En lecture
France – Pays de Galles : La désillusion

France – Pays de Galles : La désillusion

Les Bleus se sont inclinés, sous une pluie torrentielle, ce vendredi 1er février, 24-16 face aux Gallois au stade de France. Une défaite qui a de quoi nourrir des regrets. Retour sur le premier match du XV de France dans le tournoi des VI nations.

Le résumé du match

Ce match avait un parfum de revanche, en effet l’équipe de France s’était inclinée l’an passé à Cardiff 14 à 13 et les Gallois, troisième au classement mondial, étaient sur une série de 9 victoires consécutives.
Les joueurs de Jacques Brunel sont très bien rentrés dans ce match. Dès les premières minutes de jeu ils ont su garder la main sur le ballon et proposer des séquences offensives intéressantes malgré des conditions difficiles et une balle glissante. Dès la sixième minute de jeu, le XV de France concrétise sa domination avec une longue séquence de jeu et un superbe mouvement collectif conclu par Louis Picamoles. L’essai n’est pas transformé par Morgane Parra (5-0).
Les tricolores, bien au dessus des Gallois, imposent leur rythme de jeu. Même si cela n’est pas toujours concrétisé, comme la pénalité ratée par Morgane Parra à la 11ème minute de jeu.

Frayeur pour l’équipe de France après l’essai refusé au Pays de Galles (17e) suite à leur première animation offensive et à la percée de Liam Williams, l’arrière gallois qui résiste à 3 placages mais qui commet un en-avant au moment d’aplatir.
L’équipe de France, maîtrise et continue d’appuyer sur la défense galloise, à la 23ème minute, un mouvement offensif rapide et parfaitement exécuté est conclu par un essai en coin de l’ailier toulousain, Yohann Huguet. La transformation est ratée (10-0).
Les Bleus terminent brillamment la 1ère mi-temps grâce à une pénalité de Camille Lopez (13-0 ; 34e) et même par un drop de 40 mètres de l’ouvreur clermontois (16-0 ; 40e).

Icon Sport

L’équipe de France mène donc 16-0 à la mi-temps après un premier acte quasi parfait aussi bien offensivement que défensivement. À ce stade du match, on croit les Bleus intouchables mais comme le dit si bien l’expression, il faut se méfier du gallois qui dort.

 

En deuxième mi-temps, les Bleus montrent un tout autre visage, moins agressifs, ils subissent le jeu vif des Gallois. Dès la 46ème minute de jeu, les Gallois marquent un essai sur une percée de Josh Adams, conclu par le demi de mêlée du Cardiff Blues, Tomos Williams. L’essai est transformé par le n°10 Gareth Anscombe (16-7).
Le Pays de Galle a désormais la main sur le ballon et met une pression constante sur les joueurs de Jacques Brunel. Une pression qui se traduit à la 52ème minute de jeu par une boulette de Yohann Huguet qui laisse filer le ballon suite à un coup de pied gallois. Cette erreur profite à l’impitoyable Georges North qui inscrit à ce moment-là, son 35ème essai sous les couleurs galloises. L’essai est transformé (16-14).
Les gallois continuent d’asphyxier les bleus qui ratent des occasions, comme la pénalité ratée par Lopez (58e) suite à un bon travail de Lauret.

Les gallois ne ratent pas l’occasion de prendre l’avantage avec la pénalité de Dan Bigard (62e) entré à l’ouverture (16-17). Les tricolores repassent devant grâce à une pénalité de Camille Lopez obtenue suite à une mêlée enfoncée (19-17 ; 70e). La fin de match est extrêmement disputée, les deux équipes ont fait beaucoup de changements et la rentrée de la charnière galloise de référence – Gareth Davies, Dan Bigard – fait énormément de bien aux gallois et apporte beaucoup d’automatismes à la ligne arrière. Ce sont les gallois qui reprennent l’avantage suite à une interception et une course de 50 m de l’incontournable ailier, Georges North, l’essai est transformé (19-24 ; 72 e). Le match se termine avec des offensives des bleus, accrocheurs, mais qui n’aboutissent pas à cause de déchets dans la transmission et de fautes de mains. Le Pays de Galles s’impose donc 19-24 au stade de France face à une équipe tricolore qui a montré deux visages dans cette rencontre, une première mi-temps parfaitement maitrisée et une deuxième où elle a constamment subi la pression galloise et n’a pas su mettre en place ses automatismes.

(AP Photo/Christophe Ena)

Des performances individuelles intéressantes.

À l’image de l’équipe, les joueurs se sont surtout illustrés en première période. Louis Picamoles a réalisé une première mi-temps de classe mondiale, le 3ème ligne de Montpellier a été présent aussi bien offensivement qu’en défense. Il sera remplacé à la 71ème par le jeune Grégory Alldritt (22 ans) pour sa première sélection. Du côté clermontois, Wesley Fofana et Anthony Pénaud ont également su amener du dynamisme et de la vitesse dans la ligne arrière. Ils seront respectivement remplacés par Geoffrey Doumayrou et Gaël Fickou. Autre joueur de l’ASM, Arthur Iturria a également été solide en défense et important pour le pack tricolore. À noter également la première de Romain Ntamack (19 ans) qui n’a pas été dépassé par l’événement et a su proposer ses qualités d’agilité – passe sur un pas sur l’essai de Huguet – ou encore la bonne entrée de Félix Lambey (58e), le deuxième ligne du LOU qui a su apporter puissance et dynamisme.

Les secteurs à travailler.

 

Voir aussi

Les bleus n’ont pas été en réussite dans certains secteurs. Notamment, le jeu au pied avec trop de transformations et pénalités importantes manquées par les buteurs tricolores. Ensuite la mêlée française qui semblait favorite avec un pack très lourd a subi et a trop de fois été pénalisée.

Les bleus doivent désormais se concentrer sur leur deuxième match de ce tournoi face aux redoutables Anglais dimanche 10 février à 16h pour pouvoir espérer remonter dans le classement. La tâche ne sera pas facile, le XV de la rose s’étant imposé en Irlande 20-32.

Franck Fife/AFP

 

Gabriel Baldi

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page