En lecture
GROW, évoluer dans un monde où les droits humains sont respectés

GROW, évoluer dans un monde où les droits humains sont respectés

grow think tank réunion président étudiant

Créé par deux étudiants lillois d’ESPOL il y a à peine quelques mois, Generation for Rights Over the World (GROW) est un think tank indépendant, riche d’une cinquantaine d’étudiants. Qu’ils viennent de Lille, d’Europe ou d’ailleurs, tous poursuivent la même ambition, voir advenir une société dans laquelle l’inégalité serait une ancienne réalité. 

Le domaine des droits humains ne manque pas de sources d’indignation. Les Ouïghours ont fait parler d’eux ces derniers temps, mais ils sont loin d’être la seule minorité discriminée. Les femmes, les homosexuels, les Rohingyas, les Noirs, pour ne citer qu’eux, sont autant d’autres exemples que l’on peut intégrer. Pour autant, ces disparités sont loin d’être le reflet de notre époque. De tout temps, la différence a été source de rejet et de violence. Et les conséquences, nous les connaissons : de 1941 à 1945, six millions de Juifs ont été tués. Cet exemple, qui reste le plus éloquent, a souvent trouvé comme résonance la réponse du “plus jamais”. Tout ça, pour que tout recommence après. Les époques et les mentalités évoluent mais c’est comme “tout changer pour que rien ne change”, pour citer Guiseppe Tommasi di Lampedusa.

L’idée est bien de réaliser que ces inégalités sont toujours à l’œuvre aujourd’hui et sont loin d’appartenir uniquement à un passé révolu. Beaucoup de progrès restent à produire et c’est justement la raison de vivre de GROW. Né en plein confinement sous l’initiative de Marie Chapot et Vincent Lefebvre, ce think tank étudiant entend bien participer à l’élaboration d’un avenir meilleur où l’égalité de tous et toutes serait garantie.

Un think tank, c’est quoi ?

À l’origine, il existait au sein des partis politiques des personnes chargées de développer les idées. Cependant, pour des raisons budgétaires, on s’en est séparé. C’est alors que des experts ont décidé de se réunir pour échanger et développer des réflexions afin de continuer à produire des idées. Le think tank était né.

réunion think tank grow étudiant
Réunion entre les membres de GROW. © Chloé Chapot

Il s’agit donc d’un groupe de réflexion qui se donne pour objet de produire du savoir, de réfléchir sur des enjeux et de trouver des solutions à certaines problématiques dans l’idée d’améliorer la société. Pour ce faire, leur moyen d’action se résume essentiellement à faire pression sur les institutions pour tenter d’avoir un impact sur les lois votées.

Bien qu’il s’agisse d’une structure indépendante de l’État, un think tank peut être financé par des partis politiques, par exemple. À ce sujet, GROW revendique sa pleine indépendance arguant de l’impossibilité de se limiter pour défendre les droits humains avec objectivité.

L’action par la sensibilisation

Un autre point sur lequel GROW se distingue des think tanks traditionnels est le mode d’action qu’ils ont privilégié. Persuadés que le changement doit d’abord provenir de la société, ils se mobilisent activement pour sensibiliser et informer tout un chacun.

Concrètement, l’association se divise en plusieurs pôles qui se donnent chacun pour mission d’apporter un éclairage sur une problématique en lien avec les droits humains. On retrouve un pôle communication, qui alimente régulièrement la page Instagram et s’occupe de la gestion du site.

article capture site peine de mort
Extrait d’un article sur la peine de mort en Iran de Vincent Lefebvre, Jeanne Pavard, Martin Pavard & Marion Sanchez. © GROW

Un pôle juridique vient compléter les articles d’information par une partie axée sur le droit. “Si on pose un problème, on démontre par le droit pourquoi c’est un problème”, explique Vincent. De même, dès qu’une loi est votée, il se charge de la décrypter. Le pôle culture se donne pour mission d’appréhender les droits humains de manière divertissante. Il multiplie ainsi les recommandations culturelles. Et un pôle évènement projette d’organiser des conférences, des débats et des colloques.

Que l’on visionne un film, qu’on lise un article, qu’on scrolle Instagram, peu importe l’approche choisie, le but est de vulgariser l’information afin que chacun et chacune puisse se saisir de ces questions et amorcer une réflexion en ce sens.

Le progrès par la jeunesse

Certes, GROW consacre une majeure partie de son travail à la sensibilisation mais il ne perd pas de vue son ambition. En tant que think tank, il tente, dans chacun de ses articles, de trouver des solutions et prévoit de constituer à terme des rapports qu’il soumettra aux institutions. Ces rapports peuvent, par exemple, porter sur la nécessité de préciser un terme dans certains textes de loi afin de clarifier son contenu et le rendre compréhensible par tous et toutes.

“Vu qu’on est jeunes, on a aussi des choses à apporter.” De cela, Marie et Vincent sont convaincus. Dans les droits humains comme dans n’importe quel domaine, la jeunesse sera, selon eux, l’actrice principale de la pellicule du changement et du progrès.

Ils ont fait le choix de n’inclure que des étudiants au sein du think tank, bien que n’importe qui peut proposer d’écrire pour l’association. Conscients des différences de visions, propres à chaque génération, ils expliquent cette décision : “Il y a beaucoup d’enjeux au niveau des droits humains qui ont évolué avec les générations et il y a des différences de pensée qui ne sont pas forcément appréciables.” À cela, s’ajoute une envie débordante d’apprendre ensemble.

“Vu qu’on est jeunes, on a aussi des choses à apporter.” – Marie et Vincent, co-présidents et fondateurs de GROW.

Chaque génération a son combat, et GROW a choisi le sien. Armé de sa jeunesse et de sa sensibilisation, il est déterminé à donner de la voix à ceux qui n’en ont pas pour que le jour de demain soit animé par la consécration des droits humains.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
12
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
1
Mmm...
0
Triste...
1
Wow !
1
  • Etudiante à l'Académie ESJ Lille en licence science politique. Chef de rubrique facts et rédactrice au Pépère News.

Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR