En lecture
Le mariage, ce fléau mondial

Le mariage, ce fléau mondial

Le mariage est une institution établie dans un grand nombre de sociétés et présent dans quasiment toutes les religions. Pour la plupart des gens, il est synonyme de grand bonheur, d’engagement mutuel et de la création d’une famille. Pour d’autres, mariage sonne comme divorce et procédures pesantes. Tout ce lexique prend sens quand le mariage est associé avec le choix, mais qu’en est-il quand celui-ci est imposé, qui plus est à des enfants ?

Le mariage infantile, quel impact mondial ?

Pour se rendre compte de l’importance mondiale du mariage infantile, il faut déjà en comprendre la définition. Dans certains pays, le mariage arrangé est une tradition culturelle par laquelle les familles choisissent elles-mêmes un époux ou une épouse pour une personne. La plupart du temps ces mariages se font sans consentement de la part des mariés, c’est alors un mariage forcé. Le mariage forcé constitue une violation des droits de l’homme. Le droit au libre et plein consentement au mariage est reconnu dans la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948) ; c’est-à-dire qu’il ne peut y avoir de “libre et plein” consentement lorsque l’une des parties concernées n’a pas atteint l’âge de choisir en toute connaissance de causes un conjoint. Ces mariages arrangés sont généralement qualifiés de précoces puisqu’ils concernent souvent des enfants n’ayant pas atteint la majorité établie (18 ans) ; certains enfants sont parfois même engagés dans un mariage à leur naissance.

Le mariage infantile est une pratique très répandue dans le monde et concerne toutes les parties du globe. Selon le partenariat mondial de plus de 900 organisations Filles, Pas Épouses, 15 millions de filles sont mariées chaque année avant l’âge de 18 ans ce qui représente environ 41.000 filles par jour, 28 filles par minute et 1 fille toutes les 2 secondes. En 2018, 720 millions de femmes dans le monde ont été mariées ou étaient en concubinage avant leur 18ème anniversaire. Cela représente 10% de la population mondiale.

Ce phénomène est le plus répandu dans les pays à revenus faibles et intermédiaires. Les taux varient selon le pays et la région. L’Afrique de l’Ouest et du Centre a le taux le plus élevé de mariages d’enfants, avec quatre filles sur dix mariées avant l’âge de 18 ans. L’Asie du Sud abrite le plus grand nombre de filles mariées. Les pays à revenus élevés ne sont pas épargnés par ce phénomène puisque quelques 248.000 enfants et adolescents ont été mariés entre 2000 et 2010 aux États-Unis, où la moitié des États n’a toujours pas appliqué d’âge minimum pour le mariage.

Quelles sont les causes du mariage précoce ?

La plupart du temps, ces mariages forcés sont des solutions économiques à une situation de pauvreté. Certaines familles précaires voient leur enfant comme un fardeau économique et une possible dot pour subvenir aux besoins des leurs. Dans une société où tous les enfants sont mariés très jeunes, ils pensent qu’en mariant leur enfant, ils le protégeront. Mais ils n’envisagent pas une seconde les violences que cet enfant pourrait subir dans le cadre de cette union.

Les raisons religieuses et traditionnelles sont également à mettre en avant. Quand la loi d’un pays interdit le mariage avant un âge précis, ces lois sont souvent contournées par la loi religieuse qui prend le pas sur le contexte officiel. Généralement, si un conseil religieux donne son accord, le mariage sera accepté aux yeux de la loi et de la société. D’autant plus que si les autorités jugent que cette loi n’est pas importante, elles ne feront rien pour assurer sa mise en place. Le mariage d’enfant peut aussi être considéré comme un moyen d’éviter aux filles d’être rendues enceintes en dehors du mariage.

L’autre grande cause de ces mariages précoces c’est l’inégalité des genres. Les familles et les communautés jugent que les filles sont moins importantes, qu’elles sont incapables, moins prisées. Cette discrimination fondée sur le sexe amène les filles à être mariées très tôt pour s’assurer de leur docilité et maximiser le nombre de leurs grossesses. Certaines jeunes filles, habituées à voir les femmes de leur entourage épouser très jeunes des hommes plus âgés, se persuadent que c’est leur destin. Cependant les jeunes filles ne sont pas les seules concernées par ce problème car selon l’UNICEF près de 115 millions de garçons et d’hommes à travers le monde auraient été mariés durant leur enfance.

Voir aussi

Les conséquences sur l’enfant

Le mariage précoce peut avoir toutes sortes de conséquences néfastes sur les enfants comme un manque d’éducation. Une fois mariés, ces enfants ne vont généralement plus à l’école. Pour les filles, ce sont souvent des problèmes de santé qui se déclarent : des grossesses prématurées qui élèvent les taux de mortalité maternelle et infantile. Ces mariages apportent aussi leur lot de maltraitances. En outre, il arrive souvent que les enfants qui refusent de se marier ou qui choisissent leur futur conjoint contre la volonté de leurs parents soient punis, voire tués. Les jeunes filles sont souvent violées lors de la nuit de noce et victimes de violences sexuelles lors des rapports suivants. Beaucoup d’entre elles risquent de contracter le VIH. Les communautés et les nations ressentent également l’impact du mariage des enfants : les systèmes qui sous-estiment la contribution et la participation des filles et des femmes limitent leurs propres possibilités de croissance, de stabilité et de transformation.

Heureusement, certaines associations agissent contre ce fléau en préparant des actions et en récoltant des fonds comme Filles, Pas Épouses , Humanium ou l’UNICEF. 

Si ce sujet vous a intéressé,  le Pépère News vous conseil d’aller lire le texte des gagnantes du concours Première Page de l’Académie de l’École Supérieure de Journalisme de Lille.

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page