En lecture
Pour Gérald Darmanin, “Lille s’est dépréciée” et “a perdu de son leadership”

Pour Gérald Darmanin, “Lille s’est dépréciée” et “a perdu de son leadership”

Gérald Darmanin et Violette Spillebout lors de la conférence de presse sur l'économie et la MEL.

Ce samedi 6 juin au matin, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, récemment réélu maire de Tourcoing, était à Lille, aux côtés de Violette Spillebout, afin de lui apporter une nouvelle fois son soutien dans la course au beffroi. Il en a également profité pour épingler les autres candidats à la mairie de Lille.

Ce samedi matin, la candidate à la mairie de Lille Violette Spillebout, à la tête de la liste centriste Faire Respirer Lille, a rassemblé largement autour d’elle pour montrer sa proximité avec les Lillois, mais aussi le sérieux de sa candidature. Des représentants des commerçants, artisans et entrepreneurs locaux se sont succédés pour parler des enjeux économiques de la capitale des Flandres au coeur de la métropole et de la région, et ce symboliquement devant la Chambre de commerce de Lille. Une conférence de presse au cours de laquelle les petites phrases à l’encontre des autres candidats à la mairie de Lille – dont Martine Aubry – n’ont pas manqué.

“30% de nos entreprises vont très mal, et nous savons que nous allons les perdre”

En introduction de cette conférence de presse saturnale, Violette Spillebout a annoncé la couleur d’emblée : “Nous avons en face de nous deux candidats qui gouvernent ensemble depuis près de 20 ans et qui aujourd’hui donnent un triste spectacle, où ils s’entredéchirent sur des problématiques de postes plutôt que de parler de problématiques quotidiennes des Lillois. Nous, nous sommes réunis aujourd’hui pour parler de sujets qui préoccupent les Lillois.” La candidate centriste cherche ainsi à tirer son épingle du jeu afin de gagner la bataille des idées pendant que les Verts et les socialistes s’affrontent par communiqués et petites piques bien placées. Ce samedi matin, c’est auprès des commerçants lillois qu’elle a souhaité se montrer solidaire. Car V. Spillebout en est persuadée : “Les temps vont être difficiles. Il va falloir se serrer les coudes, être ensemble, partenaires publics et privés, pour créer une dynamique qui va sauver le maximum de nos entreprises et relancer notre métropole.”

Violette Spillebout lors de la conférence de presse sur l'économie et la MEL en présence de Gérald Darmanin - ©Pierre Bourgès
Violette Spillebout lors de la conférence de presse sur l’économie de Lille et de la MEL en présence du ministre Gérald Darmanin. © Pierre Bourgès

Plusieurs acteurs de l’économie commerciale locale se tenaient ainsi aux côtés de la candidate étiquetée La République En Marche pour afficher leur soutien mutuel. Que ce soit Frédéric Motte, ex-président du MEDEF local et régional, ou Odile Lepercq, présidente de FCE (Femmes Chefs d’Entreprises) Grand Lille, tous ont souhaité montrer leur enthousiasme quant au projet porté par le collectif Faire Respirer Lille. En parallèle, ils ont également tenu à alerter sur la situation des commerçants lillois. C’est notamment ce dont s’est chargé Laurent Rigaud, artisan-boucher et président de l’Union des entreprises de proximité (U2P) : “Nous avons dans nos professions 20% de métiers qui n’ont pas été trop impactés par la crise ; c’est un peu le CAC40 qui tire nos entreprises vers le haut. Ensuite, on a 30% de nos entreprises qui vont très mal. C’est-à-dire qu’elles sont en train de glisser, et nous savons que nous allons les perdre. Et nous avons 50% des entreprises qui travaillent, beaucoup, mais qui ne sont pas rentables, qui ont trop de charges qui empêchent de passer cette crise. Notre responsabilité est de trouver comment faire pour les accompagner pour éviter qu’elles glissent, pour qu’elles se maintiennent, puis tant qu’à faire, qu’elles aillent dans les 20%.”

Au-delà de ces difficultés accrues par la crise du Covid-19, les artisans présents ont unanimement demandé davantage d’écoute et de concertation de la part des élus locaux, qui doivent se fier à l’expertise et l’expérience de ces commerçants engagés au cœur de la ville. Laurent Rigaud l’assure, en s’adressant à Violette Spillebout : “Nous serons engagés sur le territoire pour vous apporter l’expertise. Nous ne savons peut-être pas tout faire, mais au moins ce que nous vivons, nous pourrons vous le dire.”

Le leadership de Lille largement remis en question par Gérald Darmanin

Pour l’ensemble des intervenants présents ce samedi matin, il y avait un constat commun sur lequel il fallait s’attarder également : la ville de Lille a perdu de sa superbe, et ne joue plus son rôle de locomotive de la Métropole européenne de Lille (MEL). Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics mais également maire de Tourcoing – réélu au premier tour des élections municipales avec 61% des voix -, qui est la deuxième plus grande ville de la MEL derrière Lille, a largement déploré cette perte d’influence de la capitale des Flandres. Et son constat n’était pas particulièrement parsemé de bons sentiments : “Quand j’ai commencé la politique, on comparait souvent Lille à Lyon, à Marseille, parfois même à Toulouse. Maintenant, on est content lorsque l’on pense que Lille est aussi bien que Rennes ou Dunkerque – bien que ce soient des villes très intéressantes et très importantes.” Il qualifie même ce constat d’une “anomalie de l’histoire”.

“Aubry par chantage, par autorité, parfois par sectarisme, a empêché aussi le président de la métropole de fonctionner.” – Gérald Darmanin

Gérald Darmanin va même plus loin. Pour lui, “Lille s’est dépréciée” et “a perdu de son leadership”, ce qu’il relie au score de l’édile socialiste Marine Aubry au premier tour des élections municipales ; pour l’ancien député du Nord, “Mme. Aubry, à moins de 30% des voix, a été désavouée par sa population après de très longues années de direction.” Et d’en rajouter une couche sur l’affrontement entre les Verts et les socialistes, en parlant de “bataille politicienne ridicule”. Sur le sujet du “mauvais fonctionnement” de la MEL qu’il constate et déplore, M. Aubry est là aussi fortement remise en cause par le ministre. “Aubry par chantage, par autorité, parfois par sectarisme, a empêché aussi le président de la métropole de fonctionner, clame-t-il. Je crois que Mme. Aubry, sans être responsable de tout, est responsable de beaucoup.”

Gérald Darmanin était à Lille pour apporter son soutien à Violette Spillebout, candidate LREM au Beffroi.
Le ministre Gérald Darmanin était à Lille ce samedi 6 juin 2020 pour apporter son soutien à Violette Spillebout, candidate LREM au Beffroi. © Pierre Bourgès

Les mots sont forts, bien plus que ceux employés habituellement par Violette Spillebout. Mais l’objectif de G. Darmanin est clair : montrer d’une part que la candidate centriste est soutenue, et ce même au plus haut de l’exécutif, et d’autre part qu’elle propose une alternative crédible aux socialistes et aux Verts dont les destins semblent indissociables, malgré leur divorce. Suffisant pour créer la surprise le 28 juin au soir du second tour des élections municipales ?

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
1
Voir les commentaires (0)

Répondre