En lecture
En Quête, l’exposition sur l’enquête photographique

En Quête, l’exposition sur l’enquête photographique

C. Fréger, exposition Mascarades et carnavals.

Du 10 septembre au 15 novembre, l’Institut pour la photographie, situé dans le Vieux-Lille, propose dix expositions articulées sur le thème de l’enquête photographique. Des événements et des ateliers sont également au programme durant ces trois mois.

L’Institut pour la photographie est un lieu d’échange et de création artistique qui ne se contente pas de montrer des images, mais recherche à impliquer le spectateur au-delà du simple regard qu’il peut porter. Ses expositions sont vivantes et participatives. Focus sur la nouvelle programmation de ce lieu.

En Quête de nouveaux points de vue

La recherche d’un regard nouveau sur la photographie et ce qu’elle peut apporter comme point de vue novateur et original sur les événements, la société, l’histoire ou le territoire, c’est ce que propose l’Institut pour la photographie dans cette nouvelle programmation. Pour cela, dix artistes collaborent au sein de l’exposition Mascarades et carnavals. Des photographies parfois très mises en scène, comme celles de Charles Fréger, aux clichés d’actualité pris sur le vif. Chaque artiste nous invite à prendre du recul sur ce que peut apporter la photographie en tant que témoin.

L’enquête de la photographie sur elle-même

Il n’est pas question ici de rechercher une vérité. La réalité de ces clichés les inscrit dans le témoignage d’une culture, d’un moment, d’un événement. En cela, ils nous permettent un regard neuf sur les manifestations proposées, et aussi sur le médium même qu’est la photographie : son rôle, ce qu’elle apporte, mais aussi ce qu’elle ne permet pas. Si les personnages masqués de la première exposition Mascarades et carnavals nous démasquent sur nos émotions et nos coutumes, cela interroge tout de même sur les limites du support, où le focus nous empêche toute exhaustivité.

Institut pour la photographie, exposition "Réalités données".
Institut pour la photographie, exposition Réalités données. © Sandra Bouillard / Pépère News

Un Institut à la programmation variée

Si l’Institut est avant tout consacré à la photographie, il ne se limite pas à ce médium. Des dessins sont exposés, et une partie importante du lieu est également consacrée au cinéma et au court métrage. L’agenda prévoit d’ailleurs régulièrement des séances de cinéma en plein air. Par ailleurs, la programmation propose, du mercredi au dimanche inclus, une exposition sur le dictateur de Charlie Chaplin avec la diffusion d’extraits et de photographies rares du tournage. On peut également retrouver la diffusion de courts métrages d’artistes indépendants, ainsi qu’une bibliothèque d’archives, ce qui multiplie les supports de l’exposition.

L’institut pour la photographie est un lieu de recherche et de culture depuis 2017. Celui-ci se présente comme un lieu pour la photographie dans toutes ses formes et ses représentations, encourageant l’expérimentation. Leur mission est plurielle : exposition, archives, transmission, édition mais également la programmation de bourses pour certains projets. Situé dans le vieux Lille, au 11 Rue de Thionville, il s’agit d’un ancien lycée, que la ville de Lille met gracieusement à disposition au titre de la diffusion et de l’expérimentation artistique. L’établissement dédie 3.000 m² à l’exposition, mais possède également un bar où il est possible de manger lors des événements proposés. Il peut s’agir de vernissages, de concerts ou de séances de cinéma en plein air. Le lieu possède également une ancienne bibliothèque dédiée aux archives.

exposition, photographie
L’exposition participative Si J’étais a permis aux amateurs d’art d’être exposés à l’Institut pour la photographie. © Sandra Bouillard / Pépère News

À ne pas manquer

L’Institut est ouvert durant ces trois mois gratuitement, avec réservation possible sur leur site. En plus des multiples événements proposés sur la programmation de l’Institut, il est possible de participer à l’exposition en proposant ses propres prises de vue. L’exposition Si J’étais met en avant des clichés définissant quelque chose d’important pour ceux qui les ont pris et diffusés. Un concours était à ce titre organisé sur Wipplay jusqu’au 30 mai, permettant de se définir par un paysage, un objet, ou un instant saisi. Il suffisait alors d’envoyer la photographie à l’Institut, qui se chargeait de la développer et de l’exposer au milieu des autres participants. Cette exposition participative nous encourage à être actif et non pas simple observateur de cette narration.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
2
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pépère News

GRATUIT
VOIR