Munich’tipales #2 : la fin d’un règne à Villeneuve d’Ascq ?

Parce qu’il n’y a pas qu’à Lille que la course à la mairie fait rage, le Pépère News a décidé de s’intéresser aux élections municipales de certaines communes proches de la Capitale des Flandres. Zoom aujourd’hui sur la campagne pour la mairie de Villeneuve d’Ascq, ville de près de 65.000 habitants et intimement liée à Lille.

Au contraire de ses voisines Lille, Roubaix ou encore Tourcoing, Villeneuve d’Ascq est, comme son nom l’indique, une ville nouvelle créée en 1970. Terre d’accueil de trois campus de l’Université de Lille, du stade Pierre Mauroy mais également de nombreux bureaux faisant de la ville un “technopole”, Villeneuve d’Ascq remplit aujourd’hui parfaitement le rôle qui lui a été assigné à sa création : désengorger Lille. Et tout cela est en grande partie l’œuvre d’un seul maire : Gérard Caudron. Édile depuis 1977 (en-dehors d’une interruption entre 2001 et 2008, remplacé par son adjoint), il se lance à nouveau, à 75 ans, à la conquête de sa mairie pour décrocher un septième mandat. Mais il faudra pour cela batailler face à d’autres candidats qui ont pour objectif d’apporter un nouveau souffle à la ville.

Gérard Coudron, 75 ans, maire sortant et tête de la liste “Ensemble pour Villeneuve d’Ascq 2020”, liste divers gauche

Alors qu’il avait annoncé lors de la campagne électorale de 2014 que le mandat qui s’achève serait le dernier pour lui, revoilà Gérard Coudron parti pour en briguer un septième à la tête de la mairie de Villeneuve d’Ascq. L’occasion de terminer certains grands projets qu’il a lancé au cours de son sixième mandat (2014-2020). Le maire sortant consacre une partie importante de son programme à la transition écologique, avec des mesures fortes : recours à une électricité 100% verte, accentuation de la végétalisation de la ville ou encore volonté de porter à la MEL dès 2021 la gratuité des transports en commun pour une partie de la population. Par ailleurs, il souhaite “renouveler” la démocratie participative (référendum local d’initiative citoyenne, conseil écologique local, conseil des enfants, etc.), et prévoit dans son volet sécurité d’installer de nouvelles caméras de vidéo-protection aux quatre coins de la commune. En revanche, les mesures destinées directement aux étudiants sont totalement absentes du programme, malgré la place importante qu’ils occupent dans cette ville. Concernant le logement, l’accent est mis sur la politique de rénovation des logements sociaux déjà en place, ainsi que le refus de la bétonisation.

Florence Bariseau, 47 ans, tête de la liste “Naturellement Villeneuve d’Ascq”, liste divers centre

Élue au conseil municipal de Villeneuve d’Ascq depuis 2008, Florence Bariseau incarne le visage de l’opposition face à Gérard Coudron. Également vice-présidente du Conseil régional des Hauts-de-France, elle est désormais bien ancrée dans le paysage politique local. Arrivée en seconde position avec 22% des voix en 2014, la candidate du centre-droit mise sur des propositions concrètes. Nombre des mesures se rapprochent d’ailleurs de celles du maire sortant, notamment concernant la sécurité et la démocratie participative. F. Bariseau se démarque cependant en proposant un budget participatif annuel de 50.000€ par quartier, ainsi qu’avec “la grande cause” de son mandat si elle est élue : la jeunesse. La candidate propose ainsi de créer une fondation territoriale villeneuvoise. Enfin, fait assez rare dans ces élections municipales, la liste portée par F. Bariseau est soutenue par Les Républicains et La République En Marche. Suffisant pour battre le maire sortant ?

La mairie de Villeneuve d’Ascq changera-t-elle de majorité pour la première fois depuis 1977 ? Crédit : Edgar Groleau.

Gabriel Amard, 52 ans, tête de la liste “Décidez vous-mêmes pour Villeneuve d’Ascq”, liste soutenue par La France Insoumise

La liste pourrait bien avoir sa carte à jouer dans ces élections. Les Insoumis, novices dans cet exercice, avaient déjà plébiscité la voix des Villeneuvois lors des élections législatives de 2017, faisant élire Ugo Bernalicis en tant que député de la 2ème circonscription du Nord. Pour les municipales, LFI a décidé de miser sur un routard de la politique : Gabriel Amard, ancien maire de Viry-Châtillon. Parachuté ou réellement investi pour Villeneuve d’Ascq ? Difficile de savoir. Côté programme, “Décidez vous-mêmes pour Villeneuve d’Ascq” va plus loin dans l’instauration d’une démocratie vraiment participative, avec la mise en place du mandat révocatoire à mi-mandat par exemple. Par ailleurs, la liste propose des mesures fortes de justice sociale et de respect de l’environnement, avec à nouveau la volonté de rendre les transports en commun gratuits. Si le programme n’est pas très précis, les Insoumis misent clairement sur un renouvellement des élus car pour 45 des 49 candidats figurant sur la liste, il s’agit ici du premier engagement en politique.

Pauline Ségard, 33 ans, tête de la liste “Villeneuve d’Ascq citoyenne, écolo et solidaire”, soutenue par Europe Écologie Les Verts, le Parti Communiste Français et le Front de Gauche

Logiquement, le programme de la liste écologique est résolument tourné vers l’urgence climatique. L’objectif est clair : réduire de 45% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Pour répondre aux enjeux écologiques, la liste verte souhaite “municipaliser” l’écologie, à travers la création d’un budget municipal climatique ou d’une régie agricole municipale. La liste compte aussi “repenser les mobilités” avec une limitation à 30km/h sur quasiment tout le territoire villeneuvois, mais également mettre en place la gratuité des transports en commun et offrir une place bien plus importante pour le vélo. Toujours dans cette démarche écologique, P. Ségard souhaite privilégier les commerces de proximité à la grande distribution. Au même titre que les listes précédentes, la candidate écolo propose une série de mesures en faveur de la démocratie participative (maison de la citoyenneté et de la démocratie locale, groupes action projet et jurys citoyens, etc.) ; peu de mesures concrètes en revanche concernant la sécurité, si ce n’est une concertation sur l’avenir des équipements de vidéosurveillance.

Frédéric Cerdobbel, 42 ans, tête de la liste “Villeneuve d’Ascq, plus sûre, plus propre !”, soutenue par le Rassemblement National

Tout comme le candidat Insoumis, Frédéric Cerdobbel traîne une image de routard de la politique et de parachuté. Ancien candidat sous l’étiquette UMP aux dernières élections municipales à Saint-Pol-sur-Mer, il présidait auparavant une association proche du PS qui militait en faveur du Mariage pour Tous. Côté programme, c’est logiquement la sécurité qui prend le dessus : fin des campements illégaux, police municipale présente 24 heures sur 24 ou encore lutte contre le trafic de drogue, le candidat souhaite rendre la cité villeneuvoise “plus sûre”. Comme d’autres candidats, il souhaite peser sur la mise en place des transports en commun gratuits, et propose en sus la plantation d’un arbre à chaque nouvelle naissance dans la commune. Enfin, il offre au bien-être animal une place toute particulière dans son programme, ce qui le démarque des autres prétendants à la mairie sur ce sujet-là.

Pascale Rougée, 62 ans, tête de liste de “Lutte ouvrière – Faire entendre le camp des travailleurs”, soutenue par Lutte Ouvrière

Déjà conseillère municipale villeneuvoise de 2001 à 2008, Pascale Rougée se lance à nouveau dans la course à la mairie. Cependant, le programme pour la commune est loin d’être clair – voire inexistant. Il s’agirait surtout de s’offrir une visibilité pour faire valoir leurs idées anticapitalistes. Au final, le programme est davantage “métropolitain” pour les listes Lutte Ouvrière. Le grand meeting métropolitain prévu ce mercredi 11 mars au Gymnase à Lille permettrait-t-il d’y voir plus clair ?

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre