En lecture
Gérald Darmanin continue d’être apprécié par les Tourquennois

Gérald Darmanin continue d’être apprécié par les Tourquennois

Gérald Darmanin au forum national des « Jeunes avec Macron » au Grand Palais de Lille, le 1er février 2020

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin est on ne peut plus controversé à l’échelle nationale. Cependant, en allant sonder les habitants de Tourcoing, nous avons pu constater que sa popularité n’a que très peu diminué.

Proximité avec ses administrés, politiques d’entretien des biens publics, lutte contre l’insécurité… Le locataire de Beauvau est-il l’un des plus illustres maires qu’aura connu Tourcoing ? C’est en tout cas ce que semblent penser les Tourquennois. Il laisse une ville métamorphosée à Doriane Bécue, nouvelle maire.

Un maire proche de sa population

Gérald Darmanin est quelqu’un de “très sociable, chaleureux, avenant” selon Jean*, ancien ouvrier du bâtiment et du textile. Moussa* affirme également que “Gérald Darmanin a rendu ce qui était impossible, possible, à 90% au cours de ses mandats”. Rachid Ghilmanou, 19 fois champion de France de lutte le compare même au mythique Gustave Dron ancien médecin, qui a ceint l’écharpe tricolore pendant vingt-cinq années (1899-1919 et 1925-1930). Jean le “regrette” en tant que maire. Il était disponible : “Lorsque nous avions un problème, c’était lui-même qui nous recevait et pas un de ses sous-fifres”, affirme Moussa, tout en critiquant implicitement son prédécesseur, Jean-Marie Vuylstecker (PS). Rachid Ghilmanou possède même le numéro de téléphone de l’élu.

Gérald Darmanin a rendu ce qui était impossible possible, à 90% au cours de ses mandats.” Moussa, habitant de Tourcoing

Les habitants satisfaits de l’entretien de la ville

De nombreuses rénovations ont été décidées par Gérald Darmanin. Parmi elles, la Grande Place de Tourcoing, actuellement en chantier, ou encore la rue de la Latte. En 2017, Jean y avait cassé le moteur de sa voiture. La raison ? Des pavés mouvants qui se relevaient au passage des automobilistes. Il a demandé des travaux et les a obtenus : “C’est un homme de parole”, insiste le retraité. Un sondage de l’Ifop, réalisé du 14 au 18 octobre 2016, sur un panel de 591 personnes inscrites sur les listes électorales de Tourcoing, démontre sa réussite au terme de deux ans et demi à la tête de la ville : 74% des habitants ont répondu favorablement concernant l’amélioration de “la propreté et de l’entretien de la ville”.

Un bilan jugé positif

Dans cette même enquête, l’Ifop met aussi en lumière la baisse de la criminalité dans la ville. En effet, 72% des Tourquennois reconnaissent que “la ville a changé”. La réhabilitation du quartier du Pont-Rompu y serait pour beaucoup dans cette réussite. Terres et Territoires y a ainsi construit dix maisons en location, la Société Régionale des Cités Jardins (SRCJ) a fait sortir de terre vingt habitations en location-accession et La Foncière va en bâtir une vingtaine en locatif privé.

En plus de cela, un pôle artisanal a été aménagé pour créer des emplois. Par la même occasion cela répond à “la forte demande des petites entreprises artisanales qui ne trouvent pas d’offres immobilières adaptées à leurs besoins”, selon l’établissement public d’aménagement et de restructuration des espaces commerciaux et artisanaux (EPARECA), en charge de la maîtrise d’ouvrage et la collectivité de Tourcoing, dans un communiqué.

Gérald Darmanin était à Lille pour apporter son soutien à Violette Spillebout, candidate LREM au Beffroi.
Gérald Darmanin est devenu maire de Tourcoing en 2014. © Pierre Bourgès / Pépère News

Doriane Bécue, dans la lignée de son prédécesseur

Dimanche 13 septembre, Doriane Bécue est devenue la première femme maire de Tourcoing. Elle était la directrice de campagne de Gérald Darmanin pour les municipales et plus récemment, adjointe chargée des affaires sociales. Désignée par 46 voix sur 53 au conseil municipal, elle a été plébiscitée. Cette élection met fin au cumul de mandats de Gérald Darmanin, qui aura duré près de deux mois. Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur n’a pas totalement quitté la ville. En effet, il est resté au conseil municipal : sa voix a donc pesé dans la balance pour élire D. Bécue.

Certains s’inquiètent de l’ombre tutélaire de son prédécesseur, ce qui pourrait faire d’elle une maire de façade. Quand d’autres comme Alexandre*, au contraire, estiment que la présence au conseil municipal de M. Darmanin n’est pas inconciliable avec une totale autonomie de l’élue. Effectivement, il est “important d’avoir de bons conseillers, surtout pour ses débuts”, selon lui. De plus, Alexandre dit avoir “voté pour une équipe, et non pas pour une personne”.

Des critiques persistent

Ces dernières années de grands progrès ont été effectués dans la troisième ville nordiste. Nonobstant, le centre manque de commerces, de grandes enseignes pour certains habitants. C’est ce qu’a mis en avant Marie*, salariée de l’entreprise française Webhelp : “Un Zara, et peut-être un Mango, permettraient d’attirer davantage de monde en ville, de la rendre plus vivante.”

Bien qu’il semble soutenu par la majorité des Tourquennois, les affaires de mœurs de G. Darmanin et son vocabulaire parfois extrémiste, lui ont attiré les foudres d’un bon nombre de Français, y compris au sein de la ville. Rappelons que le locataire de Beauvau reste visé par une information judiciaire pour viol, relancée en juin après une lutte procédurale, longue et âpre. Le mal est fait : “Pour moi, excusez-moi de l’expression, mais c’est un retourneur de capote !”, a fustigé Danièle*, habitante depuis plus de trente ans à Tourcoing.

*les prénoms ont été modifiés

Rédacteur(s)

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
6
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
1
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre