Formations hybrides, port du masque… Comment va s’organiser la rentrée à l’Université de Lille ?

Ce mercredi 1er juillet à 12h, le Président de l’Université de Lille, Jean-Christophe Camart, a organisé un live avec son équipe afin de répondre aux questions des étudiants sur l’organisation de la rentrée en septembre. Formations en présentiel ou à distance, mesures sanitaires, dates de reprise… On vous résume tout.

La rentrée se fera bel et bien : “Vous allez être physiquement convoqués à l’Université pour commencer votre année”, a rassuré la vice-présidente de la vie de campus Sandrine Rousseau. Jean-Christophe Camart l’assure, toutes les équipes sont mobilisées afin de préparer le plus en amont possible la rentrée, même si celle-ci “se profile avec un grand nombre d’incertitudes, car la situation sanitaire est très difficile à prévoir”.

Une rentrée échelonnée, mais une rentrée tout de même

Il va falloir s’attendre à des conditions bien différentes des années précédentes. Les rentrées s’échelonneront de septembre à début octobre. Le calendrier se fera en fonction des campus, des formations et des niveaux – priorité donnée aux premières années. Les bibliothèques universitaires, quant à elles, rouvriront fin août “en respectant les consignes sanitaires”, ce qui mettra fin au service de click and collect mis en place pendant la crise. Pour ce qui est des restaurants universitaires et des cafétérias, ils rouvriront aussi à la rentrée, probablement avec des mesures de distanciation, comme l’instauration d’un sens de circulation.

Les cours se feront “au maximum” en présentiel : “La capacité d’accueil sera modulée en fonction de l’évolution de la situation sanitaire.” Néanmoins, le système de “formation hybride” est celui qui a été adopté en attendant une potentielle amélioration de la situation. Ainsi, préparez-vous à assister à vos heures de cours à environ 50% en présentiel, 50% en distanciel. La distribution sera organisée selon les disciplines, la situation de santé des enseignants et les modalités propres à chaque formation.

Des consignes sanitaires strictes

“Nous comptons sur le civisme de chacun”, prévient Nicolas Postel, Premier vice-président en charge du pilotage. Le port du masque sera obligatoire dans les zones de circulation et lorsque la distanciation physique sera impossible – par exemple dans les salles de TD qui ne permettent pas le mètre de distance nécessaire. Une jauge de 50% d’élèves par salle sera instaurée, que ce soit dans les amphithéâtres ou dans les autres salles de cours. Chaque salle devra être équipée en gel hydroalcoolique ainsi qu’en produits sanitaires, mis à disposition des étudiants qui souhaiteraient nettoyer leur zone de travail.

Les activités et événements étudiants, associatifs, culturels et sportifs pourront pour la plupart être maintenus, quoique dans des conditions bien différentes. À une question concernant le déroulement des JIVÉ (Journées Immersion Vie Étudiante), Christophe Mondou, vice-président à l’innovation pédagogique, répond : “Ce ne sera pas organisé comme l’année dernière, mais la richesse des activités sera maintenue.” Tout en sachant que l’habituel village associatif ne sera pas faisable. Par ailleurs, les séjours à l’étranger de type Erasmus+ seront bien autorisés par l’Université. Ils dépendront néanmoins des établissements partenaires, parmi lesquels certains ont choisi de supprimer ces options.

“Nos missions premières sont la formation et la recherche.”– Jean-Christophe Camart, Président de l’Université de Lille

Des investissements coûteux pour respecter au maximum le principe “d’équité”

Avec la dématérialisation des cours, la précarité numérique doit devenir une problématique essentielle. Pour lutter contre les inégalités, l’Université n’a donc pas hésité à investir : en plus des deux millions d’euros dépensés pour l’organisation de la rentrée aux normes sanitaires, un million d’euro a été dévolu à la remise à niveau (pas encore commencée, cependant) des amphithéâtres, et plus de 500 000 euros ont été investis dans des aides aux étudiants précaires des résidences universitaires. Par ailleurs, la fac a procédé à l’achat d’un millier d’ordinateurs portables, prêtés sur dossier, qui pourront commencer à être distribués dès le mois de juillet. Un appel aux dons a aussi été lancé. Une aide à la connexion internet pourrait aussi être accordée sur critères sociaux. “Se voir est essentiel, nous mettons donc tout en œuvre pour pouvoir vous accueillir”, promet N. Postel.

Des incertitudes encore nombreuses et persistantes

Plusieurs aspects de l’organisation de la rentrée n’ont néanmoins pas encore été éclaircis, notamment au niveau de la retransmission des cours suivis à distance. En effet, l’Université est “encore en réflexion” sur l’outil technique : s’agirait-il de filmer les cours magistraux afin que les 50% d’élèves restés chez eux puissent les suivre en direct ? et si oui, via quel logiciel ? L’établissement penche pour le moment plutôt vers l’application Zoom, malgré les critiques qui la visent, notamment au niveau du traitement des données personnelles. Moodle devrait aussi prendre plus d’importance ; le but final est de faire en sorte que la plupart des enseignants soient accompagnés dans l’ouverture d’un cours sur la plateforme en ligne.

Le calendrier reste aussi flou, surtout pour les étudiants. “Un grand nombre d’informations vous seront communiquées”, les calendriers universitaires 2020-2021 des campus Pont de Bois et Cité scientifique devraient être mis en ligne “incessamment sous peu”, “dans les jours qui viennent”. Pour les inscriptions et ré-inscriptions, “on ne devrait normalement pas avoir à déroger au calendrier habituel”. Aucune date précise, donc.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
2
J'ai hâte !
2
Joyeux
0
MDR
2
Mmm...
22
Triste...
1
Wow !
1
Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR