En lecture
Rupture 2 merde, message d’adieu et ultime cadeau de la part du groupe Thérapie Taxi

Rupture 2 merde, message d’adieu et ultime cadeau de la part du groupe Thérapie Taxi

Therapie Taxi

Thérapie Taxi, le groupe de musique au style cru et entraînant, a sorti il y a un mois Rupture 2 merde, un dernier EP, ultime cadeau fait à leurs fans avant leur séparation qui avait été annoncée le 8 décembre 2020. À l’aube de leur départ, revenons sur leur musique et leur carrière.

Fondé en 2012 par Adélaïde Chabannes et Raphaël Faget-Zaoui, Thérapie Taxi se fait connaître en 2017 grâce à son tube Hit Sale, réalisé en collaboration avec Roméo Elvis. Le groupe réalise quelques festivals comme Rock en Seine et sort deux albums, Hit Sale (2018) et Cadavre Exquis (2019), qui rencontrent un franc succès. Leur dernier album au nom évocateur Rupture 2 merde vient clore cette carrière éclair.

Des artistes au style poétique et décalé…

Dans le dernier album, on retrouve le style léger et entraînant du premier projet du groupe. Au nombre de sept, ces nouveaux morceaux évoquent les ruptures, les amitiés ou l’été avec nostalgie et douceur, le tout accompagné de refrains entêtants. On reconnaît le goût du groupe pour les figures de styles et les jeux de mots qui marquaient déjà leurs albums précédents. Ainsi, à travers Dragmatique, le quatrième morceau du dernier EP, les chanteurs jouent une dernière fois avec les mots. Reprenant le modèle de la chanson d’enfant “trois petit chats”, toutes les paroles sont écrites de sorte à ce que la dernière syllabe de la phrase forme le début de la phrase suivante. “Au bout du bout je sais que je suis un peu con… / ‘versation inutile je parle de moi et toi tu fixes mes seins.. / ‘cèrement je sais que j’ai l’air chiant”

À travers ses titres, Thérapie Taxi s’amuse avec la langue française, créant néologismes et figures de style. La chanson Zarba, sortie en 2018, est emplie d’anastrophes et d’allitérations : “Et j’ai les coulent qui larmes et j’ai le doute qui tarde”. Le groupe fait aussi une référence au jeu du Cadavre exquis dans le titre de leur deuxième album. Cette antithèse est le nom d’un jeu dadaïste du XXème siècle dans lequel les participants doivent compléter une phrase sans tenir compte du mot précédent. Il en résulte des phrases surréalistes et décalées à l’image des chansons de Thérapie Taxi. 

Enfin, les artistes nous proposent une suite innovante à l’un de leur morceaux phares du premier album, Chula. Intitulée Love dans ce nouvel EP, la chanson reprend le rythme et le refrain de Chula. Si la version originale parlait du début d’une relation amoureuse qui s’annonçait compliquée (“Avant que ça commence, je préfère te prévenir / On a aucune chance on a pas d’avenir”), la seconde version vient clore cette relation fictive, évoquant la fin du couple : “Me laisse pas seul, reste avec moi”. Si les deux versions reprennent le même refrain, c’est aussi pour évoquer la toxicité de certaines relations qui tournent en rond : “Répéter les mêmes erreurs, ça je sais faire”. Bien que la boucle semble bouclée, il ne faut pas que la relation retombe dans un cercle vicieux.

… qui ne fait pas l’unanimité.

Auteurs d’une pop résolument moderne à la frontière des genres, Thérapie Taxi évoque dans ses textes des sujets variés et parfois douloureux. N’ayant pas peur d’utiliser des paroles crues associées à un rythme entraînant, leurs chansons représentent une forme d’exutoire bénéfique pour leur fans. C’est ce que nous explique Raphaël, 20 ans : “Quand ma meilleure amie s’est fait quitter par son mec, je suis allé chez elle et on a hurlé « Va te faire enculer, va bien te faire enculer » [refrain du morceau Salope, nldr] toute la nuit pour l’aider à oublier.”

À travers Rupture 2 merde, les artistes font leurs adieux à leur façon, évoquant leur peine avec humour noir et sarcasme comme à leur habitude. “Et si tu m’enterres, fais ça bien, insulte ma mère, drague mes copains”.  Très directes, parfois violentes mais toujours chantées sur un rythme léger et entraînant, les paroles nous permettent d’oublier une partie de nos maux. Ainsi, dans Blesse-moi, Thérapie Taxi parle de la douleur d’une rupture en accentuant le trait avec ironie : “Blesse-moi encore, laisse-moi pleurer on s’en fout”. Cette philosophie face à la douleur peut paraître parfois trop peu consensuelle et ne fait donc pas l’unanimité. Par ailleurs, le groupe au côté décalé était déjà connu pour casser les codes. Les paroles des chansons comme Salope ou Cri des Loups des albums précédents avaient fait débat, considérées parfois comme trop violentes et vulgaires. Mais ces musiques ne sont pas réservées qu’aux jeunes, comme nous le rappelle cette jeune lycéenne lilloise interrogée dans la rue : “J’écoute du Thérapie Taxi dans la voiture avec mon père, c’est lui qui me l’a fait découvrir.”

La dissolution du groupe est une terrible nouvelle pour la communauté de fans. La pandémie, arrivée à un des moments phares du groupe, a empêché de nombreux concerts, suscitant une grande frustration. Clara, étudiante en médecine, s’attriste : “Je devais aller au concert de Thérapie Taxi en avril mais il a été décalé en octobre puis annulé et là ils annoncent la dissolution du groupe. Je n’aurais jamais pu les voir en vrai !” Heureusement, il reste une dernière chance pour les fans : si la situation sanitaire le permet, les cinq artistes réaliseront leurs derniers concerts en 2021. Pas de date prévue à Lille pour le moment, mais ils seront notamment à l’Olympia, à Paris, les 11 et 12 septembre 2021.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
1
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pépère News

GRATUIT
VOIR