En lecture
Jean Lassalle : portrait du futur candidat aux présidentielles de 2022

Jean Lassalle : portrait du futur candidat aux présidentielles de 2022

Le Pépère News est parti à la rencontre de Jean Lassalle, ancien candidat aux élections présidentielles de 2017. Nous avons pu assister à une réunion de son parti “Résistons !” créé en mars 2016. Chacun a également pu donner son avis, dont un homme qui a déclaré, l’air grave, ne plus vouloir “brasser de l’air” dans un “parti qui s’essouffle” parce que Jean Lassalle se serait “totalement décrédibilisé.”

“Il a lu mon rapport et il s’est dit “c’est pas con” et il a fait deux fois le tour de son salon, il a dit “en marche !”, et ça a marché”

Y a-t-il encore de l’espoir pour ce parti qui vient tout juste de voir le jour ? Jean Lassalle commence tout d’abord par nous expliquer que Résistons ! est né suite au tour de France de 5.000 kilomètres qu’il a entrepris afin d’aller à la rencontre des Français. Ce périple lui a fait comprendre “qu’il y avait une réelle rupture entre le peuple, les élus et la justice.” Il remet son rapport au gouvernement et toute la France se met à s’intéresser à lui : « les Français se disaient :il faut qu’on aille voir cet illuminé” ».

Jean Lassalle va jusqu’à affirmer que son rapport a aidé Emmanuel Macron dans sa campagne présidentielle. Il plaisante, mais d’un rire jaune : “Il a lu mon rapport et il s’est dit “c’est pas con” et il a fait deux fois le tour de son salon, il a dit “en marche !, et ça a marché.” Suite à cela, il est venu à l’esprit de Lassalle de créer le parti Résistons ! “Mais Résistons à quoi ? À tout ce qui nous emmerde, et puis c’est en fait résistons au système qui nous dévore.”

Car ce système, Jean Lassalle le critique. Nostalgique d’une ancienne époque politique où le système libéral n’était encore qu’un modèle, il nous avoue penser que cela risque de mener à des révolutions. Il déplore également l’essor des réseaux sociaux. Selon lui, “on ne mène pas les réseaux sociaux, car ce sont eux qui nous mènent ». Il parle même d’un certain assujettissement des citoyens à ces réseaux qui auraient “envahi les esprits et enlevé le pouvoir aux politiques”. Le leader du parti critique également les grands groupes de presse qui seraient aux mains de quelques riches personnalités.

Ils ont toujours cultivé l’humour qui pour nous était naturel et qui l’est resté pour moi”

Il souffre aujourd’hui d’un parcours et d’une personnalité peu communs, qui font sa réputation de comique à l’Assemblée nationale. Il ne s’en défend pas et affirme même qu’il a choisi de”rester [lui]-même, envers et contre tout”. Le député nous confie être passionné de politique depuis son enfance et avoir toujours suivi ses ambitions.

Quant à sa personnalité, il pense la tirer de sa famille, qu’il nous décrit avec émotion : “Ma famille était gaulliste, c’était la résistance. Du côté de ma mère, ils étaient républicains communistes. Donc j’ai été élevé dans cette ambiance-là, ils chantaient tous divinement bien, ils s’engueulaient chaque fois qu’ils se voyaient. Ils avaient le même sentiment de liberté dans la peau […]. Ils ont toujours cultivé l’humour qui pour nous était naturel et qui l’est resté pour moi.” Un humour souvent grivois qu’on lui reproche aujourd’hui.

Jean Lassalle lors du meeting de son parti “Résistons !” – Photo : Quentin Saison

En effet ses blagues ne passent pas auprès des associations féministes, ni auprès de la directrice de communication du PCF qui l’accuse directement d’attouchements sexuels. Mais il nous l’affirme : ce n’est  “pas vrai”. Il se défend encore avec son éducation familiale où “il n’aurait pas trop fallu faire ce genre de fariboles”.

Cependant, Jean Lassalle se dit habitué aux attaques et aux “fakes news”. Il accepte cette situation en nous disant, le sourire aux lèvres : “Quand vous avez une passion comme celle qui m’habite, on ne peut pas vivre sans le risque. […] Moi j’ai choisi d’aller où je voulais, je ne vais pas venir me plaindre.”

Mais s’il sait où il va, quelque chose lui a visiblement manqué aux dernières présidentielles. Il accuse sa naïveté et affirme avoir “assisté à [son] propre assassinat”. Il n’était pourtant pas inconnu, ayant notamment bénéficié de la médiatisation autour de la grève contre la faim qu’il initie en 2006.

Lassalle dénonce les médias qui se sont peu à peu désintéressés de lui et les sondages qui auraient influencé l’opinion plutôt que de rendre compte de la réalité. “On a laissé beaucoup faire, on a pas mal menti, ne vous laissez pas avoir.” Ce conseil, il le donne surtout à la jeunesse qui est “porteuse d’espoir”. Il partage et encourage le combat contre la précarité étudiante et la lutte contre le changement climatique. L’ancien maire pense ainsi que “nous vivons dans une société de moins en moins bienveillante.” La jeunesse grandit dans un climat anxiogène et inégalitaire contre lequel elle doit lutter.

Pour Jean Lassalle, “Il faut créer de nouvelles richesses ! On ne peut pas rester comme ça.” Nous lui demandons, si, pour répondre à ces problèmes, il compte se représenter aux élections présidentielles en 2022. Après avoir évité la question il finit par répondre : “Oui, si je suis en bonne santé.” Cependant il ne se berce pas d’illusions et sait qu’il ne sera pas élu. “Il faut qu’il y ait des voix différentes, que d’autres personnes puissent se lancer en se disant que si Jean Lassalle le fait, pourquoi pas moi ?”

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
2
J'ai hâte !
1
Joyeux
3
MDR
0
Mmm...
1
Triste...
0
Wow !
1
Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR