En lecture
Mort de Dick Dale : père du thème culte de “Pulpe Fiction”

Mort de Dick Dale : père du thème culte de “Pulpe Fiction”

Richard Anthony Mansour, ou Dick Dale pour les intimes, est un guitariste américain né à Boston en 1937 et décédé dans la nuit de samedi à dimanche. On lui doit certainement la création des Beach boys, des Ventures et des Trashmen. Ainsi qu’un thème très connu du cinéma : celui du générique de Pulp Fiction !

Dans sa jeunesse, il découvre et se passionne rapidement pour le surf à la fin des années 50. Résultat : il invente un style de Rock quasi instrumental qu’il baptise Surf Rock, staccato, son hyper saturé et réverbération au programme. Il est d’ailleurs aujourd’hui connu comme étant The King Of Surf Guitar. Comme influences musicales, on peut nommer la country, le flamenco, le rhythm and blues ainsi que le Rock’n’roll. C’est également le premier rockeur à inclure dans son jeu tout une gamme de sonorités orientales. Un vrai personnage complètement indissociable de la culture surf californienne.

Si son succès met du temps à arriver, à cause certainement d’une musique trop personnelle, c’est la reprise de « Misirlou », en 1962,  qui le fait connaitre du grand public.

Thème que Quentin Tarantino utilisera pour le générique de Pulp Fiction.

Cette heureuse rencontre permettra au guitariste d’enchaîner avec quatre albums et une tournée mondiale. De ces titres, on en tire d’excellentes reprises de maîtres tels que Johnny Cash ou Jimi Hendrix, mais également de la nouveauté avec des titres toujours plus agressifs et plus lourds. Une évolution musicale qui ne vient trahir ni sa personnalité, ni son public. Une évolution artistique logique.

Voir aussi

Inconditionnel de la Fenders, il travailla de nombreuses années avec le fabriquant Leo Fender afin de fabriquer des amplis capables de supporter des volumes assourdissants.

Aujourd’hui, sa mort nous est confirmée par son bassiste. The King Of Surf Guitar s’est éteint à l’âge de 81 ans alors qu’il continuait de se produire malgré un état de santé plus que fragile. Il restera dans l’histoire comme “le papa du générique de Pulp Fiction“, mais dans le cœur du Rock’n’roll (du vrai), il est à la table des sincères, ceux qui faisaient la musique avec toute leur personnalité. Sans chercher à plaire mais à s’exprimer.

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page