En lecture
Pierre Buissart : le grand flop

Pierre Buissart : le grand flop

Initialement prévu au Grand Palais, le meeting du prétendant au beffroi Pierre Buissart s’est finalement déroulé aux Halls de la Filature, à Saint-André-lez-Lille.

C’est le parcours du combattant : lieu introuvable, parking sordide et salle déserte, c’est avec déception que le candidat sans étiquette nous livre sa vision atypique de la capitale des Flandres.

19h30. Face à une centaine de chaises vides, Pierre Buissart s’entraîne. Cela fait déjà trente minutes qu’il aurait dû présenter son programme à ses sympathisants. Mais les faits sont là : hormis les deux agents de sécurité, la dizaine de serveurs et les quelques techniciens, il n’y a personne. Ses rares soutiens ne connaissent d’ailleurs pas son programme. Ce qu’on aime chez lui, c’est sa personnalité, « son courage et son projet », nous avouent-ils.

Meeting de Pierre Buissart, 21/02/2020
Crédits : Quentin Saison

« Je m’attendais à passer à la télévision nationale. »

Malgré l’investissement placé dans sa campagne et une volonté de communiquer et de peser sur la scène politique lilloise, le « patriote » Pierre Buissart nous explique les raisons de cet échec. Un élément revient régulièrement : c’est à cause du changement du lieu du meeting. Mais pour lui, c’est surtout « l’inertie de la société française qui ne veut plus s’investir en politique » qui l’a fait échouer, et ses quelques passages médiatiques – notamment sur France 3 Nord – qui l’ont fait passer pour un « intellectuel déconnecté ». S’il espérait un soutien du monde scientifique, Pierre Buissart se présente devant nous comme un « philosophe des sciences », comme celui « qui en résout les secrets. » S’en référant à son livre Je suis ici et ailleurs, il nous avoue, confiant : « Je m’attendais à passer à la télévision nationale. » Il décrit d’ailleurs ce livre comme étant la motivation principale de sa candidature.

Meeting de Pierre Buissart, 21/02/2020   Crédits : Quentin Saison

Le courage des convictions

Concernant son programme pour Lille, Pierre Buissart a répondu brièvement à nos questions sur l’économie de la ville, la sécurité, l’environnement et la vie étudiante. Selon lui, « les compétences [économiques] de la mairie sont ce qu’elles sont, il faut déléguer aux entreprises [et leur] foutre la paix. » Par ailleurs, une mesure « complémentaire » de son programme consiste en la baisse des subventions pour les associations. Pour lui, « ce sont les membres qui doivent cotiser. » Sur la question de la vidéosurveillance, le trentenaire se positionne très clairement : « je ne veux pas d’un mirador ». Au tour de l’environnement maintenant : la gratuité des transports semble être sa seule mesure. « On est dans une obsession écologique. Le problème, c’est l’excroissance du commerce internationale. J’ai rien contre le tri des déchets [mais] on ne peut pas agir à l’échelle locale ni nationale. » Enfin, les étudiants semblent passer à la trappe. Mais il n’omet pas de leur adresser un conseil : « travaillez ».

Ce soir, Pierre Buissart n’est plus confiant. Il a perdu espoir. « Je reconnais bien que ma campagne a été un échec mais je suis lucide. » De là à se retirer de la course au beffroi ? Ses proches tentent de l’en dissuader.

Meeting de Pierre Buissart, 21/02/2020
« Je connais le cycle de la terre et j’en déduis que tous les 7000 ans, le monde recommence »
Crédits : Quentin Saison
Quelle est votre réaction ?
J'adore !
4
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
2
Triste...
0
Wow !
1
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.