En lecture
Gilets jaunes : l’essor dramatique des « fake news »

Gilets jaunes : l’essor dramatique des « fake news »

Face à une mobilisation d’ampleur nationale, les médias sont plus mobilisés que jamais. Si les journalistes français tentent d’aborder le plus correctement possible le décryptage du mouvement, le développement des « fake-news » devient inquiétant. 

Des rumeurs intrinsèques au mouvement

Depuis « l’acte I » du 17 novembre, le mouvement des “gilets jaunes” fait la une des journaux français. Ainsi, toutes les rédactions nationales tentent de relater et d’analyser cet évènement pour le grand public. Cependant, de plus en plus de fausses informations – les fameuses « fake-news » – apparaissent, principalement sur les réseaux sociaux.
Des rumeurs, allant du policier déguisé en casseur à une suppression de la constitution française par Manuel Valls, prennent de l’ampleur chez certains “gilets jaunes.”


Partagée plus de 16 000 fois et visionnée plus de 730 000 fois, la vidéo réalisée par « N I N A » et publiée sur Twitter montre bien un policier se changer en civil. Problème, les policiers infiltrés (issus de la Brigade Anti-criminalité  (BAC)) sont présents à chaque manifestation. Ils ont pour vocation de faire remonter des informations relatives au mouvement à leurs supérieurs, et rien ne prouve qu’ils participent aux actions de destructions…

Une autre intox, provenant de Serge Petitdemange, nous informe sur la réforme Valls du 5 décembre 2016. Celle-ci aurait supprimé la Constitution française actuelle : Emmanuel Macron serait donc un président illégitime. Erreur. Ce décret prévoyait la création d’une inspection générale de la justice et avait été largement critiqué. Celui-ci étendait le champ d’action de cette commission à la Cour de cassation qui aurait été trop proche du gouvernement (article 2 de la réforme). Face à la fronde, cet article 2 avait été supprimé. Aucune trace donc de réforme constitutionnelle et encore moins de suppression de cette Constitution. Rappelons tout de même que toute réforme serait abrogée par le Conseil constitutionnel si elle était jugée anticonstitutionnelle.

Notons  que la liste des fake-news qui se répandent chez les “gilets-jaunes” ne se résume pas aux deux présentées précédemment.

Quand le monde politique s’en mêle

Inutile de penser que les fausses informations s’arrêtent aux réseaux sociaux et au mouvement lui-même.
En effet, et même si cela concerne l’action des  lycéens et donc pas directement celle des “gilets jaunes”, Gabriel Attal (secrétaire d’Etat à la jeunesse) a déclaré qu’un proviseur avait été « aspergé d’essence » par un élève. Propos démentis par le principal intéressé dans Le Progrès : « Il n’y a jamais eu volonté de me viser, j’ai reçu quelques gouttes d’essence dans ma chute. Ils se sont enfuis ensuite. Ce ne sont pas des élèves du lycée. »


Aux Etats-Unis, le mouvement peine à être perçu comme il le faudrait. En témoigne la matinale de FoxNews, chaîne préférée du président Donald Trump :

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=LHvxLo5AWSo&w=560&h=315]

Les journalistes attaquent le sujet en parlant de « François » Macron, président qui disposerait d’un mandat électoral de 6 ans. Ils continuent avec le principal problème des français : la fainéantise. Nous ne travaillons que 4 jours par semaine en prenant 3 heures de pause-déjeuner.
Enfin, le président américain véhicule lui aussi de fausses informations à travers son désormais célèbre compte Twitter :
les français ne souhaitent apparemment pas payer dans le but de « peut-être protéger l’environnement » en chantant « We Want Trump ».

Voir aussi

Heureusement pour nous, des journalistes de métier luttent contre ces fake-news à travers leurs services de “fact-checking.” C’est notamment le cas de Libération grâce à sa plateforme Checknews ou encore de l’AFP avec AFP Factuel.

Pour le mot de la fin, je citerai Fabrice Poisblaud : il est très important de vérifier la source de nos informations et de « dé-faker ».

 

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (1)

Répondre

Haut de la page