En lecture
Mondiaux d’athlétisme #2 : Fodé Sissoko, la révélation lilloise

Mondiaux d’athlétisme #2 : Fodé Sissoko, la révélation lilloise

Fodé Sissoko sera le deuxième athlète du Lille Métropole Athlétisme à aborder les championnats du monde d’athlétisme de Doha, ce dimanche 29 septembre à 19h05, heure française. Retour sur le parcours de ce jeune athlète malien.

L’éclosion lilloise

A l’été 2018, Fodé Sissoko rejoint la cité nordiste pour un stage de deux mois sous la houlette de Didier Baudoin, illustre entraîneur du sprint français. Il y pose finalement ses valises à la poursuite de son rêve olympique. Le sprinter de 23 ans estime que ” [pour sa] progression c’était bien de venir ici”.

Ce choix va rapidement se montrer judicieux, puisqu’il pulvérise le record du Mali du 200 mètres. Il y retranche une demi-seconde et le porte à 20 secondes 59, le 7 juin 2018 à Courtrai en Belgique. Puis, il décroche une cinquième place aux championnats d’Afrique sur cette même distance, avant d’enchaîner avec les titres nationaux du 100, 200 et 400 mètres.

Son ascension ne se limite cependant pas au continent africain. Cet été, Sissoko s’est notamment fait remarquer lors des championnats de France des clubs, en égalant la meilleure performance française du 400 mètres du moment (46s91). Cet athlète, complet et prometteur, compte bien poursuivre sa lancée en participant, ce week-end, à son premier championnat international.

Une saison compliquée

Si sa trajectoire peut sembler fulgurante, cette saison 2019 est marquée par une certaine stagnation chronométrique. Il n’a en effet battu aucun de ses records personnels. Fodé Sissoko a été freiné par des blessures dues à des déséquilibres musculaires au niveau des ischios jambiers et des quadriceps. Son coach, Didier Baudoin précise : “il n’a pas retrouvé son meilleur niveau”.

En plus de ces aléas propres au sport, Fodé Sissoko a affronté des difficultés personnelles. Il explique à nos confrères de La Voix du Nord que dans son pays natal “c’est la guerre, il y a beaucoup de terrorisme, notamment à Bamako. Personne ne peut dire s’il est en sécurité là-bas”. Le sprinter malien refuse de se morfondre et essaie d’utiliser “cette inquiétude comme une force pour aller de l’avant “.

Voir aussi

Des perspectives encourageantes

De la force, il en faudra à Fodé Sissoko sur la ligne de départ ce dimanche. Car, les Mondiaux à Doha s’annoncent relativement compliqués pour le sprinter malien : s’il veut se hisser en demi-finale, il devra courir au niveau de son record personnel, voire même le battre. Mais ce premier championnat international, sera, pour lui, le moyen d’engranger de l’expérience et de se propulser vers les Jeux Olympiques.

L’athlète et son coach l’avouent, tous deux ont déjà le regard tourné vers les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Le duo se montre très confiant quant aux perspectives d’évolution du sprinter.  Didier Baudoin voit encore dans son jeune espoir “des capacités d’accélération énormes” et des progrès à confirmer notamment sur le départ. Fodé Sissoko se montre plus ambitieux encore et déclare qu’il souhaiterait “descendre sous les vingt secondes la saison prochaine (sur 200 mètres, ndlr)”. Une telle performance le placerait parmi les meilleurs athlètes mondiaux. Une chose est sûre, Fodé Sissoko sera un athlète à suivre ces prochaines années.

Quelle est votre réaction ?
Excited
1
Happy
3
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page