En lecture
Protestation électorale, l’équipe de Faire Respirer Lille avance sur le dossier

Protestation électorale, l’équipe de Faire Respirer Lille avance sur le dossier

point presse faire respirer lille protestation électorale

Suite à l’annonce de la protestation électorale déposée le 3 juillet dernier, Maître Hicter, l’avocate lilloise de la liste de Violette Spillebout, a tenu un point presse ce 5 novembre afin de partager les avancements du dossier. L’équipe de Faire Respirer Lille, dont font partie Ingrid Brulant et Jean-Dominique Laugier, s’active pour vérifier les “irrégularités” soulevées par les citoyens.

Déjà au soir du vote “trop d’irrégularités ont été constatées.” Aujourd’hui, “une équipe très motivée travaille jour et nuit pour rassembler et ordonner les éléments nécessaires” afin de constituer un mémoire solide selon Maître Hicter.
Suite à la réplique de la mairie de Lille, l’avocate assure que “trois éléments majeurs vont venir renforcer encore le dossier”. Le point le plus important est celui des signatures “douteuses” sur certaines listes d’émargement. Plus de 5.000 pages de listes d’émargement de 29 bureaux de vote sur 127 ont été photographiées, et 21 d’entre eux ont déjà été analysés. Les signatures, gardées au tribunal administratif, sont “trop différentes entre le premier et le second tour” pour ne pas être vérifiées. Le nombre d’anomalies dans les écritures “est très significatif. Il est vraisemblable qu’au cumul nous dépasserons les 227 voix d’écart” assure Maître Hicter.
Les conditions de déroulement de la campagne de Martine Aubry sont également remises en cause. Des irrégularités financières ont été constatées et le doute plane sur l’utilisation des moyens de la ville, ainsi que sur des publicités interdites. Le dernier élément concerne les conditions d’embauche floues de la boxeuse de haut niveau, Licia Boudersa, qui avait pourtant échangé avec Violette Spillebout. Aucune condition légale n’est vérifiable, il reste au juge de constater si les SMS de la championne seraient une “promesse d’emploi faite en vue d’influencer les votes.” Celle-ci serait alors réprimée par le code électoral.
En ajoutant ces éléments majeurs, le dossier de la protestation électorale “est un dossier très solide” d’après Maître Hicter. Le tribunal administratif doit statuer pour le 11 mars 2021 “sur huit recours relatifs à six communes dont Lille”. Nouvelles élections en vue pour la métropole ?
Quelle est votre réaction ?
J'adore !
1
J'ai hâte !
1
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR