En lecture
Migraction, des bénévoles agissent pour les migrants à Calais

Migraction, des bénévoles agissent pour les migrants à Calais

les associations (ici Migracion) sont présentes sur le terrain pour organiser la gestion des sans-papiers

Quatre ans après le démantèlement de la jungle de Calais, des bénévoles œuvrent pour rendre la vie moins difficile aux migrants toujours présents dans la ville, regroupés en plusieurs petits camps. Migraction nous a emmenés avec eux le temps d’une matinée pour suivre le quotidien de ces bénévoles et migrants qui partagent beaucoup, semaine après semaine.

Migraction, c’est un groupe de bénévoles. Chaque week-end, ces derniers organisent l’hébergement des migrants à Calais du samedi matin au lundi soir. Entre 30 et 100 migrants sont placés en lieu sûr, chez des habitants de la métropole lilloise et ses environs. Un toit le temps d’un week-end, la possibilité de se laver, de se nourrir et de se reposer leur sont offerts par les différents acteurs de Migraction. Depuis le début de la création de la jungle de Calais, Sophie et Bamba, investigateurs de Migraction, s’efforcent de faire tout leur possible pour venir en aide à ces hommes voulant rejoindre l’Angleterre. Ils racontent qu’au début “ce n’était qu’une bande d’amis” et que cela a pris de l’ampleur.

Une organisation palliant aux conditions de vie sur place

Pour ce faire, un groupe Facebook a été créé. Le concept est simple : se proposer comme hébergeurs ou comme véhicules pouvant emmener les migrants de leur camp à l’hébergement. Sur la base du volontariat, les bénévoles aident donc comme ils peuvent.

Bien que le nombre de migrants ait énormément baissé depuis quelques temps, il reste près de 500 personnes sur place. Les habitants de ces camps se voient retirer tentes et sacs de couchage chaque matin par les forces de l’ordre. Heureusement, les migrants sont aidés par de nombreuses associations et bénévoles pour survivre à ces conditions de vie.

Plus qu’un moment de répit, Migraction offre la possibilité de sortir sur Lille. Ce week-end par exemple, les migrants accueillis auront la possibilité d’aller voir un spectacle de clowns sur l’exil au Théâtre du Prato. Un gros travail est réalisé par les bénévoles soucieux du bien-être de ces migrants.

Le déroulé de la matinée

Aujourd’hui, ils sont 13 chauffeurs et assez d’hébergeurs pour prendre en charge 50 personnes. Selon Sophie, un migrant qui vient chaque semaine au point de rendez-vous a la possibilité d’être hébergé au minimum un week-end toutes les trois semaines. Migraction prend soin de ne pas prendre les mêmes migrants deux semaines de suite pour donner la possibilité à chacun de prendre un peu de répit, de temps pour soi.

À peine sommes nous arrivés, une foule entoure la voiture de Bamba et Sophie, et les autres bénévoles s’approchent. Après un court point entre eux, la répartition commence. C’est à celui qui criera le plus fort, qui sera le plus grand, le plus visible. La volonté des bénévoles de Migraction est saluée par les habitants de la jungle, malgré quelques tensions suite à la frustration de ceux qui ne disposent pas de place pour le week-end. De nombreux échanges prennent place. Sophie rappelle (en anglais, français et traduit en arabe par un homme présent sur place) les règles de respect des bénévoles : pas d’alcool, pas de drogue et pas de sexe chez les hébergeurs.

Après avoir réparti 50 personnes dans les différentes voitures et les différents hébergements, un temps de discussion s’installe entre les bénévoles et les migrants. Des échanges, des marques d’affections… Une grande chaleur humaine se dégage de cet instant. Lorsque le départ sonne, de nombreuses personnes sur place disent au revoir de la main, sourire aux lèvres, à Sophie et Bamba, en route pour Roubaix là où deux migrants seront accueillis pour deux jours.

L’ensemble de la série photos est disponible ici.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
2
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR