En lecture
Sensibilisation à la lutte contre le cancer du sein, Lille se met en rose pour le mois d’octobre

Sensibilisation à la lutte contre le cancer du sein, Lille se met en rose pour le mois d’octobre

Palais-des-Beaux-Arts-octobre-rose

On vous parlait il y a quelques semaines de l’exposition 111 des arts pour lutter contre le cancer, place maintenant à Octobre Rose : un mois pour sensibiliser à la lutte contre le cancer du sein et récolter des fonds pour la recherche. Pour l’occasion, Lille se met en rose et les associations organisent des actions pour informer sur le sujet. 

Pour la 27ème année, le mois d’octobre est sous le signe du rose, symbole de la campagne de lutte contre le cancer du sein. Partout en France, les associations et collectifs profitent de ce mois pour mettre en avant la cause des femmes atteintes du cancer du sein. Entre événements, ateliers, conférences et demandes de dons, le but est d’informer, de sensibiliser et de mobiliser.

Le cancer du sein, la tumeur maligne la plus fréquente chez la femme

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent en France, avec 59.000 femmes touchées chaque année, il représente la première cause de décès par cancer chez la femme. S’il est détecté tôt, il peut être soigné dans neuf cas sur dix, mais seulement 26% des femmes survivent d’un cancer détecté tardivement.

L’âge constituant un facteur de risque important pour ce cancer, en France, les femmes de 50 à 74 ans bénéficient donc gratuitement d’une mammographie de dépistage tous les deux ans. C’est grâce à ce dépistage que Dederiek a découvert qu’elle avait un cancer à un stade précoce, alors qu’elle n’avait aucun symptôme. On l’a opérée très vite pour retirer la tumeur qui était encore toute petite, suivi d’une thérapie de trois mois. C’est parce que la maladie a été détectée très tôt qu’elle a pu être soignée et que le sein a pu être sauvegardé en grande partie. Elle se dit alors “très reconnaissante qu’il y ait un dépistage de la population qui soit fait”. Par la suite, Dederiek a été “bien suivie avec une mammographie par an, puis tous les deux ans dès que le risque de rechute est devenu moins élevé”.

“Heureusement, la plupart des femmes survivent du cancer du sein (taux de survie de 87% selon Santé publique France) grâce aux connaissances actuelles et aux dépistages qui permettent de le traiter à un stade précoce” – Dederiek, atteinte d’un cancer du sein il y a plusieurs années.

Chaque femme est également invitée chaque année, dès l’âge de 25 ans et même en l’absence de symptômes, à effectuer un examen clinique des seins par un médecin.

Octobre Rose, c’est quoi ?

En 1994, les groupes Estée Lauder et Marie Claire ont créé l’association Le Cancer du Sein, Parlons-en ! renommée Ruban Rose en 2020. Lancée par cette association, la campagne Octobre Rose a pour objectif de mettre en lumière pendant un mois la lutte contre le cancer du sein et d’organiser des événements pour l’occasion. Le Prix Ruban Rose, créé en 2004 par l’association du même nom, permet également de soutenir la recherche clinique. Depuis son lancement et grâce aux différents événements et dons des particuliers, plus de 3 millions d’euros ont été collectés et reversés à la recherche contre le cancer du sein. Cette année encore, la campagne d’information Octobre Rose mobilise de nombreux acteurs engagés sur tout le territoire. Le 1er octobre, la Tour Eiffel s’est illuminée en rose pour marquer le début de la campagne annuelle de l’association.

Octobre Rose, c’est aussi l’occasion de rappeler que les dons pour la recherche contre le cancer du sein sont indispensables et permettent de proposer des traitements innovants, notamment pour combattre la maladie à un stade plus précoce.

À Lille, on se bouge pour l’occasion

Comme dans de nombreuses villes en France, les bâtiments de la ville de Lille se parent de rose à l’occasion de la campagne Octobre Rose. Jusqu’au 16 octobre le Palais des Beaux-Arts, Velum Gambetta, l’Ilot Comtesse, la mairie de quartier de Fives, la Halle aux Sucres, la Maison Folie Wazemmes et les portes de Roubaix et de Gand seront illuminés en rose jusqu’à minuit.

Dans le Nord, des actions sont aussi organisées pour mettre du rose dans les villes ! L’association Challenge du Ruban Rose organise habituellement une course à Lille pour récolter des dons. Mais cette année, à cause de l’épidémie de coronavirus, la mobilisation prend une autre forme : entre le 1er et le 31 octobre, chacun pourra marcher ou courir sur le parcours de son choix avec le T-shirt rose et le masque de l’association, fournis en échange d’un don de 16 euros. Cet argent reversé à Challenge du Ruban Rose permet ensuite de faire vivre l’association et de financer des actions. Mais comme le précise un membre de l’organisation, “l’objectif ici n’est pas de réaliser des excédents mais d’interpeller les gens avec du rose pour qu’ils s’intéressent à la cause”. Pour lui, Octobre Rose est d’autant plus important en 2020, car beaucoup de femmes n’ont pas été se faire dépister, plus préoccupées par la pandémie. Mais “la Covid-19 n’arrête pas le cancer”.

Au CHU de Lille, en raison des restrictions sanitaires, la majorité des événements se déroulent en ligne. Sur leurs comptes Twitter, Facebook et Instagram, des messages de sensibilisation au dépistage du cancer du sein sont relayés et un live Instagram portant sur le thème de la reconstruction du sein sera organisé le mardi 13 octobre à 18h en présence de trois chirurgiens spécialistes du cancer du sein. Sur inscription et dans le respect des gestes barrières, un atelier de fabrication de coussins en forme de cœur est également proposé à la Maison des Usagers au CHU. Une bonne initiative puisque ces coussins sont destinés à réduire les douleurs post-opératoires en diminuant les tensions de la chirurgie. Il se déroulera le mercredi 21 octobre de 12h à 14h après inscription à l’adresse suivante : maison.usagers@chru-lille.fr.

https://twitter.com/CHU_Lille/status/1314472341196464128?s=20

Au centre Oscar Lambret à Lille, le centre régional de lutte contre le cancer des Hauts-de-France, le grand public est invité à participer au “Mammo Dance Challenge” lancé dans le cadre de la campagne “On a toutes un bon motif de faire son suivi gynéco !”. Le défi ? Partager sur les réseaux sociaux sa propre version de la chorégraphie créée par le centre afin de sensibiliser à l’importance de la mammographie de dépistage dans la bonne humeur !

Rédacteur(s)

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
2
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre