En lecture
Le box-office de Tenet ne rassure pas le monde du cinéma

Le box-office de Tenet ne rassure pas le monde du cinéma

Tenet affiche

À l’affiche en France et dans 41 pays depuis le 26 août, le dernier mastodonte de Christopher Nolan est enfin sorti la semaine dernière aux États-Unis. Présenté pendant ses longs mois promotionnels comme LE film qui allait sauver toute l’industrie cinématographique, l’oeuvre se voulait rassurante pour les autres studios plus frileux. Mais finalement, qu’en est-il ?

Il faut comprendre que c’est un enjeu extrêmement important qui se joue là pour une industrie en grande difficulté depuis des mois. Les cinémas ont perdu près de 70% de leurs spectateurs habituels et beaucoup de films peinent à devenir rentables. En Europe, les chiffres du box-office ont exceptionnellement été révélés sur le tard, une semaine après la sortie du film. Un laps de temps qui a permis au studio de travailler son annonce et faire les gros titres : “Tenet rassure avec un démarrage exceptionnel”. Observons aujourd’hui, avec du recul, que la situation est en fait beaucoup plus complexe.

Le cas Tenet

Pour rappel, Tenet est un film d’espionnage et de science-fiction écrit et réalisé par Christopher Nolan (Inception, Interstellar, saga Batman entre autres) et dont la date de sortie, initialement prévue au 17 juillet, avait finalement été reportée au 26 août à cause de la crise sanitaire. Selon le studio, son budget de production s’élèverait à 200 millions de dollars, ce à quoi il faudrait ajouter un budget marketing très important (entre 100 et 200 millions de plus).

Tenet Explosion
Un film aux ambitions visuelles démesurées, surfant avec brio sur des idées jamais vues au cinéma. © Warner Bros

Pour comprendre un box-office, soulignons que les studios ne ramassent pas le total des chiffres communiqués, mais environ un tiers, le reste allant aux salles, aux exploitants et aux distributeurs. Ainsi, le box-office mondial de Tenet devrait au minimum être compris entre 500 et 600 millions de dollars pour devenir rentable.

Une situation complexe

En cela, le box-office domestique (Etats-Unis, Canada) est le plus important, car les studios récupèrent la moitié des recettes. L’ouverture du territoire américain le 4 septembre était donc grandement attendu. Mais malheureusement, en n’engrangeant que 10 à 20 millions de dollars localement sur cette première semaine, Tenet ne rassure pas. À titre de comparaison, Interstellar et Dunkerque avait amassé tous les deux 50 millions sur la même période. Seulement, aux Etats-Unis, le film n’est sorti que sur 2810 écrans car beaucoup de salles sont encore fermées. Un blockbuster de cet acabit sortirait habituellement sur 4500 écrans environs.

À l’international, le film avait atteint les 53 millions de dollars sur sa première semaine et les 150 millions après deux semaines (selon Imdb). Une augmentation considérable due à l’ouverture de nouveaux territoires. En France, le film démarre avec 1,3 millions d’entrées sur ces deux semaines, s’inscrivant immédiatement comme le meilleur démarrage de 2020. Si ce résultat est en deçà de certaines productions du même réalisateur comme Inception ou les Batman, c’est plus qu’Interstellar ou Dunkerque, et au-dessus des prédictions des analystes.

“Un marathon, pas un sprint”

Pour le moment, impossible de prévoir la suite car beaucoup trop de facteurs aléatoires entrent en compte. Avec ses 150 millions d’aujourd’hui, le film semble encore loin des 600 millions nécessaires. De son côté, Warner Bros tente de rassurer en précisant que “l’exploitation de Tenet est un marathon, et non pas un sprint”. Le film va durer dans les salles, profitant au maximum du peu de concurrence.

Tenet Christopher Nolan
La complexité de son intrigue le dessert surement auprès du grand public. © Warner Bros

De plus, si les chiffres de Tenet pourraient être considérés comme une catastrophe dans une situation normale, post-confinement, on peut dire que c’est plutôt une réussite.

Le messie attendu ?

Finalement, le film de Christopher Nolan avait pour ambition de relancer la machine du cinéma, envoyer un message positif aux autres studios et ramener les gens en salle. Est-ce mission accomplie ? Rien n’est moins sûr. Pour preuve, même Warner bouscule son calendrier à la vue des chiffres du box-office domestique. Wonder Woman a officiellement été décalé de plus de deux mois (sortie désormais prévue pour décembre) et Dune devrait sans aucun doute suivre la même voie. Comme message positif, on a déjà fait mieux.

De son côté, Disney opte d’ailleurs pour la prudence et se la joue perso, en lançant un film aussi attendu que Mulan uniquement sur sa propre plateforme de streaming. Le studio Sony Picture quant à lui a également annoncé cette semaine qu’aucun de ses films à gros budget ne sortirait avant la fin de la pandémie.

Au vu de la recrudescence de nouveaux cas, de la situation américaine catastrophique et de la fermeture de nombreuses salles, on constate que la situation est loin d’être sauvée. James Bond est pour le moment toujours attendu pour le mois de novembre et permettra, à son tour, un nouveau bilan.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
1
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR