En lecture
NBA : Pourquoi les Nuggets iront en play-offs?

NBA : Pourquoi les Nuggets iront en play-offs?

C’est après une nouvelle désillusion lors de l’ultime match de la saison, perdu face aux Wolves, que les Denver Nuggets ont cédé leur place en Playoffs pour la deuxième année consécutive, dans une conférence Ouest extrêmement serrée. Mais pour l’exercice à venir, les hommes de Michael Malone semblent plus que jamais motivés pour prouver à toute la grande ligue qu’il faudra compter sur eux pour la prochaine post-season, notamment grâce à quelques aspects en particulier…

Un jeu léché

On le sait tous désormais, le basket exige aujourd’hui une grande habileté au shoot à distance et notamment à 3 points, ainsi qu’un pace très élevé – c’est-à-dire le nombre de possessions que joue une équipe dans un match – , et ça, Michael Malone semble l’avoir parfaitement assimilé. En effet, la franchise du Colorado s’est parfaitement adaptée à la NBA moderne, en étant, sur le dernier exercice, la troisième pace de la ligue, mais surtout la troisième équipe la plus prolifique derrière les intouchables Warriors et Rockets. Ce jeu fait donc de la franchise de Denver une des plus spectaculaires de la ligue, avec un showtime moderne et feu à volonté pour qui le veut. Il suffit donc que chacun rentre un peu ses shoots et l’addition peut vite devenir très salée. Cependant, ce style de jeu laisse beaucoup d’ouvertures aux adversaires, ce qui les obligent à concéder pas mal de points. Sur le dernier exercice, les Nuggets n’étaient que la 23ème meilleure défense, avec plus de 108 points de moyenne encaissés par match.

Un banc complet

Il est évident, en NBA, le banc est aussi une composante décisive qui permet à une franchise de viser plus haut avec un effectif le plus profond possible en cas de blessure ou de fatigue, et celui des jaunes et bleus est un des plus fournis de la grande ligue. Malgré la perte de Wilson Chandler à l’intersaison, qui était en quelque sorte le leader du banc, la second unit – comme on dit dans le jargon – sera donc probablement dirigée cette année par Isaiah Thomas. La recrue phare de l’été en provenance des Lakers après un passage éclair à Cleveland aura à coeur de retrouver son niveau d’il y a deux ans, qui faisait de lui un prétendant MVP lorsqu’il évoluait encore aux Celtics. Autre avantage très important, tous les postes du cinq majeur sont doublés ou triplés, ce qui permet donc d’établir des rotations plus importantes, de 10 voire 12 joueurs, avec de très bonnes individualités. Des remplaçants idéaux comme Mason Plumlee, backup de Nikola Jokic, aussi efficace des deux côtés du terrain, ou encore Trey Lyles, qui sort d’une excellente fin de saison dernière, auront un rôle déterminant dans la saison de Nuggets. Enfin, un joueur que j’affectionne tout particulièrement, Torrey Craig – qui a découvert la NBA sur le tas alors qu’il évoluait en G-League – appelé la veille d’un match décisif pour évoluer avec les Nuggets et prolongé cet été pour jouer le rôle de remplaçant au poste 2 ou 3. La belle histoire de la saison dernière est ainsi récompensée à la hauteur de ses efforts, tant son apport sur le terrain est intéressant.

Émergence de vrais leaders

Avec son nouveau contrat signé à l’intersaison, de 148 millions sur les cinq prochaines années, Nikola Jokic est donc devenu LE leader de l’équipe du Colorado. Son talent est évident et son potentiel énorme laisse entrevoir un futur radieux pour lui et sa franchise, à condition que le management réponde à ses attentes. C’est donc le maximum salarial que le General Manager des Nuggets n’a pas hésité à proposé, pour assurer de la continuité dans l’effectif. Nikola Jokic devient donc la star à entourer, et pour cela, quoi de mieux que de chercher à développer le même effectif avec de jeunes joueurs discrets au sens du collectif bien rodé ? Ainsi, le Serbe pourra donc compter sur ses lieutenants à la production statistique très intéressante. Par exemple, Jamal Murray, le jeune meneur canadien drafté par Denver en 2016, et qui ne cesse de progresser d’année en année, qui a scoré en moyenne 16.7 points par matchs lors du dernier exercice. Autre coéquipier modèle : Gary Harris. Discret, efficace en défense, un moteur incroyable, un shoot à distance très honnête et qui représente une véritable menace quand il pénètre dans la raquette. Quant à l’aspect défensif, Paul Millsap, l’ancien des Hawks semble s’affirmer comme le réel leader mental de la franchise du Colorado ainsi que le doyen de l’équipe, un joueur expérimenté, idéal pour encadrer les jeunes pousses.

Voir aussi

C’est grâce à tous ces aspects que Denver sera désormais un contender très sérieux aux playoffs pour cette saison, qui semble être la bonne et laisse entrevoir un futur plus que prometteur. Avec une moyenne d’âge de seulement 24,4 ans, ainsi que le retour pour la saison prochaine, de leur nouveau rookie Michael Porter Junior, drafté en 14ème position, blessé pour toute la saison, il est très probable que Denver soit la prochaine destination à la mode pour de futurs agents libres l’été prochain.

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page