et se lance dans des freestyles sur Instagram. Après plusieurs sons il sort finalement son premier EP Le Futur : un projet commun avec Le Chroniqueur Sale.

“J’ai aimé son évolution artistique, sa manière d’écrire, de poser sur des instrus et le message qu’il véhicule aussi” – Fan de Benjamin Epps

Sur une instrumentale mélancolique, Benjamin Epps enchaîne des morceaux profonds, comme “Tard le soir” relatant sa vie et les difficultés qu’il a dû traverser, et égo trip bien placé, comme dans “Plié en 5” ou encore “Goom”. Et le voilà qui met une ambiance de folie chez les fans venus en nombre écouter le jeune rappeur à la voix unique. Chacun y trouve son compte. Le public est venu vivre ses chansons et ses paroles. “J’ai aimé son évolution artistique, sa manière d’écrire, de poser sur des instrus et le message qu’il véhicule aussi”, explique un jeune d’origine gabonaise suivant le rappeur depuis ses débuts. Ce vendredi, une partie du public est venue pour découvrir les rappeurs à l’occasion de leur passage à Lille. L’autre a confirmé la qualité de sa playlist et vient voir de plus près à quoi ressemble la scène du rap français.

Concert aéronef Di-Meh /Benjamin Epps le premier octobre 2021. ©Etienne Diallo/Pépèrenews
Concert à l’Aéronef Di-Meh /Benjamin Epps le premier octobre 2021. ©Etienne Diallo / Pépère News

Une proximité avec le rappeur

Un rap old-school qui renouvelle le rap français, cela peut paraître contradictoire. Et pourtant, avec ses punchlines meurtrières et ses instrumentales à l’ancienne, Benjamin Epps permet à une nouvelle génération de goûter aux fruits défendus du rap New-Yorkais. “C’est les instrus à l’ancienne, c’est bien ramené au goût du jour”, nous dit un fan de ses fans.

Le contact de l’artiste avec son public est là, dans cette petite salle qu’est l’Aéronef. Notamment quand il fait monter un spectateur sur scène. Le jeune talent dévoué a pu poser son texte sur l’instrumentale d’un des grands titres du rappeur : “Blizzard” en featuring avec Vladimir Cauchemar. L’osmose s’est prolongée lorsqu’il est descendu dans la fosse.

L’arrivée de Di-Meh sur scène

Une pause de quinze minutes est nécessaire, le temps de recharger les verres et les batteries. Di-Meh débarque sur scène. Le rappeur suisse ne perd pas de temps pour retourner la salle. Son premier album Mektoub a su conquérir l’audience avec des sons comme “Turn up” ou encore “Let’s go”. Une playlist des plus intenses avec son lot de pogos à répétition. Un rap incisif avec des drops qui font oublier de respirer. Di-Meh sait également partager le micro lorsqu’il laisse la place à Kr Malsain, étoile montante de la scène parisienne qui enchaîne deux titres. “Ce que je préfère c’est l’interprétation, la puissance vocale, le côté technique”, déclare un jeune du public venu voir Di-Meh. Une salle conquise dans sa quête de sensations fortes, entre des sons comme “4×4 diplomatique” et des mouvements de foule version piscine à vague.

La soirée se termine avec un dernier son qui rend hommage à Népal. Le rappeur de 75ème Session, groupe mythique de la scène parisienne est décédé en 2019. Di-Meh interprête “Ennemis, Pt.2”, un son de l’album posthume de Népal Adios Bahamas. Le show se clôt sur une note émouvante : le public se tait quelques instants en honneur à la mémoire du fameux rappeur.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
8
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.