En lecture
ÉDITO – Conférence de François Hollande annulée : la fin justifie-t-elle les moyens ?

ÉDITO – Conférence de François Hollande annulée : la fin justifie-t-elle les moyens ?

Ce 12 novembre, l’ancien chef de l’État François Hollande devait tenir une conférence à la faculté de Droit de Lille 2. Problème, celle-ci a du être annulée en raison de l’envahissement par des manifestants de l’amphithéâtre où elle devait avoir lieu. Entre livres déchirés et méthode de revendication maladroite, cela peut-il encore être considéré comme légitime ?

François Hollande avait sans doute prévu un autre accueil à la Faculté de Droit de Lille. L’ancien président de la République entendait répondre à des questions dans un climat de respect. Perdu donc. Amphithéâtre envahi et livres de Hollande déchirés, cette notion semble bien avoir disparu.
Pourtant, les revendications (que l’on soit d’accord ou non) peuvent être considérées comme légitimes. C’est la démocratie, c’est la liberté d’expression. La liberté d’expression, c’est aussi le respect du discours des autres : on écoute ce qu’ils ont à dire. Alors oui, on peut haïr ce discours, oui on peut le réfuter mais si on empêche qu’il soit prononcé ce n’est plus la démocratie.

© Quentin Saison / Pépère News

Le plus attristant dans tout cela, c’est que de nombreux étudiants présents comptaient mettre François Hollande en difficulté avec des questions sur ce sujet. La réponse aurait sans doute été très intéressante. Pas de chance, l’ex Chef-d’État n’a pas eu l’occasion d’entendre les questions.
Après l’annulation de la conférence de Jean Lassalle en janvier 2019 suite à des revendications féministes, l’impossibilité de maintenir celle de Hollande pose une simple question : qui reviendra ? Qui acceptera de venir débattre avec les étudiants de l’université de Lille ? Qui prendra le risque de voir son image ternie par ce genre de débordement ?
La réponse semble malheureusement bien trop évidente. Personne.

Une attaque aux idées

Le principal problème semble être la question du respect. De François Hollande et de son déplacement bien sûr, des nombreux étudiants (1 000 environ) venus écouter mais aussi de toutes les personnes ayant travaillé à l’organisation de cette conférence.

Mais il est évident qu’en agissant de la sorte, les manifestants cherchent à s’attaquer à un symbole d’État. Le gouvernement, pointé du doigt par les revendicateurs pour son inaction, a-t-il quelque chose à voir avec une conférence de François Hollande ? Ce dernier est il responsable de la baisse des APL ? Certains affirment qu’il y aurait pensé, son gouvernement assure que non. Quoiqu’il en soit, c’est bien sous Emmanuel Macron que cette réforme a vu le jour.
Alors on vient, on déchire des livres. Si le livre peut être considéré comme un simple bout de papier ou du “matériel” pour certains, il reste le support d’idées, d’une façon de pensée qui doit être respectée. La liberté d’expression qu’on disait.

Voir aussi

Alors, chacun est libre de dire ce qu’il veut, oui. Mais la manière de le faire conditionne la capacité et la volonté des dirigeants à entendre les revendications.
Déchirer un livre et envahir un amphi n’est et ne sera jamais la meilleure des solutions. Le dialogue oui, ce genre de comportements non.

Pour être respecté, il faut commencer par être respectable.

Quelle est votre réaction ?
Excited
1
Happy
1
In Love
10
Not Sure
4
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page