En lecture
Les Geek Days Winter entre culture pop, comics et cosplay

Les Geek Days Winter entre culture pop, comics et cosplay

Ces 7 et 8 décembre derniers, les Geek Days organisaient leur première version Winter de la convention au Grand Palais de Lille. Celle-ci était basée sur les comics et sur la pop-culture américaine. Le Pépère News était sur place le samedi 7 décembre.

L’édition de mai dernier avait été un franc succès. Les Geek Days, convention basée au Grand Palais de Lille, donne rendez-vous aux amateurs de culture pop. Le comics, bande dessinée centrée sur un ou plusieurs héros, est également un acteur majeur de l’événement.

Une scène principale au centre des attentions

Elle est au cœur de l’événement. Et pour cause, animations et invités se relaient pour le plus grand plaisir du public.

Pour démarrer, on nous propose une démonstration de Réalité Virtuelle (VR). Ainsi, le public a pu s’essayer à Beat Saber, un jeu en VR dans lequel le joueur possède deux sabres lasers, un rouge et un bleu. Le but est simple : couper les cubes qui apparaissent au fil de la musique en fonction de leur couleur, des flèches et du rythme.

Démonstration de Beat Saber © Louis Rengard

Pour Enzo, sélectionné dans le public pour tester sur scène, “c’était physique mais une super expérience de jeu”.

Des auteurs reconnus…

S’ensuit une conférence de JL Mast, artiste de comics adepte du Turbo Media (de la bande dessinée interactive pour tablettes et smartphones). Celui-ci présente alors son énorme projet : une BD sur les origines de Marvel. Intitulée Fathers of Marvel Comics, cette BD (qui devrait prendre la forme d’une trilogie) entend retracer l’histoire du géant du super-héros américain de la naissance de Stan Lee en 1922 à 1992, en passant par la création de Marvel par Martin Goodman.

Dessinateur de comics chez Marvel et DC, Tom Grummett était un invité de marque de cette édition. Celui qui publie sa première planche en 1980 l’avoue : “Je voulais juste dessiner Superman au moins une fois“. Sauf que cela l’a accompagné pendant 10 ans de sa vie. Il co-crée le personnage de Superboy dans un but bien précis “faire des histoires divertissantes”.

…et des comédiens stars

Mais la star de l’événement est bien plus magique. Il s’agit de Devon Murray, allias Seamus Finnigan dans les films Harry Potter, qui provoque un effet de foule autour de la scène principale. Les Potterheads, les fans d’Harry Potter, remplissent l’intégralité des sièges pour poser des questions à l’acteur irlandais.

Devon Murray, sur la droite, s’avoue “aussi maladroit “que son personnage  © Louis Valleau

À l’interrogation “ça fait quoi de jouer dans Harry Potter ?”, celui-ci répond, fièrement : C’était incroyable, c‘était mon enfance”.
Il explique que son personnage aurait dû être interprété par un acteur anglais mais que J. K. Rowling, auteure des romans Harry Potter, a imposé que Seamus Finnigan soit joué par un irlandais, le personnage l’étant lui-même.
Des anecdotes comme celle-ci, Murray en ajoute plusieurs : J. K. Rowling lui avouant qu’il est la représentation parfaite du personnage qu’elle a imaginé, le choix de rôle qu’on lui a proposé (Seamus ou Neville) ou même sa grande peur d’Alan Rickman (Severus Rogue) qu’il décrit comme “très effrayant physiquement mais d’une immense gentillesse”. Enfin, il avoue ne pas avoir lu les livres Harry Potter avant ou après le tournage.
Devon Murray conclut en admettant ne s’être rendu compte du phénomène Harry Potter “qu’à l’avant-première londonienne du premier volet” (ayant rassemblé 20 000 personnes, ndlr).

Autre point important de cette convention : le doublage. Ainsi, Véronique Augereau et Philippe Peythieu, doubleurs respectifs de Marge et Homer Simpson, ont tenu une conférence sur leur métier. Ils expliquent par exemple comment réaliser 5 épisodes des Simpson en 2 jours.
Pour Véronique Augereau, c’est une chance : “Je me considère comme privilégiée de participer à des grands films”, affirme-t-elle.
Philippe Peythieu ajoute : “Au moins ce métier ne nous cloisonne pas dans une sorte de rôle. Les acteurs physiques peuvent être coincés, alors qu’avec sa voix on peut voyager”.

Un salon riche et divers

Mais au-delà de ce casting d’exception, c’est la multitude de stands qui attire. Entre une exposition dédiée au monde Batman, une salle de rétro-gaming et une voiture Bumblebee grandeur nature, les Geek Days ont vu les choses en grand.

Côté exposants plus “classiques”, on retrouve notamment des artistes de Nordik Squad. Spécialisés dans les figurines et paysages, Peter et Éric, gérants du stand, entendent “faire rêver les gens”. Une vraie “passion” qui peut prendre entre 2 semaines et 3 mois” de travail par œuvre.

Une figurine de l’univers de Game of Thrones est exposée            © Louis Valleau

Également présent, L’Antre Du Jeu met en avant le jeu de rôle (JDR). Pour Arnaud, responsable de l’association, “c’est comme du théâtre mais assis”. Cela consiste à réunir 4 à 6 joueurs ainsi qu’un maître du jeu pour créer une histoire. Ce dernier est chargé de faire avancer l’intrigue au fil des décisions des joueurs dans toutes sortes d’univers. Une part d’aléatoire s’ajoute avec des lancers de dés qui déterminent si l’action souhaitée par le joueur réussie ou échoue.

Enfin, une académie de sabre laser, basée à Faches-Thumesnil, promeut aussi son activité. Le but est d’apprendre à faire des combats en chorégraphie, de développer son imaginaire et de s’immerger dans l’univers des Jedi. Souvent appelée pour des spectacles (notamment lors d’avant-premières Star Wars), l’académie crée ses chorégraphies elle-même, tout comme ses costumes.

Certains membres de cette association en costume © Louis Rengard

Le cosplay au rendez-vous

Habitués des conventions “geeks”, les cosplayeurs sont bel et bien présents. Entre Star Wars, Transformers et autres super-héros, les déguisements proposés sont extrêmement variés. Certains plus qualitatifs que d’autres, certes, mais tous passionnés.

Finalement, on parcourt les stands en zigzaguant dans une foule fourmillante et joyeuse. L’ambiance du salon est chaleureuse. Raisonnent cris d’excitations par-ci, rires par-là. Se succèdent les discussions de passionnés et les embrassades d’habitués très heureux de se retrouver. À ça, s’enchaînent les animations pour les enfants, les chaînes humaines et petit-trains qui viennent rythmer l’ensemble de la convention. Pour Sébastien, un habitué des Geek Days : “c’est plus petit que d’habitude mais ça reste très sympa !”

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
2
Hilarious
0
In Love
0
Not Sure
0
Sad
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page