En lecture
L’athlétisme à l’heure du confinement #2 : Le disque tourne toujours

L’athlétisme à l’heure du confinement #2 : Le disque tourne toujours

C’est seule dans son petit appartement que Maëlle Philippe, lanceuse de disque, vit la pandémie. Cette jeune internationale et pensionnaire du Lille Métropole Athlétisme a participé à plusieurs Championnats d’Europe jeunes. Entre quatre murs, elle fait preuve d’une détermination sans faille. Elle nous raconte son quotidien d’athlète confinée.

Comment adaptez-vous vos entraînements en cette période de confinement ? Qu’arrivez-vous à faire concernant le lancer ?

J’ai dessiné, sur le sol de mon salon, une aire de lancer avec du strap médical. J’arrive à faire deux séances par jour avec un coach en ligne. Mais malheureusement, je ne fais pas de lancer. C’est très dur pour tout le monde, mais il est vrai que pour nous, lanceurs, c’est vraiment compliqué. Il est impossible de lancer à cause du manque de place, l’espace est trop étroit et il est difficile de garder la force physique sans la musculation.

Le salon aménagé en aire de disque
Crédit photo : Maëlle Philippe

Pouvez-vous nous décrire une journée type ?

Je me lève à 7h30, je fais un footing à 8h, puis à 10h je m’entraîne avec une séance en ligne. Ensuite c’est repos et repas. A 15h30 je reprends avec de la technique dans mon salon et je termine par une dernière séance vers 18h30.

 Êtes-vous suivie d’un point de vue diététique pendant cette période de confinement ? 

J’ai commencé, par chance, un suivi nutritif en partenariat avec Herbalife juste avant le confinement.

Face à l’annonce de la suppression des compétitions jusqu’au 24 mai et le flou qui persiste sur le reste de la saison, quel regard portez-vous sur la suite ?

Certes, toutes les compétitions sont supprimées, mais je garde toujours les mêmes objectifs avec les Championnats de France élites et les Championnats d’Europe à Paris. C’est flou, mais il faut garder ces objectifs en tête. Cependant, rien n’est compromis, cette période de confinement n’est qu’un obstacle qu’il faut juste dépasser.  Il est important de rester concentré sur un objectif, qu’il soit demain, le mois prochain ou même dans un an.

 

Maëlle lors d’un entraînement à son domicile
Crédit photo : Maëlle Philippe

Qu’est-ce qui vous manque le plus en cette période de confinement ? Quelle est la première chose que vous ferez quand il prendra fin ?

Ce qui me manque le plus, c’est la musculation et la possibilité de lancer. Mais ce qui est encore plus difficile, c’est de ne pas avoir mon coach et mon groupe pour se motiver.  D’un point de vue sportif, à la fin du confinement, j’irai lancer. Mais la plus belle récompense sera tout simplement d’aller voir du monde. Vivre cette période en solitaire, c’est très dur. Ma famille me manque. 

En tant que sportive et citoyenne, quel message voudriez-vous faire passer aux millions de Français confinés ?

RESTEZ CHEZ VOUS ! Oui, c’est dur le confinement, oui, c’est dur d’être dans le flou et l’ignorance, mais nous sommes tous dans la même situation. Personne n’est au-dessus des autres, alors nous devons le faire pour le bien de tous. Ne soyons pas égoïstes, soyons des héros.

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
3
Hilarious
0
In Love
0
Not Sure
0
Sad
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page