En lecture
Européennes : le Parti animaliste “sur une phase ascendante”

Européennes : le Parti animaliste “sur une phase ascendante”

Loin des affrontements politiques en tout genre et de la course aux 5% synonymes de sièges au Parlement européen, de nombreuses petites listes, soutenues parfois par des partis pesant peu dans le paysage politique français, se sont présentées pour faire entendre leur voix.

Une de ces listes est sortie du lot : celle du Parti animaliste. Ce parti fondé en 2016 et qui entend “faire entrer la question animale en politique” s’est vu crédité d’un score remarquable de 2,17%. Un grand chez les petits ou un petit chez les grands ?

500.000 Français acquis à la cause animale

C’est peut-être anecdotique, mais c’est un fait qui mérite d’être souligné : la liste du Parti animaliste a réuni plus de voix que les listes menées par Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) et Florian Philippot (Les Patriotes) confondues. Comment expliquer que près de 500.000 Français aient donné leur voix pour la cause animale alors que la couverture médiatique de la campagne de cette liste a été quasiment inexistante ? Pour Virginie Chauchoy et Antoine Stathoulias, candidats locaux sur la liste du PA aux européennes, il s’agit d’une suite logique des choses : “Nous sommes sur la lancée de notre score d’1% obtenu aux dernières législatives. Nous sentions sur le terrain que ça montait. Ce n’est donc pas une surprise pour nous.

“nous ne sommes pas dans une démarche politique d’écraser les autres”

Pour eux, cet intérêt croissant des Français pour la cause animale est très lié à l’actualité : “Les Français sont de plus en plus scandalisés par les images qu’ils voient. Avec les différents scandales mis en lumière par L214, nous voyons la colère des gens sur les réseaux sociaux. En constatant cette indignation, il y a donc une certaine logique de recueillir ce score.”
Cette indignation a donc permis au jeune parti de recueillir 2,17% des suffrages aux élections européennes de 2019, talonnant des partis historiques et bien plus médiatisés comme le PCF ou l’UDI. Cependant, pour Virginie Chauchoy, pas question de rentrer en confrontation politique : “Nous ne sommes pas dans une démarche politique d’écraser les autres. Les résultats des autres listes, peu importe. Mais quand on voit que Florian Philippot a eu entre 10 et 15 heures de temps de parole à la télévision et que nous avons eu que quelques minutes, on réalise que ce qui compte, c’est bien le contenu du programme.

Voir aussi

Une présence renforcée dans les Hauts-de-France

Si à Lille la part de votant (2,09%) est assez proche du score national, le Parti animaliste a su mobiliser fortement un peu partout dans la région en obtenant 2,64% des suffrage dans les Hauts-de-France. Dans le Nord et le Pas-de-Calais, la liste menée par Hélène Thouy a réussi à recueillir 3,61% des suffrages à Boulogne-sur-Mer, 2,95% à Dunkerque ou encore 4,37% à Armentières. “Nous obtenons des bons scores dans le Nord-Pas-de-Calais, donc oui, notre campagne locale a pu être convaincante, continue Virginie Chauchoy. Mais dans un même temps, des endroits où nous ne sommes jamais allés ont fait de très bons scores. ” Le parti a également tenu à souligner que de nombreuses irrégularités ont été détectées dans des bureaux de vote, notamment du Pas-de-Calais.

Si le Parti animaliste n’enverra pas d’élu au Parlement européen, cette échéance électorale sonne tout de même comme une victoire mais aussi une confirmation pour le jeune parti. L’heure est au bilan, notamment financier, mais cette émergence de la défense de la cause animale ne fait que conforter les militants à poursuivre leur combat. Les futures élections municipales devraient permettre aux Français de continuer à découvrir ce parti. Et pourquoi pas à celles de Lille également ? La question reste ouverte…

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page