En lecture
Maison Cléo, la maison de couture lilloise qui fait parler d’elle à l’étranger

Maison Cléo, la maison de couture lilloise qui fait parler d’elle à l’étranger

Maison Cléo, maison de couture Lilloise

À Lille et Calais se trouvent les locaux d’une maison de couture, certes peu connue en France, mais très en vogue à l’étranger. Il s’agit de Maison Cléo, créée en 2018 par Marie Dewet et sa mère, Nathalie (alias Cléo). Leur but est de proposer du prêt-à-porter féminin sur commande, made in France, éthique et très instagrammable.

Collaborations avec Le Printemps et Net à Porter, commandes de célébrités… Tout part de l’Instagram de Marie Dewet et de ses propres vêtements, conçus et cousus par sa mère Nathalie. Suite aux nombreuses demandes de ses followers pour acheter les mêmes pièces qu’elle, la jeune femme ouvre en 2017 un site, afin qu’ils puissent passer commande. Nathalie confectionnait ensuite les pièces vendues. En 2018, elles ont déposé le nom de la marque : Maison Cléo.

C’est un article de la blogueuse américaine Leandra Medine Cohen (très suivie dans le domaine de la mode) qui a fait décoller le site. Dès lors, Maison Cléo a reçu des commandes du monde entier : États-Unis, Asie, Australie. La marque a même fait parler d’elle auprès de célébrités. C’est ainsi qu’Emily Ratajkowski, Adèle Exarchopoulos, Hayley Bieber ou encore Kendall Jenner ont passé commande auprès de Marie pour ses pièces uniques. Un succès international étourdissant pour cette petite marque nordiste, qui reste néanmoins discrète en France.

Une entreprise familiale

Maison Cléo, c’est d’abord une affaire familiale. Évidemment parce que la marque a été créée par Marie et sa mère (surnommée Cléo par ses proches). Mais aussi car, chez elles, la couture se transmet de mère en fille. Lors d’un entretien dans les locaux de Lille, Marie nous raconte en souriant qu’au XIXème siècle, une de ses ancêtres avait une boutique de robes très réputée.  

Nathalie, à l’origine couturière de quartier, confectionnait les vêtements de sa fille Marie, qui ne trouvait pas son bonheur dans les magasins. Avec le lancement de Maison Cléo, elle coud désormais à plein-temps pour la marque, rejointe par une dizaine de couturières et tricoteuses au fil des années. Marie, quant à elle, a fait des études de communication à l’ISTC de Lille à l’Université Catholique et a été manager chez Vestiaire Collective. Elle s’occupe désormais de la communication de la marque sur les réseaux sociaux et de la direction artistique.

Un doigt d’honneur à la fast-fashion

Marie a créé le slogan #FFF qui signifie “fuck fast fashion“, repris sur les réseaux sociaux par de nombreux utilisateurs. Elle dénonce la pollution que les grandes enseignes de ce type génèrent et l’exploitation de la main d’œuvre dans les usines textiles. “J’ai visité des ateliers à Paris, donc Made in France, et cela m’a énormément déçue car on dirait des ateliers clandestins”, rapporte-t-elle. Sa volonté était donc de créer une marque à contre-courant de la fast fashion.

Chez Maison Cléo, toutes les pièces sont “made in France”. Les couturières sont à Calais et les tricoteuses à Lille. De plus, tous les tissus sont des restes de maisons de haute couture, d’usines ou de designers que Marie va directement chercher sur place. Certains sont aussi confectionnés dans des usines françaises et la marque utilise de la dentelle de Calais. 

Il n’y a pas de gâchis : Maison Cléo vend des pièces uniques, à la commande et sur mesure, dans la limite du tissu disponible. C’est ce qui explique les prix quelque peu onéreux (généralement plusieurs centaines d’euros pour une pièce). Il faut être à l’affût pour se procurer une pièce de la marque : l’e-shop ouvre uniquement le mercredi à 18h30 et est limité à 30 commandes. Il faut ensuite compter une vingtaine de jours entre le moment de la commande et la réception du vêtement. 

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
7
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.