En lecture
Les Dogues croquent Rennes au Roazhon Park

Les Dogues croquent Rennes au Roazhon Park

En ce milieu de semaine, ce sont deux prétendants à l’Europe qui s’affrontaient dans l’enceinte rennaise. Calmes et sereins, les Lillois ont su gérer la fougue des Bretons et ont livré une prestation solide. Vainqueur 2 buts à 1, le LOSC rentre à la maison avec les trois points, une semaine avant un match décisif en Ligue des Champions face aux Allemands de Wolfsbourg. 

Bien qu’elle intervienne un mercredi, la rencontre entre le LOSC et le Stade rennais avait tout d’un match du dimanche soir. À commencer par ses stars, les buteurs. Jonathan David et Gaëtan Laborde, les deux meilleurs marqueurs de Ligue 1, étaient tous les deux alignés. C’était le premier match dans le match annoncé. Pourtant, ce sont surtout leurs coéquipiers qui ont fait parler d’eux, au cours d’une partie caractérisée par ses fins de cycle.

Des fins de séries des deux côtés

Les deux formations restaient sur des séries qui commençaient à dater. Côté rennais, depuis leur défaite 2-0 contre l’Olympique de Marseille, ils enchaînaient les matchs sans défaite en Ligue 1. Avant celle de ce soir, les Bretons n’avaient pas perdu depuis près de neuf matches dans l’élite, treize toutes compétitions confondues. Une euphorie que Bruno Génésio, l’entraîneur de Rennes, avait voulu calmer en conférence de presse avant le match ; pour lui, la deuxième place obtenue à la suite de ces résultats est “anecdotique”.

Peut-être craignait-il déjà un réveil des Lillois qui, pour leur part, restaient sur une série bien moins réjouissante en Ligue 1. À 10 points de leur adversaire du soir avant la rencontre, les Dogues n’avaient pas gagné depuis plus de deux mois en championnat. Cette série avait commencé après leur dernière victoire en date, 2 buts à zéro, eux aussi, contre… Marseille. Décidément.

La différence de dynamique entre les deux formations peut alors paraître ahurissante, avant la rencontre. C’est d’ailleurs ce que vont confirmer les premières minutes de la partie, durant lesquelles Rennes va développer sa stratégie Génésiesque, en tentant d’asphyxier les Nordistes.

Pressing, contre-pressing, et réalisme

Les Lillois, s’ils avaient regardé le match des Bretons contre l’Olympique Lyonnais, devaient s’attendre à un début de match intense. Déjà contre son ancien club, Bruno Génésio avait demandé à ses joueurs d’attaquer sans relâche le porteur du ballon, mais surtout d’avancer quand ils l’avaient dans les pieds. C’est donc sans surprise que les premières dizaines de minutes ont été marquées par une possession presque exclusive des Rennais. Justes dans le jeu et produisant des actions bien menées et dangereuses, les Bretons ont une façon de faire qui contraste avec la maladresse initiale de leurs adversaires. Côté Dogues, en effet, ça cafouille beaucoup. La première attaque placée des visiteurs n’intervient qu’à la 20ème minute, mais n’aboutit pas sur une frappe menaçante.

Et soudain, tout change. Porté par une belle incursion de Renato Sanches, Weah profite d’un moment d’attentisme des Rennais pour centrer. Le ballon trouve Xeka, qui surgit et crucifie Gomis d’un beau plat du pied (34e). La stupéfaction des spectateurs présents au stade est légitime : ce but intervient contre le cours du jeu. Mais il va définitivement le modifier, puisque ce sont les Lillois qui vont tenir les rênes de la rencontre jusqu’à la fin de la première période. D’abord créateur, Renato Sanches se mue en buteur, dix minutes plus tard. À la réception d’un centre raté de Bamba côté gauche, il fait un tour sur lui-même, se met sur son bon pied, frappe, et marque. Les Lillois rentrent au vestiaire avec deux buts d’avance et le sentiment d’avoir renversé la vapeur.

Des philosophies de jeu opposées

Au retour des vestiaires, hormis l’entrée de Majer qui remplace Martin Terrier, il semblerait que rien n’a changé. Les Rennais repartent sur les mêmes bases, s’acharnent au pressing et obtiennent un corner dès la 47ème minute. Les Lillois sont prévenus, la victoire n’est pas acquise. Jusqu’au bout de cette seconde période, les dauphins du Paris-Saint-Germain vont se battre pour recoller au score.

Seulement, l’intensité et la fougue proposées par les Rennais vont se heurter au réalisme froid et à la solidité des Nordistes. Désormais maîtres du jeu, les hommes de Jocelyn Gourvennec donnent du fil à retordre à Génésio, qui tente à l’heure de jeu un triple-changement pour essayer de redynamiser une équipe essoufflée. L’entrée de Doku, à la place de l’excellent Sulemana, fera un bien fou aux Rennais, mais aussi aux spectateurs qui pourront profiter de son explosivité. Le danger viendra surtout de lui, et finira d’ailleurs par se concrétiser. Le jeune attaquant belge, qui va réussir à déborder, peut servir Benjamin Bourigeaud dans la surface. Celui-ci ne bronche pas et dévie le ballon qui finit au fond de la cage de Grbic (85e).

Les Rennais sont relancés. Ils savent que cette saison, Lille a perdu 11 points en Ligue 1 après avoir mené au score. Ils reprennent donc leurs habitudes et pressent, profitant des nombreux changements effectués par leur coach. Les ultimes minutes du match semblent durer des heures pour les Lillois, qui verrouillent, notamment avec l’entrée de Bradaric dans le temps additionnel. Les occasions se multiplient, mais les Dogues tiennent bon, jusqu’au coup de sifflet final de Stéphanie Frappart.

C’est une victoire cruciale pour les Dogues, qui renouent enfin avec le succès. La fin de cette série de matchs sans victoires marque aussi l’ouverture des compteurs de buts de Renato Sanches, mais aussi de Xeka, qui ont profité de la rencontre pour planter leur premier pion de la saison en Ligue 1. Une victoire collective soulignée par José Fonte en fin de match, qui se projetait déjà sur le celui de la semaine prochaine, face à Wolfsbourg, pour le dernier de la phase de poules en Ligue des Champions.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
2
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0

Auteur/Autrice

Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.