En lecture
Citron Coco, le jeu lillois qui cartonne

Citron Coco, le jeu lillois qui cartonne

Citron Coco est un jeu de cartes inventé par d’anciens étudiants lillois (Ugo, Justin, Nathan et Olivier). Adapté d’un jeu existant, ils l’ont amélioré afin de lui conférer un nouvel aspect. Revenons en détails sur l’histoire et la création de ce jeu de société avec Ugo, l’un des créateurs.

Non, Citron Coco ne fait pas référence à une pâtisserie fantaisie, mais à un cocktail. Le fondement du jeu est original mais pas souvent dévoilé. Alors qu’ils étaient dans un bar, les quatre créateurs ont fait découvrir à Justin, qui réclamait “quelque chose de fruité”, le cocktail citron coco. C’est ce moment de vie qui les a inspirés pour concevoir un univers fruité, pirate…

Le jeu a plusieurs qualités : la stratégie, la mémoire, la rapidité et bien entendu la coopération. C’est un jeu d’ambiance qui peut très bien se jouer entre amis ou en famille.

Aux origines du jeu, un long processus de création

Les mots “dutch”, “tamalou” ou “marmotte” vous sont peut-être familiers. C’est normal, ils désignent tous le même jeu et peuvent se jouer avec un simple set de cartes. L’idée de créer Citron Coco est apparue alors que les quatre jeunes ont pris l’habitude de jouer à ce jeu. Ils se sont vite rendus compte qu’il y manquait quelque chose : assez individuel et dépendant bien souvent du hasard. Ils ont ainsi décidé de le personnaliser : “on était à la bibliothèque universitaire ce jour-là, et on s’est dit qu’il serait bien de tenter le jeu en coopération“, explique Ugo.

“La création d’un jeu, c’est beaucoup d’améliorations, d’équilibrages, de tests.” – Ugo, créateur de Citron-Coco

En 2017, débute la création de Citron Coco en s’inspirant du dutch. Dans ce jeu, chaque joueur possède quatre cartes face cachée et ne doit regarder que deux cartes. Chaque personne pioche une carte et la regarde. Il faut ensuite défausser une carte de sa main. En partant de cette base, ils ont sans cesse amélioré le jeu, en rajoutant par exemple “des cartes qui permettraient de s’entraider“. Ugo ajoute qu’avec : “nos valeurs, on ne pouvait pas faire un jeu en solitaire“. De nombreux pouvoirs sont ajoutés, toujours dans un esprit de coopération puisque cela se joue en équipe (possibilité de jouer à deux également). Il ajoute : “La création d’un jeu, c’est beaucoup d’améliorations, d’équilibrages, de tests“. En résulte les valeurs défendues par l’équipe : “partage, communication, entraide, ouverture aux autres“. Grâce à l’aide d’amis graphistes et stylistes, les premières illustrations font leurs apparitions.

À la fin de leurs études, durant l’année 2019, ils participent à un projet de volontariat en Namibie, et décident de partir avec cinq exemplaires de leur première version. La population locale est invitée à tester le prototype. Les retours sont sans appel et réconfortent leur idée que “c’est une création, et non une amélioration“. Sur place, les cartes ont été améliorées et une cinquantaine de prototypes de la deuxième version sont imprimés. Tout est fait artisanalement : “on a tout découpé au cutter, toute l’auberge de jeunesse était recrutée“.

De retour en France, après son succès à l’étranger, la troisième version sort enfin en décembre 2019. Les améliorations continuent puisqu’une nouvelle boîte et de nouvelles règles voient le jour en décembre 2020. De même qu’à l’étranger, le jeu est très bien reçu en France.

Personnes en train de jouer au jeu Citron Coco
Personnes en train de jouer au Citron Coco © Félix Lebelle / Pépère News

Conception, fabrication et diffusion

Le projet est né alors que les jeunes étaient encore étudiants : “à ces âges, on a des questionnements sur nos vocations“, ajoute Ugo. Pour le projet global, il y a une division en deux entités. La première, c’est l’association : ASBNC (Association Solidaire pour le Bernhard NordKamp Center). Cette dernière a un but humanitaire. L’objectif principal est d’envoyer des services civiques dans un centre accueillant des jeunes habitant dans des quartiers défavorisés. Le financement est assuré par l’État, mais aussi par l’association grâce aux bénéfices du jeu. En parallèle, il y a une auto-entreprise, pour le côté administratif, mais Ugo a pour vocation de fonder prochainement la “société” Citron Coco.

Le jeu est conçu en auto édition pour avoir des marges de bénéfices plus grandes. C’est-à-dire que tout est réalisé par l’équipe et cela demande plus de travail : conception, charte graphique, communication, vente, diffusion, etc. C’est un choix, car “vivre du jeu de société, c’est très dur“. Au niveau de la fabrication, ils ont privilégié la fabrication française (notamment pour l’imprimeur).

Pour l’instant, le jeu est disponible dans quelques boutiques des Hauts-de-France, et aussi sur leur site en ligne.

Et la suite ?

L’histoire n’est pas finie. Le prochain objectif, à court et moyen terme, est de diffuser encore plus leur image et de se faire connaître. Des améliorations ou des extensions sont envisageables pour rajouter une touche d’humour supplémentaire au jeu.

À un plus long terme, l’envie de réaliser une application mobile est présente et l’équipe souhaite également créer des textiles, produits dérivés fabriqués au niveau local.

Passionné par ce monde, Ugo n’exclut pas de “créer sa propre maison d’édition de jeu de société”, même si “c’est très difficile“.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
7
J'ai hâte !
1
Joyeux
1
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.