En lecture
Formule 1 : Preview du Grand Prix d’Espagne

Formule 1 : Preview du Grand Prix d’Espagne

Ce week-end a lieu la 5ème manche du championnat du monde de Formule 1. Celle-ci se déroule en Espagne et plus précisément sur le circuit de Barcelone en Catalogne. L’occasion pour le Pépère News de vous offrir une présentation globale de la course ainsi que son contexte.

On s’attendait à un dimanche électrique et agité il y a deux semaines de cela pour le Grand Prix d’Azerbaïdjan. Ce fut finalement une journée plutôt calme, sans grosse collision et sans voiture de sécurité. Le gros du spectacle avait en réalité déjà eu lieu le samedi, les qualifications volant la vedette à la course en termes d’action et de rebondissements. Une séance de qualifications qui a de nouveau mis en exergue la faculté de Ferrari à prendre de mauvaises décisions et à flancher dans les moments qui comptent. Après l’interruption de la Q1, résultat du crash de Robert Kubica (Williams) au virage n°8, l’écurie de Maranello a tenté un coup de poker : lancer ses deux voitures en pneus mediums en Q2 afin de conserver un train de pneus softs intact en vue de la Q3. Le résultat ? Charles Leclerc est à son tour allé rendre visite aux rails de sécurité du virage 8 après avoir bloqué ses roues, entraînant une nouvelle interruption des qualifications. Mercedes n’en demandait pas tant : avec le retard accumulé au cours de la Q1 et de la Q2, la piste se refroidissait car la chaleur retombait à Bakou. Plus la température chutait, plus les performances des W10 s’amélioraient. Ainsi, Bottas et Hamilton ont pu s’emparer de la première ligne sur la grille de départ. Les deux hommes ont ensuite converti cet avantage le lendemain lors de la course en signant un nouveau doublé, le 4ème en autant de courses pour Mercedes cette saison. L’écurie de Brackley réalise donc le meilleur début de saison de l’histoire de la F1 grâce à cette nouvelle performance de haut vol. Charles Leclerc, parti 8ème sur la grille du fait de son embardée en Q2, a terminé 5ème mais aurait sans doute pu inquiéter un peu plus Max Verstappen pour la P4 si Ferrari avait décidé d’écourter son run en pneu mediums. Verstappen qui s’est une nouvelle fois glissé entre les deux Ferrari puisque Vettel a terminé 3ème. Dans le reste du peloton, les deux pilotes McLaren se sont classés dans les points et confirment la compétitivité de leur voiture. On retiendra également la remontée de Kimi Räikkönen qui a terminé à la 10ème place alors qu’il s’était élancé de la pitlane ou encore la jolie 6ème place de Sergio Pérez. Le Mexicain, décidément à l’aise sur la piste azérie, a su être opportuniste après l’abandon de Pierre Gasly pour cause de boîte de vitesses défaillante.

Les félicitations d’Hamilton pour Bottas après la pole du Finlandais à Bakou

Les enjeux à Barcelone :

  • Ricciardo et Renault, mariage raté ?

Les espoirs étaient grands. Peut-être trop. Daniel Ricciardo, fort de son expérience et de son talent incontesté, devait ramener Renault sur le devant de la scène. De son côté, le Losange affirmait avoir conçu une voiture à même de permettre à “Danny Ric” de s’exprimer pleinement. Manifestement, la R.S.19 n’est pas la monoplace annoncée à tel point qu’Helmut Marko (responsable de Red Bull, l’ancienne écurie de Ricciardo) ne s’est pas privé d’affirmer que l’Australien avait fait le mauvais choix en rejoignant l’équipe française et qu’il s’était sans doute laissé berner par les promesses d’Enstone. Toujours est-il que Renault et Ricciardo ont raté leur entame de saison. La nervosité semble gagner peu à peu le natif de Perth et sa performance sur le circuit de Montmelo sera à scruter de près. En cas de nouvelle contre-performance, Ricciardo pourrait bien commencer à envisager le divorce en vue de l’exercice 2020…

  • Grosjean, bis repetita

Le Français connaît un début d’exercice 2019 plus que complexe, à l’image de celui qu’il a vécu l’année dernière, puisqu’il n’a pour l’instant marqué aucun point à l’issue des quatre premières courses. Privé d’une belle 6ème place en Australie à cause d’une suspension capricieuse, contraint à l’abandon à Bahreïn et hors du coup en Chine et en Azerbaïdjan, l’ancien pilote Lotus est dans une spirale négative. Les performances de sa voiture n’y sont pas étrangères puisque Haas n’occupe que la 8ème place au championnat du monde des constructeurs. En 2018, Grosjean n’avait pas glané le moindre point lors des 8 premières courses de la saison avant de se reprendre en main, ce qui lui a permis de prolonger son aventure avec l’écurie américaine. Le Français aura donc à cœur de délivrer une performance solide sur la piste barcelonaise et de se racheter de sa performance espagnole de 2018, lui qui avait créé un énorme accrochage au virage 3, contraignant plusieurs monoplaces à l’abandon.

  • Duel royal chez Mercedes

Après un début de saison conjugué au plus-que-parfait, l’écurie de Brackley va certainement devoir gérer un nouveau paramètre : la rivalité naissante entre Lewis Hamilton et Valtteri Bottas. Si on attendait LH44 à ce niveau de performances, c’est bien VB77 qui surprend tout le monde par sa force mentale et sa vitesse après quatre courses. Après une saison 2018 à oublier, le “flying Finn” devance même son quintuple champion du monde de coéquipier d’un petit point au classement général des pilotes. Si ce joli bras de fer continue au fur et à mesure des week-ends, il saura rappeler quelques souvenirs à Mercedes et à Hamilton. En effet, le Britannique a traversé chez les flèches d’argent une période de bagarre intense pour la couronne mondiale avec son ex-coéquipier Nico Rosberg de 2014 à 2016. Entre déclarations polémiques, manœuvres musclées (en Catalogne déjà…) et rage de vaincre, les relations entre Rosberg (champion du monde en 2016) et Hamilton n’ont que rarement été au beau fixe. Cependant, Lewis semble entretenir une relation bien plus cordiale avec Bottas. Le duel entre le Britannique et le Finlandais s’annonce donc palpitant et il ne serait pas étonnant de voir ces deux-là une nouvelle fois au coude-à-coude à Barcelone.

Voir aussi

Le classement avant le GP d’Espagne :

  1. Valtteri Bottas (Mercedes), 87 points
  2. Lewis Hamilton (Mercedes), 86 points
  3. Sebastian Vettel (Ferrari), 52 points
  4. Max Verstappen (Red Bull), 51 points
  5. Charles Leclerc (Ferrari), 47 points

Le circuit :

S’il y a bien une piste qui n’a aucun secret pour les pilotes, c’est celle de Barcelone. Les voitures ont en effet déjà empilé les tours sur ce circuit à l’occasion des essais de pré-saison lors du mois de février. Les 16 virages (9 à droite, 7 à gauche) de ce tracé long de près de 4,7km sont donc bien connus des pilotes. Avec ses deux zones de DRS, la piste barcelonaise facilite les dépassements aux virages 1, à l’instar de la magnifique manœuvre de Vettel pour se glisser devant Bottas en 2017, et 10. De plus, la ligne de départ étant située relativement loin du premier virage, les pilotes pourront tenter d’obtenir une bonne aspiration dès l’extinction des feux en vue de grappiller des positions au freinage du virage 1 lors du premier tour. La pole position ne garantit jamais de virer en tête au premier virage, cela se vérifie encore plus à Barcelone. A noter l’aspect vallonné de cette piste qui force les pilotes à maintenir un bon niveau de traction afin d’éviter les têtes-à-queues dans les virages rapides : on pense à l’enchaînement des virages 7 et 8 ou à celui des courbes 11 et 12 par exemple. Comme toujours, certains virages sont exigeants avec les pneus (1, 3, 10, 12) et la préservation des gommes sera primordiale sur cette piste à la température généralement élevée.

L’édition 2018 :

  • Pole position : Hamilton en 1’16’’173
  • Podium : 1er : Hamilton (Mercedes) / 2nd : Bottas (Mercedes) / 3ème : Verstappen (Red Bull)
  • Meilleur tour en course : Ricciardo en 1’18’’441
Mercedes avait dominé le GP d’Espagne la saison passée en y réalisant un énième doublé

Les pronostics de la rédaction :

Léo : Je pense que le GP d’Espagne sera très serré et très indécis. En effet, Ferrari apparaît comme le favori logique étant donné son niveau de performance à Montmelo lors des essais de février. Mais le circuit propose des virages rapides, type de tracé convenant à Mercedes. Rajoutons par-dessus cela l’affection de Max Verstappen pour cette piste et le pronostic devient très compliqué ! Je vais tout de même miser sur une pole de Lewis Hamilton car il reste le pilote le plus à même de se sublimer sur un tour chrono. Au niveau de la course, je vois le Britannique conserver son avantage et s’imposer comme il a su le faire en 2014, 2017 et 2018. Derrière lui, j’ai tendance à penser que Vettel sera avantagé par les ingénieurs Ferrari (au détriment de Leclerc) et se classera second. Pour ce qui est de la dernière place sur le podium, je parie sur Max Verstappen qui pourrait bien profiter une nouvelle fois des stratégies en course “particulières” des Ferrari…

Thomas : Pour cette 5ème course de la saison, Ferrari dispose de nouvelles composantes motrices et aérodynamiques qui pourront sans doute les faire briller. Au vu des essais hivernaux, je pense que l’écurie de Maranello sera en mesure d’accrocher une nouvelle pole car le circuit lui correspond. Le facteur de la chaleur sera très important et devrait avantager Ferrari puisque la SF90 est très rapide lorsqu’il fait chaud (comme à Bahreïn). Je mise sur Charles Leclerc pour la pole : il me semble le plus rapide actuellement chez la Scuderia. Du côté de la course, il serait temps que Ferrari marque beaucoup de points sur les circuits où ils sont le plus à l’aise compte tenu de leur retard au classement des constructeurs. Je vois Leclerc gagner la première course de sa carrière devant Hamilton et Vettel.

Les horaires :

  • Qualifications : samedi, 15h
  • Course : dimanche, 15h10
Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page