En lecture
“Shadow and Bone : la saga Grisha”, nouvelle série fantastique de Netflix

“Shadow and Bone : la saga Grisha”, nouvelle série fantastique de Netflix

Shadow and Bone

Voilà une série que nombreux attendaient. “Shadow and Bone : la saga Grisha”, est sortie le 23 avril dernier sur Netflix. Adaptée des livres fantastiques à succès de l’autrice américaine Leigh Bardugo, la saga pouvait déjà compter sur une base de fans très solide. Parfois comparée à un mélange entre Game of Thrones et Ocean’s Eleven, Shadow and Bone avait placé la barre haute en terme d’attentes. Alors la série a-t-elle réussi à convaincre les passionnés du fabuleux Grishaverse ? 

Shadow and Bone est le croisement de deux sagas de Leigh Bardugo : la trilogie Shadow and Bone et la duologie Six of Crows, toutes deux issues du même monde fantastique. Elle se déroule dans un pays fantaisiste inspiré de la Russie des tsars au début du 19ème siècle. Ravka a été séparé en deux il y a plusieurs siècles par une mer de ténèbres appelée le Fold. Peuplé d’ignobles créatures, il est presque impossible de le traverser sans y trouver la mort. Entouré par d’autres nations aussi menaçantes les unes que les autres, Ravka voit constamment ses frontières redessinées au rythme des guerres. Tandis que des soldats ordinaires gonflent les rangs de sa Première Armée, sa Deuxième Armée est uniquement composée de Grisha, des êtres aux pouvoirs surnaturels.

Alina et Mal, deux orphelins recrutés dans la Première Armée, s’apprêtent à traverser le Fold pour la première fois de leur vie. Alors qu’ils frôlent la mort, Alina déclenche un pouvoir jamais vu auparavant. Elle devient soudainement la victime d’une traque infernale et l’objet de toutes les convoitises. De l’autre côté de la Vraie-Mer à Ketterdam, un groupe de bandits appelé les Crows entend parler de cette jeune fille au pouvoir inédit. On leur promet un million de kruge s’ils arrivent à l’enlever.

L’univers de Leigh Bardugo respecté

Adapter le monde créé par Leigh Bardugo n’est pas chose facile. Il est complexe, composé de différents peuples et de paysages totalement opposés. La multitude de personnages et d’intrigues était aussi un défi de taille. Les fans de la saga étaient donc assez concernés dès le départ par cette création. Mais il faut bien le dire, le travail d’Eric Heisserer (scénariste du très bon Premier Contact mais également de Birdbox) est assez fidèle à la création de l’autrice. Ainsi, on y retrouve les paysages hivernaux de Fjerda, les couleurs vives des Grisha sont présentes et on sentirait presque l’odeur infecte d’urine et de bière propre à Ketterdam. Le travail titanesque des monteurs et des décorateurs rend la chose esthétiquement très plaisante et les pouvoirs des Grisha sont parfaitement bien représentés, ce qui n’était pas chose facile.

C’est surtout au niveau des personnages que les souhaits des lecteurs du Grishaverse ont été exaucés. Le casting réalisé par Suzanne Smith a été effectué avec brio. Les personnages principaux sont tous interprétés par de jeunes acteurs presque inconnus au bataillon à l’exception du très bon Ben Barnes habitué aux rôles sombres comme Logan Delos dans Westworld ou Billy Russo dans Marvel’s The Punisher. Une fraicheur bienvenue dans cette toute nouvelle saga qui permet de découvrir de nouvelles têtes prometteuses. Ainsi, la série ne serait pas aussi dynamique sans la présence du formidable Kit Young qui interprète l’intrépide tireur Jesper Fahey, chouchou des fans de la saga. Amita Suman, l’interprète de la téméraire Inej Ghafa alias le Spectre, colle également plus que parfaitement au personnage. La présence de Leigh Bardugo sur le tournage en tant que productrice déléguée a sans doute permis à la série de ne pas trop s’éloigner de l’idée originale tout en la modifiant quelque peu.

Shadow and Bone Netflix
Le formidable Kit Young joue à merveille le chouchou des fans de la saga, Jesper Fahey. © Netflix

Une nouvelle série adolescente mais prometteuse

C’est sans doute le talent des acteurs qui donne envie aux spectateurs de rester un peu plus et de finir cette première saison. S’ils ont aimé affilier la série au monument qu’est Game of Thrones, on ne peut tout de même pas dire qu’elle soit à la hauteur de la comparaison. Le monde créé par Leigh Bardugo est certes vaste et divers mais il n’est pas de taille à rivaliser avec celui de George R. R. Martin. Cela s’explique en partie par un manque de constance et de profondeur dans les dialogues des personnages. Si le jeu des acteurs est impeccable, certaines lignes qu’ils prononcent ne sont pas à la hauteur de leur talent. Trop de phrases clichées qui auraient pu être évitées, notamment sur les thèmes de la trahison, de l’honneur et de l’amour qui étaient constamment présents.

Shadow and Bone
Mal (Archie Renaux) et Alina (Jessie Mei Li), le duo inséparable. © Netflix

Néanmoins, cela aurait pu être pire. En effet, la saga Shadow and Bone écrite par Leigh Bardugo était sa première oeuvre. Écrite à la première personne du point de vue d’Alina, elle était essentiellement centrée sur un triangle amoureux impossible. Alors qu’il y avait tous les éléments pour construire un monde fantastique digne de ce nom autour d’une intrigue solide, l’auteur a préféré se concentrer sur les histoires d’amour des personnages. Dans la série on retrouve ces éléments mais ils sont estompés par plusieurs procédés. D’abord, Eric Heisserer a fait le choix de renforcer le personnage de Mal, le rendant plus important et plus actif dans l’histoire dès le départ. L’alchimie créée par Jessie Mei Li (Alina Starkov) et Archie Renaux (Mal Oretsev) permet également d’être captivé par leur amitié. Mais il a également choisi d’inclure la duologie Six of Crows dès le début de la série, ce qui n’est pas du tout le cas dans les livres. Ainsi on voit les aventures de Kaz, Inej et Jesper dans la saison 1 mais cette intrigue a été créée de toutes pièces par les scénaristes. Cependant elle fonctionne parfaitement, contrebalançant ainsi l’histoire principale d’Alina et ajoutant une certaine gaieté à la série et une touche d’humour non négligeable. Elle permet également de poser les bases pour les prochaines aventures des Crows qui s’annoncent palpitantes selon les fans de la duologie.

Tout comme pour The Witcher, Netflix a probablement trouvé avec Shadow and Bone les séries fantastiques qui lui feront battre des records dans les prochaines années. Avec une base de fans très investis pour chacune, il est évident qu’il ne fallait pas les décevoir dans l’adaptation. Pour Shadow and Bone : La saga Grisha, le pari est pour le moment réussi, la série se classant numéro un dans de nombreux pays. Si une deuxième saison coule de source, il faudra attendre la confirmation de la plateforme avant de pouvoir se replonger dans le monde sombre et mystérieux du Grishaverse.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

On vous parle des élections régionales et départementales des 20 et 27 juin prochains !

X
Pépère News

GRATUIT
VOIR