En lecture
Le Global Citizen Live, entre action climatique et controverses

Le Global Citizen Live, entre action climatique et controverses

Image Citizen Live

Le 25 septembre dernier se sont tenus les concerts du Global Citizen Live. Tout autour du globe, plus de 70 artistes ont animé les 24 heures d’un show retransmis en Live dans des centaines de pays.

À l’affiche : les BTS à Séoul, Elton John à Paris, Billie Eilish à New York ou encore Demi Lovato à Los Angeles. Global Citizen s’inscrit dans la lignée de Bob Geldof à travers cet immense concert caritatif. Retransmis sur toutes les plus grandes chaînes de télévision, le Global Citizen Live a réussi à faire parler de lui et de ses objectifs. Le concert aux stars interplanétaires défend notamment l’écologie, la lutte contre la faim dans le monde et contre le manque de vaccin. Il prône l’entraide entre pays.

De l’action en live

Cofondé en 2012 par Ryan Gall et Riot House, Global Citizen veut réunir le plus de personnes possible afin d’user d’une “voix collective” pour changer le monde. Le principal objectif de l’association est de mettre fin à l’extrême pauvreté dans le monde d’ici 2030. Depuis le lancement, Global Citizen a déjà amélioré la vie de plus d’un demi-million de personnes.

Son fonctionnement : les tweets, les pétitions, les marches, les posts. Avec plus de dix millions d’adhérents par mois, Global Citizen espère que la volonté collective pourra faire bouger les grands dirigeants. En 2021, l’association se lance dans un nouveau projet : le Global Citizen Live. Un immense show de 24 heures interplanétaire et retransmis partout dans le monde.

Le Global Citizen Live appelle les pays les plus riches à verser 100 milliards de dollars par an pour répondre aux besoins climatiques des pays en développement. Il incite les citoyens américains à faire pression sur leur gouvernement pour qu’il ratifie un traité visant à diviser les émissions du pays de 50% d’ici 2030. Pour les actions non-écologiques, Global Citizen demande au G7 et aux plus grands milliardaires de mettre fin à la crise alimentaire (en versant 6 milliards de dollars). Enfin, l’association impose au G7 et à l’Union Européenne de partager au moins un milliard de doses de vaccin aux personnes dans le besoin (notamment aux pays d’Afrique).

Un concept controversé…

Le concert ouvert à tous était accessible par tirage au sort pour les places de New York, Los Angeles et Paris. Pour participer, il suffit de télécharger l’application et de collecter 50 points en effectuant les actions proposées (envoyer des mails, des tweets, signer des pétitions). Sur près d’une dizaine de jeunes interrogés, deux ont réellement lu et pris conscience de leurs actions. Beaucoup ont signé des pétitions ou envoyé des messages automatiques dans le seul but de collecter plus de points pour avoir plus de chances de gagner. Même si le résultat est le plus important, la conscience écologique était peu présente au sein des spectateurs. 

Autre problème qui a fait réagir : le concert, entrecoupé d’interviews et de messages de grands dirigeants, a vu se mêler gérant d’AirFrance et haut responsable écologique. En effet, les sponsors de l’évènement semblaient hors sujet. On comptait notamment Air France, compagnie aérienne mais aussi Coca-Cola, marque adepte du greenwashing, soit qui utilise la crise écologique comme élément de publicité.

Enfin, les consignes vigipirates interdisant d’amener sa propre gourde et de laisser les bouchons des bouteilles, les Champs de Mars étaient jonchés de bouteilles en plastique débouchonées au lendemain du concert. Un comble qui a d’ailleurs fait le tour de Twitter.

… mais réussi

Le Global Citizen Live a tout de même réussi à obtenir de nombreux engagements gouvernementaux pour défendre la planète. Ainsi la ville de Paris s’est engagée à planter 170 000 arbres d’ici 2026. La Norvège a annoncé une augmentation importante de son financement pour le climat. Près de quinze autres pays se sont ainsi engagés climatiquement.

Le concert a fait adhérer à Objectif zéro plus d’une dizaine d’entreprises (parmi lesquels Starbucks et Delta Air Line). Le but d’Objectif zéro : atteindre zéro émission de carbone d’ici 2050. Les nouveaux membres ont ainsi rejoint Amazon, HP ou Uber. Par ailleurs, gouvernements et entreprises ont promis des sommes s’élevant à plusieurs centaines de millions d’euros pour soutenir l’accès au vaccin. La fondation Lego (sponsor qui avait lui aussi choqué) s’est engagée à verser 70 millions de dollars à l’UNICEF.

Si le Global Citizen Live semble controversé, l’association a néanmoins réussi à atteindre ses objectifs et fait honneur au Live Aid de Bob Geldof (premier concert caritatif à grande échelle de 1985). Mais les entreprises et les gouvernements tiendront-ils leurs engagements ?

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
1
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.