En lecture
Démarrage réussi pour le LOSC en Europa League

Démarrage réussi pour le LOSC en Europa League

LOSC / Europa League

Accroché pendant près d’une heure, le LOSC a fini par venir à bout du Sparta Prague pour son entrée en Ligue Europa. Cette victoire, marquée par le triplé du Turc Yazici, permet aux hommes de Christophe Galtier de prendre la tête du groupe H.

Toujours invaincu en Ligue 1, le LOSC est également le seul club français à s’être imposé lors de cette première journée de phases de poule européenne. Et, puisqu’il fallait sauver l’honneur, autant le faire avec la manière. Par l’intermédiaire de Yazici (45e, 60e, 75e) et Ikoné (66), les Dogues ont fait plier le Sparta à quatre reprises, et continuent sur leur folle lancée.

Accrochés puis impériaux

Auteurs d’un démarrage pied au plancher, les Dogues ont tout de suite su se montrer agressifs, à l’image de la première incursion d’Ikoné dans la surface au bout de 30 secondes de jeu. Mais rapidement, les Lillois se font endormir. Peu inquiétés, ils peinent à se procurer des occasions et ne parviennent pas à mettre le pied sur le ballon malgré leur supériorité numérique depuis le carton rouge de Krejci (23e). Et puis, c’est l’étincelle. A la 45e minute,  Yusuf Yazici crochète aux 25 mètres  et envoie un missile dans la lucarne du malheureux Heca, qui ne peut que constater les dégâts. Le LOSC rentre aux vestiaires avec un avantage d’un but.

Mais alors que l’on pensait voir les Tchèques couler en seconde période, Dockal cueille les Dogues à froid. Idéalement servi dans la surface, le capitaine du Sparta égalise d’un plat du pied à bout portant dès la 46e. Pendant les dix minutes qui suivent la reprise, les hommes de Christophe Galtier sont malmenés par une vaillante équipe de Prague. Mais à la 60e, après un superbe mouvement offensif, Bradaric trouve Yazici au second poteau, qui redonne l’avantage aux Nordistes d’un coup de tête. Les Tchèques ne s’en relèveront pas. Décomplexés, les Lillois prennent l’ascendant sur leurs adversaires. Acculés par le pressing du LOSC, les Pragois commettent des erreurs à la relance et perdent le ballon de plus en plus bas. La sanction est immédiate : Ikoné (66e) puis Yazici (75e) scellent définitivement le sort de cette rencontre et mettent fin à une série de treize matchs européens sans victoire pour Lille.

David toujours muet, Yazici impressionne

C’était la soirée idéale pour se lancer. Après une performance médiocre face à Lens le week-end dernier, Jonathan David courait toujours derrière son premier but. Encore raté. Et pourtant, il semblait bien en jambe. Sa pointe de vitesse fait rapidement de terribles dégâts  dans le dos de la défense pragoise et, bien lancé dans l’axe, il provoque même la faute et l’expulsion de Krejci à la 23e minute. Mais il aura beau avoir presque tout bon dans le jeu, à l’image de son superbe enchaînement à la 59e minute, il ne parviendra jamais à conclure malgré d’énormes occasions (1e, 53e, 59e). C’est finalement une soirée frustrante pour le jeune canadien, remplacé à l’heure de jeu, à qui il n’aura manqué qu’un peu de confiance pour débloquer son compteur.

Tout l’inverse de Yusuf Yazici, qui a brillé pour sa première titularisation de la saison. Décisif à trois reprises, c’est lui qui permet au LOSC de mener à la pause, puis de relever la tête à l’heure de jeu. Capable de faire la différence tout seul, comme de distribuer les ballons dans le camp adverse, il aura été la plaque tournante de cette équipe. Son troisième but est à l’image de sa prestation : généreux au pressing et remarquablement adroit dans la finition. Impressionnant quand on sait que le Turc, qui devient le premier joueur du LOSC à inscrire un triplé en phase finale de coupe d’Europe, n’est même pas titulaire en championnat.

La force du collectif

Pourtant, même quand un joueur sort ainsi du lot, sa performance ne fait que mettre davantage en lumière la force collective du LOSC version 2020-2021. Galtier avait surpris sur la feuille de match, en décidant de se passer de Benjamin André (habituel capitaine) et Renato Sanches, pourtant tous deux en grande forme. Un choix que l’entraîneur lillois n’assimile nullement à une revue d’effectif. “En Ligue Europa, on ne fait pas tourner” avait-il d’ailleurs asséné la veille en conférence de presse. Interrogé sur le sujet avant le match par RMC Sport, le coach persiste et signe : “Lorsque vous avez Ikoné, international français, et Yazici, international turc sur le banc, je n’appelle pas ça faire tourner“. Et s’il y a bien une chose plus remarquable que la performance de son attaquant ce soir, c’est la profondeur de son effectif. Un atout que Christophe Galtier gère de main de maître, en prenant soin d’intégrer chaque joueur dans son collectif. Aujourd’hui, c’était le show Yazici, mais demain, ce sera peut-être au tour du jeune et prometteur Timothy Weah d’inscrire un triplé, et c’est cela qui rend le début de saison des Lillois encore plus impressionnant.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
5
J'ai hâte !
1
Joyeux
1
MDR
1
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
1
Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR