En lecture
Elections de mi-mandat aux Etats-Unis #1 : C’est quoi ça ?

Elections de mi-mandat aux Etats-Unis #1 : C’est quoi ça ?

On nous en parle tous les jours, à chaque JT, dans tous les journaux : les élections de mi-mandat approchent à grand pas. Mossane et Marin ont donc décidé de s’y pencher de plus près avec une suite d’articles pour bien comprendre l’enjeu de ces élections.

Elles ont lieu tous les quatre ans, tous les premiers mardi de novembre, au milieu du mandat du Président américain, sont très importantes mais tout le monde s’en fout plus ou moins, hormis les petits vieux. L’équivalent chez nous en France des élections sénatoriales et législatives combinées.

Cette année, les Républicains sont évidemment majoritaires au Sénat et à la Chambre des représentants, les deux instances politiques principales aux Etats-Unis, suite à l’élection de Donald Trump aux présidentielles de 2016. Et c’est donc un tiers du Sénat (soit 33 sièges) et la totalité de la Chambre des Représentants qui seront remis en jeu cette année, et il se pourrait bien que l’opposition, c’est-à-dire les démocrates, l’emporte, comme la tradition le veut.

De l’espoir bleu chez les démocrates

Tout d’abord, la Chambre des Représentants a de grandes chances de tourner en faveur des démocrates. Actuellement composée de 240 républicains contre 195 démocrates, les démocrates ont donc besoin de 23 nouveaux sièges, pour être majoritaires. C’est beaucoup vous me direz, mais sur les 66 sièges qui seront laissés vacants par leurs occupants ne se représentant pas, 39 sont républicains, et ça ne s’est pas vu depuis 1930. De plus, la probabilité de réélection d’un candidat sortant est traditionnellement élevée. Pour le Sénat, cela ne sera pas la même histoire. Bien que proches de la majorité (49 démocrates contre 51 républicains), 9 des 35 sièges remis en jeu sont républicains, ce qui semble abordable pour les démocrates. Mais sur les 26 sièges démocrates remis en jeu, 10 proviennent d’états où Donald Trump est sorti en tête aux dernières présidentielles, ce qui offre donc peut-être trop de chances au républicains de rester majoritaires au Sénat. D’autant plus que celui-ci possède plus de pouvoirs que la chambre des représentants. Capable d’entamer une procédure visant à destituer le Président appelé “impeachment”, ou d’empêcher la nomination de juges d’instruction à la Cour Suprême, le Sénat est l’institution politique la plus importante aux États Unis. Un dernier enjeu : 36 des 50 états américains auront l’occasion d’élire un nouveau gouverneur, dont 28 sont actuellement républicains.

710610_3_55f2_le-senat-inflige-cette-semaine-un-deuxieme.jpg

Nous assistons donc à une véritable course à l’électorat où les démocrates doivent recueillir le plus grand nombre de votes pour empêcher le président Trump d’exercer sa politique et de faire passer des lois sur des enjeux divers et variés, tant au niveau économique, social ou politique.

Voir aussi

Et on parle même d’une vague bleue chez les démocrates, qui se veulent optimistes pour lutter face au pouvoir actuellement en place. En effet, diverses études, notamment par RealClears Politics, annoncent les démocrates vainqueurs de ces midterms. Cette victoire annoncée est entre autres favorisée par une multiplication des campagnes de publicité pour ces élections de mi-mandat. Cette hausse de la participation peut être aussi favorisée par les nombreux scandales dont Trump et son gouvernement sont accusés comme l’affaire Stormy Daniels ou plus récemment l’affaire Kavanaugh, qui a suscité de vives réactions. L’appel au vote se multiplie donc, notamment en cherchant à encourager les jeunes à se rendre aux urnes, et leur faire prendre conscience de leur devoir politique.

L’opposition vainqueur selon les premières estimations

C’est le parti démocrate que l’on annonce pour l’instant vainqueur de ces élections, mais ce ne sera sûrement pas assez pour empêcher le président Trump d’exercer sa politique comme il le souhaite. Toujours selon l’agence Real Clears Politics, 48% des électeurs devraient voter en faveur du parti démocrate contre 41% pour les républicains. Cependant, 13% des électeurs interrogés sont encore indécis et 10% savent d’ores et déjà qu’ils ne voteront pas. Cela semble insuffisant pour empêcher les démocrates de s’imposer. En effet, la Chambre des Représentants qui semblait promise aux démocrates devrait logiquement changer de bord. Mais c’est sans compter sur le Sénat, où les républicains devraient sans doute rester majoritaires suite aux dernières études de Real Clears Politics : 50 sièges sur 100 sont assurés aux républicains ou en très bonne voie contre 44 pour les démocrates, ce qui laisse encore 6 sièges vacants, sachant que les républicains n’en n’auront besoin que d’un seul pour conserver cette majorité.

Le 6 novembre prochain nous promet donc un tremblement de terre à la maison blanche, ou pas…

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page