En lecture
Jimmy Butler sonnera désormais la cloche à Philadelphie

Jimmy Butler sonnera désormais la cloche à Philadelphie

Samedi 10 novembre, aux alentours de 19h, certains s’ennuyaient en regardant les qualifications de Formule 1, d’autres jouaient à Fifa …. bref un samedi comme les autres. Ce fut le parfait moment pour Adrian Wojnarowski l’insider NBA le plus célèbre (c’est-à-dire qu’il est payé par ESPN pour donner des informations sur la NBA et les transferts) de lancer une nouvelle « Woj bomb » qui allait faire trembler la planète basket : le trade de Jimmy Butler, en partance pour Philadelphie.

La fin d’un long épisode

Tout d’abord, Jimmy Butler, joueur All-Star des Minnesota Timberwolves avait créé l’étonnement en septembre dernier avant la reprise de la saison NBA en demandant son transfert à ses dirigeants. La raison de cette volonté de changer d’air seulement un an après son arrivée chez les Loups serait principalement des tensions avec son désormais ex-coéquipier Andrew Wiggins.

Malgré cette situation, il a joué jusqu’au vendredi 09 novembre sous la tunique bleue et blanche des Wolves. Il avait notamment agacé (ou amusé) certains avec des déclarations choc avant la reprise, comme le « You fucking need me, you can’t win without me ! », mais également suite aux doutes émis sur le fait que ce dernier choisissait les matchs auxquels il voulait participer. Mais la chose est certaine : sur le terrain il assure.

En ce début de saison, il a porté l’équipe sur certains matchs en offrant de magnifiques prestations comme lors de son premier match à domicile de la saison face aux Cavaliers. Hué durant le début du match, Jimmy plante 33 points et offre la victoire aux siens. Il finit même le match avec les chants des supporters « MVP ! MVP ! ». Bref Jimmy “Buckets” est unique en son genre.

Plus les semaines défilaient, plus l’espoir d’un trade semblait s’enterrer pour Butler. Les principales pistes, qui étaient notamment Miami, Sacramento ou encore Houston, n’avaient mené à rien jusqu’ici. Mais son départ vers Philadelphie était inattendue.

Les Sixers grands gagnants de ce trade

Jimmy Butler est donc envoyé du côté des Sixers avec un compagnon, Justin Patton. En contrepartie, les Wolves récupèrent Dario Saric, Robert Covington, Jerryd Bayless et un second pick de draft. Naturellement, une grosse contrepartie était demandée de la part des Wolves car on ne lâche pas un All-Star contre un lanceur de parpaing à trois points. Sur ce trade, on remarque que Phillie envoie de très bons « rôle player » (Saric et Covington) mais ce transfert montre bien que les Wolves en avaient réellement marre de cette situation bancale acceptant donc l’offre des Sixers au plus vite. Minnesota n’a pas réussi à récupérer un pick en premier tour de draft qui aurait été intéressant pour une possible reconstruction car, depuis le début de saison, les piliers de cette franchise comme Karl Anthony Towns ainsi qu’Andrew Wiggins ne sont devenus que les ombres d’eux-mêmes.

Pour chaque trade, les spécialistes stipulent que le gagnant du trade est la franchise qui récupère le meilleur joueur : c’est encore le cas sur celui-ci. Malgré la perte des très bons joueurs de leur rotation comme Convington et Saric, Philadelphie est largement gagnante. En effet, Butler est un atout considérable en terme d’impact défensif surtout à l’Est où peu de joueurs pourront le regarder droit dans les yeux, mais aussi en attaque où The Buckets peut prendre feu à tout moment et possède toute la panoplie offensive pour scorer.

De plus, les Sixers ne perdent pas de pick de draft important, ce qui est une bonne nouvelle pour la franchise. A noter malgré tout que le départ de Saric marque la perte d’un des fers de lance du Process de Phillie lors de ces dernières années.

Voir aussi

Bien entendu il était certain que les Wolves allaient se faire pigeonner. Néanmoins, ils ont récupéré des joueurs jeunes, talentueux qui vont bien s’intégrer dans la rotation même si avec coach Thibodeau, les remplaçants ne jouent que 10 minutes. Covington sera probablement titulaire à l’aile, pour Saric en revanche, c’est peu probable de le voir sur le parquet dès l’entre-deux puisqu’on retrouve Taj Gibson dans la rotation, mais il pourra largement apporter ses qualités en sortie de banc voir en 6ème homme. Quant à Jerryd Bayless, soit la porte de sortie va être rapidement montrée du doigt synonyme de buy-out, ou bien il cirera le banc car devant lui, on trouve Jeff Teague, Derrick Rose et Tyrus Jones.

Un big 3 à en faire trembler l’Est

Embiid, Simmons, Butler… sur le papier cela en fait frissonner plus d’un, mais ne vous inquiétez pas sur le terrain aussi. Concrètement, les Sixers étaient déjà parmi les favoris en début de saison pour prétendre à une potentielle place en finale NBA. Désormais, les fans peuvent y croire. Si la symbiose est d’ordre entre les trois et que l’effectif tourne bien, leurs principaux concurrents dans la quête de la couronne de l’Est n’auront qu’à bien se tenir. Ces principaux adversaire ne sont d’autres que les Bucks d’Antetokoumpo, 1er de la conférence à l’heure actuelle, les Celtics d’Irving, les Raptors de Leonard et enfin les Cavs… ah non c’est vrai Lebron est parti j’avais zappé.

De plus, Butler aurait même envie, selon les propos de Wojnarowski, d’avoir un contrat à long terme. Cela voudrait dire que Jimmy souhaite construire une nouvelle dynastie à l’Est après l’ère James, avec ses jeunes fidèles acolytes car, rappelons qu’Embiid n’a que 24 ans et Simmons n’est que sophomore (deuxième saison de NBA). Coaché de surcroît par un bon entraineur qui n’est d’autre que Brett Brown et bien épaulé avec notamment JJ Redick, ce trio a de quoi faire trembler l’Est.

Ce trade annonce donc un nouveau chapitre pour Jimmy « Buckets » Butler qui est de retour à l’Est et cette fois-ci pour « Trust The Process » et espérer devenir, avec Philadelphie, le nouveau King de l’Est.

Thomas Collas

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page