En lecture
Présidentielle. #EtNousLesJeunes ? Focus sur la précarité étudiante : les logements Crous et les revenus jeunes

Présidentielle. #EtNousLesJeunes ? Focus sur la précarité étudiante : les logements Crous et les revenus jeunes

Les 8 représentants des candidatures à la présidentielle

#EtNousLesJeunes ? C’est le débat organisé par le Pépère News et On’Media qui rassemble les représentants des 7 partis politiques en tête des sondages du premier tour. En raison de problèmes techniques, le débat n’a pas pu être diffusé mais le Pépère News vous propose de décrypter les programmes des deux candidats du second tour autour des trois grands thèmes qui ont animé le débat : l’écologie, la précarité étudiante et le coût des études. On vous résume ici tout ce qu’il faut savoir au sujet de la précarité étudiante.

Un étudiant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté en France selon l’Union nationale des étudiants de France (UNEF) en 2019. Le Pépère News a rencontré les concernés : leurs inquiétudes portent sur le système du Crous et ses logements, ainsi que les revenus jeunes. Comment réagissent les candidats face à ce problème social et économique, qui touche 540.000 personnes ? Répondent-ils aux attentes des étudiants ? Décryptage.

Le revenu universel jeunesse à oublier

C’est une mesure préconisée par les partis de gauche. Jean-Luc Mélenchon par exemple, troisième favori des votants, proposait une garantie d’autonomie de 1063 euros pour les plus de 18 ans détachés du foyer fiscal des parents. Des étudiants le réclament auprès du Pépère News : “il faut mettre en place un revenu, que ça soit en participant à certaines activités sociales, comme entretenir les villes. Ou encore un revenu mensuel” pendant que d’autres estiment que “les bourses devraient être améliorées, il faut que ça soit beaucoup plus gradé”. Quant aux deux candidats sortants, ils souhaitent valoriser le travail, mais différemment.

Clément Vanheuverswyn est référent des Jeunes avec Marine Le Pen, candidate du Rassemblement National. Sur cette question, il la dit “mitigée” en proposant undispositif premier emploi”, prenant en charge les jeunes de moins de 21 ans en entreprise pour deux ans minimum. Marine Le Pen souhaite supprimer l’impôt sur le revenu de tous les jeunes actifs de moins de 30 ans. Elle voudrait aussi ajouter un complément de revenu pour les étudiants. Ils pourraient alors gagner 20% de leur revenu en plus avec un plafond à 300 euros. En bref, pas de revenu universel mais des aides pour ceux ayant déjà un salaire.

Emmanuel Macron valorise également le travail mais en soutenant l’apprentissage et l’alternance. Clémentine Dupuy, responsable régionale des Hauts-de-France chez La République En Marche explique que sa vision repose sur l’émancipation par le travail : “On propose le contrat d’engagement jeune pour accompagner les jeunes qui en ont besoin et non pas le donner à tout le monde. On a aussi mis en place le plus gros plan européen pour la jeunesse, “1 jeune 1 solution”. Sur la plateforme, vous pouvez rentrer votre profil et voir à quelles aides vous avez droit. C’est aussi pour trouver un travail ou un stage”. Ce dispositif remplace la “Garantie jeunes” avec la même rémunération de 500 euros mais plus de travail (entre 15 et 20 heures). Selon Les Echos, déjà 70.000 jeunes ont signé un “contrat d’engagement jeune” depuis son lancement en mars dernier.

Un accès au logement difficile

Les jeunes demandent aussi “d’augmenter le nombre de logements étudiants”. Avec leurs 20m2 et leurs loyers plafonnés, ils sont souvent indispensables pour s’engager dans les études supérieures.

Clémentine Dupuy soutient que malgré un quinquennat “chargé de crises, 36.000 logements ont été créés”. Il faut cependant préciser que Libération, suite à une enquête, ajuste ce constat à 16.000. Ne précisant pas d’objectifs particuliers pour un possible futur quinquennat concernant la construction de logements étudiants, Emmanuel Macron souhaite cependant réformer les bourses et les aides au logement étudiant.

Clément Vanheuverswyn argumente quant à lui le projet de Marine Le Pen ; l’extension des logements dont 5.000 dans les “zones tendues”. Il précise qu’elle veut “donner des compétences spéciales aux préfets pour la création de 100.000 nouveaux logements publics pour les étudiants avec la préférence nationale”, affirmant ;  “quand il y a des étudiants Français qui ne peuvent pas avoir d’hébergement, il n’est pas normal que des étrangers en aient”.

Les jeunes et leur précarité sont globalement oubliés de ce second tour alors que les deux candidats auraient tout intérêt à séduire cette classe d’âge qui est la plus abstentionniste. Chacun mise sur d’autres priorités : l’une sur l’immigration et l’autre sur le travail. Dans un duel qui s’annonce plus serré qu’en 2017, chaque voix compte.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
8
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
1
Mmm...
1
Triste...
0
Wow !
2
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.