Blood Of Zeus, l’animé mythologique qui propose une histoire inédite

Affiche promotionnelle de Blood Of Zeus

Très attendu par le public, le premier animé mythologique original Netflix est sorti sur la plateforme le 27 octobre 2020. Créé par les frères Charley et Vlas Parlapanides, cette production américaine comporte huit épisodes d’une trentaine de minutes chacun. Mais alors, Netflix a-t-il été capable de s’éloigner de tout ce qui avait déjà été fait autour de la mythologie grecque et de surprendre le public ?

Attendu au tournant, Blood of Zeus ravit déjà les fans de mythologie grecque, d’animés, voire d’aucun des deux. Il convient donc à tous les goûts, mais pas à tous les âges ! Catégorisée “Pegi 16”, la série reste violente et assez gore : âmes sensibles s’abstenir, les réalisateurs ont été généreux en morts et en sang.

Une nouvelle histoire

Bien que passionnante pour beaucoup de monde, la mythologie grecque n’est que très peu représentée dans le monde des séries et du cinéma. Ainsi, depuis longtemps de nombreux fans demandaient la sortie d’une série sur ce thème. Netflix a donc répondu à cette demande avec cet animé.

Mais alors, le gros enjeu était de ne pas faire quelque chose de déjà-vu, un remake à la Percy Jackson ne serait évidemment pas passé. Même si au premier abord l’histoire d’un jeune homme malmené et exclu qui se découvre comme le fils d’un Dieu de l’Olympe devant sauver le monde correspond totalement à la trame principale de Percy Jackson, l’animé a tout de suite plu aux spectateurs par son approche nouvelle.

Dès l’ouverture de la série, le spectateur est averti qu’il va visionner l’histoire d’un conte “perdu” à travers les âges qui n’aurait jamais été transcrit. C’est l’annonce d’une histoire nouvelle, qui n’est pas déjà vue et revue. L’histoire se passe donc au cours de l’Antiquité et, au lieu de mettre en scène une légende mythologique bien connue, les frères Parlapanides ont décidé de créer un personnage totalement nouveau : Héron, un fils illégitime de Zeus (parmi beaucoup d’autres). Le but de son existence est de sauver le monde d’une armée démoniaque, dirigée par son demi-frère jumeau Séraphin dont il ne connait pas l’existence pendant un long moment. Héron et Séraphin sont nés en même temps de la même mère mais avec un père différent, Zeus pour Héron et le roi pour Séraphin : impossible dans la vie réelle mais pas dans la mythologie.

Blood of Zeus
Héron (personnage principal) à droite, Séraphin (son demi frère jumeau démoniaque) à gauche, Zeus au centre. © Netflix

On retrouve tout de même de nombreuses légendes mythologiques réelles, comme celle autour de nos pensées la nuit : les cauchemars sont envoyés par Phobétor qui se nourrit de nos plus grandes peurs, les illusions créées pour troubler et duper les mortels par le Maître des Illusions Phantasos, ou encore les visions de vérité envoyées par Morphée le dieu des songes pour nous rappeler ce que nous avions oublié. Ces légendes déjà bien existantes permettent de faire entrer cette histoire nouvelle dans la continuité de ce que l’on connaît déjà.

Aucun aspect n’a été oublié

Les personnages principaux féminins dans la série, même s’ils ne sont qu’au nombre de deux, inspirent la puissance et le respect. Héra est représentée comme une femme en colère qui fera tout pour arriver à ses fins, mais qui est respectée et crainte par tous. Alexia est une guerrière intelligente et déterminée qui parvient toujours à échapper à la mort grâce à ses multiples talents et compétences.

Déesse Héra dans l'animé mythologique Blood Of Zeus
Personnage d’Héra (reine des déesses) dans Blood Of Zeus. © Netflix

La palette de couleurs de chaque lieu est harmonieuse, travaillée et réfléchie. Les couleurs choisies font partie de cet univers et participent faire entrer le spectateur dans l’histoire. Aussi, la bande son correspond toujours aux actions qui se déroulent à l’écran et n’est jamais superflue. Elle transmet largement les émotions des protagonistes au spectateur, qui ne peut pas vraiment s’identifier à ces personnages surréalistes. Chaque aspect de l’histoire est travaillé et développé, ce qui permet de rentrer dans l’histoire sans avoir l’impression de l’avoir déjà entendue ou vue sous une autre forme.

Néanmoins, certains éléments clés de l’histoire peuvent être rapidement et facilement devinés, et la quantité impressionnante de morts et de sang tout au long de la série peut rester déroutante pour le spectateur.

Un accueil à la hauteur des attentes

Le public a très bien accueilli cet animé : heureusement car les espérances étaient très hautes. Depuis des années, des milliers de personnes demandaient une série ou bien un nouveau film sur le thème de la mythologie grecque. Les réactions sur Twitter ont été nombreuses et globalement positives, en France comme dans les autres pays.

Même si l’animé a aussi été critiqué (pour le moment sa note sur AlloCiné est seulement de 3,9/5 pour 98 votes), l’avis global en reste positif. Parfait pour ce début de confinement, cet animé est simple à comprendre, divertissant et prenant. Sur Twitter, on peut lire de nombreux commentaires très enthousiastes tels que “mini série d’animation superbe, mon dimanche pluvieux de confinée vous remercie”, “Blood of Zeus est juste une série animée incroyablement incroyable !“, ou encore “Blood Of Zeus : une claque visuelle“.

Malheureusement, comme le dit un internaute, c’était “lourd mais court”. Alors, à quand la saison 2 ?

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR