En lecture
Rencontre avec la marcheuse Aurore Bergé aux allures de campagne présidentielle

Rencontre avec la marcheuse Aurore Bergé aux allures de campagne présidentielle

Aurore Bergé (à gauche) et Violette Spillebout (à droite) à la Maison de la Photographie ©Baptiste Demagny

Aurore Bergé, femme politique aux nombreux rôles, était présente à Lille le jeudi 4 novembre dernier. La députée de la dixième circonscription des Yvelines, très médiatisée, a accordé une interview au Pépère News. Nous l’avons interrogée sur les sujets qui lui tiennent à cœur ainsi que sur des thèmes concernant la jeunesse et les étudiants, électorat à convaincre en vue des présidentielles de 2022. 

Entre une nuit passée au sein de l’hémicycle au sujet du prolongement du pass sanitaire, et un passage au Touquet-Paris-Plage pour un évènement cinématographique, Aurore Bergé s’est rendue à Lille. Invitée par Violette Spillebout, référente LREM dans le département du Nord, les deux femmes se sont rendues à la Maison de la Photographie.

Cette visite d’Aurore Bergé a un avant-goût de campagne présidentielle. D’autant plus qu’elles ont toutes les deux été à la rencontre des marcheurs présents à Lille pour discuter et mettre en avant la politique d’Emmanuel Macron.

Se battre pour l’accès à la culture

Entourés des photographies de société de Vincent Jarousseau et Pierre Faure, nous retrouvons Aurore Bergé et Violette Spillebout. Le lieu n’est pas choisi au hasard : il est dirigé par Olivier Spillebout, également présent. La présidente déléguée à l’Assemblée Nationale pour LREM souhaiterait que des endroits comme celui-ci aient plus de visibilité auprès du public, car la culture a une réelle importance dans nos vies.

Cependant, “on n’a pas tous la chance d’avoir cette transmission par nos familles” explique Aurore Bergé. La culture ne doit plus être un moyen de “reproduction des inégalités“, mais plutôt un “levier de lutte” contre celles-ci. C’est pourquoi, selon elle, il faut faire en sorte que “tous les enfants de notre pays aient accès à un parcours culturel“. Autrement dit, elle souhaite une “éducation artistique et culturelle“. Chaque citoyen français doit pouvoir vivre les expériences et sensations qui peuvent être transmises par les différents éléments qui composent la culture.

La solution trouvée pour l’ouverture culturelle : le pass culture. D’après elle, ce porte-monnaie est indispensable pour ceux qui n’ont pas toujours les moyens d’accéder à la culture. Les étudiants ont plus tendance à réaliser des “arbitrages dans leurs dépenses“. Entre se nourrir et aller au cinéma, le choix est vite fait. À certains détracteurs du pass culture qui critiquent son utilisation pour l’achat de manga, Aurore Bergé répond que “les mangas c’est la culture aussi. Car le but des 300€ n’est pas de favoriser un aspect de la culture plutôt qu’un autre. Ce projet reflète également une volonté du gouvernement de séduire les jeunes, un électorat que tous les politiques essaient de mettre dans leur camp. Cependant, le pass culture ne s’adresse qu’aux jeunes, et aucune mesure similaire n’a été créée pour le reste de la population française.

 © Maison de la Photographie de Lille
Exposition à la Maison de la Photo © Maison de la Photographie de Lille

La politique macroniste : des solutions trouvées pour les jeunes et les étudiants ?

La députée des Yvelines a défendu son parti. Elle a mis en évidence les diverses solutions mises en place pour les jeunes depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron. L’augmentation des bourses, ou les repas à 1€ font partie de ces mesures. De plus, la plateforme “1 jeune 1 solution” est aussi une mesure importante pour accompagner et aider les jeunes dans leur projet professionnel. Aurore Bergé souligne qu’il faut “ressortir plus forts de la crise“, pour ne pas accélérer le décrochage des jeunes, et éviter l’augmentation du chômage dans la tranche d’âge des 18-25 ans.

Selon elle, 3 millions de jeunes sont entrés dans la vie professionnelle grâce à ce portail en ligne. Impossible pour la députée de ne pas aborder le sujet du contrat d’engagement jeune, qui a été présenté par le gouvernement le 2 novembre dernier, à quelques mois seulement de l’élection présidentielle. Elle explique que le dispositif ne correspond pas à une somme versée aux jeunes, mais plutôt à un accompagnement personnalisé des moins de 26 ans dans leur projet professionnel. Les 500€ seront versés à ceux qui font preuve de motivation.

Cependant, elle n’a pas mentionné les difficultés que certains jeunes rencontrent pour s’insérer dans le monde du travail à cause de la crise sanitaire actuelle. Selon la DARES, les jeunes sont bel et bien affectés par cette pandémie, car lors du premier confinement, les embauches ont chuté de 77% chez les moins de 30 ans. 2,4% des jeunes sont devenus inactifs entre fin 2019 et fin 2020.

Il faut prouver que « la politique sert encore à quelque chose »

Aurore Bergé a également été confrontée sur la relation entre la politique et les jeunes. Elle tire la sonnette d’alarme et veut convaincre les 18-25 ans d’aller voter. Il s’agit d’un sujet important, car les jeunes représentent la part de la population qui s’abstient le plus aux urnes. Aux régionales de 2021, 87% des 18-24 ans n’ont pas voté (Le Monde). Cela s’explique, selon la députée, par le fait que les jeunes pensent que les politiques sont impuissants, et qu’ils n’apportent pas de réponses concrètes.

C’est pourquoi il faut montrer qu’être élu “permet de changer la vie des gens“. Elle donne un chiffre pour appuyer ses propos : 400 000. C’est le nombre de familles qui n’ont pas basculé dans la pauvreté pendant le confinement en France, à la suite des mesures prises par le gouvernement. En contradiction avec ce chiffre, le gouvernement a débloqué, cette année, les sommes de 39 et 55 millions d’euros, dédiées à l’aide à alimentaire (Ouest France). Elle insiste ensuite sur le fait qu’”il faut arrêter de penser qu’on [les politiques] vit dans un monde à part“. Les politiques sont “au cœur de la vie de tous les jours“, et veulent l’améliorer.

En répondant à nos questions, Aurore Bergé a aussi voulu mettre en lumière le rôle des jeunes lors des élections. Elle évoque les mesures environnementales, et liste un certain nombre de changements qui sont apparus sous la gouvernance du président Macron : interdiction des exploitations d’hydrocarbures, fin du projet de Notre-Dame-des-Landes, réduction de l’artificialisation des sols, fin des centres commerciaux de plus de 10 000 mètres carrés.

Cette énumération n’a-t-elle pas pour but d’attirer les jeunes, sensibles au sujet de l’environnement, vers le parti de la députée ? Pour avoir un impact plus important, elle invite le peuple à prendre la parole. C’est pour cela que le Grand débat et la convention citoyenne ont été créés tour à tour. Cependant, selon le journal écologiste Reporterre, seulement 10% des propositions de la convention citoyenne ont été retenues sans modifications. Elle-même rapporteuse lors de cette convention, Aurore Bergé défend son parti en expliquant que les députés ont simplement fait leur travail en modifiant les propositions. Son envie de conquérir le cœur des jeunes en vue de la future élection présidentielle est ressentie: la campagne présidentielle est bel est bien lancée.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
4
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.