En lecture
Le trio lillois Bärlin nous invite à rêver avec son nouvel album

Le trio lillois Bärlin nous invite à rêver avec son nouvel album

La période de confinement est le moment idéal pour découvrir de nouveaux artistes. Ce vendredi 26 mars, le trio lillois Bärlin dévoile son nouvel album The Dust of Our Dreams, après plusieurs années de travail. Alors attrapez vos écouteurs et laissez-vous hypnotiser par les sept nouveaux morceaux de ce groupe atypique.

Les trois musiciens se sont rencontrés en postant des petites annonces sur Internet, en 2005 : “Chanteur cherche groupe de musique”. Simon, à la batterie, jouait déjà avec Laurent, bassiste. Clément les rejoint, avec sa voix grave et sa clarinette, et Bärlin est né.

Bärlin, un véritable trio

Le trio lillois est décrit comme un groupe “low rock aux sonorités jazz, porté par un chant possédé”, mais les morceaux franchissent les frontières des genres musicaux. La plupart des tracks de l’album dépassent les quatre minutes, ce qui permet de donner autant de place à la voix qu’aux instruments. C’est un véritable trio ; il n’est pas question d’un chanteur au premier plan et de son accompagnement. Côté composition aussi, chacun a son importance. “On improvise ensemble en répétition, chacun apporte sa propre patte” raconte Clément.

La musique n’est pas l’activité principale des trois amis, qui ont un travail à côté. Mais Simon explique : “C’est un moyen d’expression dont on ne peut pas se passer”. Clément enchérit : “La musique, c’est un vrai espace au sein duquel on peut s’épanouir sans se poser de questions. Comme on travaille à côté, on a cette liberté dans la création.”

Un album aux sonorités surprenantes

Parfois très sombres et profonds, parfois plus légers et doux, les morceaux s’enchaînent dans une atmosphère onirique, irréelle. La voix transmet les paroles avec force et tristesse, les chœurs hypnotisent. Clément, qui écrit la majorité des paroles, explique que les mots lui viennent “plus pour leur sonorité que pour leur sens”. La basse et la batterie sont mêlées à des sons plus atypiques comme ceux de la clarinette, qui apporte douceur et instaure une ambiance mystérieuse. En accord donc avec le thème central de The Dust of Our Dreams qui, comme l’indique le titre, c’est le rêve.

La pochette de l’album, un visage fissuré. Crédits : Bärlin

“Un rêve en image et en musique”

L’écoute de l’album constitue une véritable expérience, et pas seulement sonore. Les morceaux sont très visuels, hypnotisants. “Rêves”, “rituels”, “opium” ; les artistes nous accompagnent dans une véritable expérience physique, une transe même. Le premier track, Pagan Rituals, dure dix minutes et mélange plusieurs ambiances. Un morceau digne d’une B.O. de film. Quand il écrit les paroles, Clément peint “des ambiances, des paysages, des ressentis”. Cet album explore le rêve de manière romantique, voire psychédélique. “Cet album, c’est un rêve en images et en musique” explique Laurent.

Mais ce n’est pas tout ! Ce n’est que la première partie d’un double-album. Ce premier volet représente un aspect plus doux, plus romantique. “Le second sera plus sombre, plus rock” prévient Simon. Les deux albums sont complémentaires, les morceaux ayant été composés en même temps, et séparés ensuite. “C’est deux volets d’un même tableau, l’histoire du premier album est poursuivie dans le deuxième” conclut Clément.

En raison de la situation actuelle, l’album est pour l’instant uniquement disponible en version digitale. Le groupe a dû repousser ses dates de concerts et la sortie physique de l’album, alors restez attentifs à l’actualité du trio !

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
1
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre