En lecture
Tipimi, une communauté qui lutte contre la précarité

Tipimi, une communauté qui lutte contre la précarité

  • Avec les nouvelles mesures sanitaires, Tipimi est à l'arrêt et a dû stopper l'opération Pop'soupe ainsi que l'ouverture du coworking en semaine. Les brunchs et apéro à emporter sont quant à eux toujours en place.

Situé à Fives et local commercial à l’origine, Tipimi vise à devenir un lieu singulier. En perpétuel mouvement, Tipimi s’attache à être responsable, collectif et solidaire. Voyage à Fives pour en savoir plus.

Dès sa conception en 2019, Tipimi a rassemblé un espace de coworking, un café gourmand, un bar associatif, une boutique locale de livres et également de la programmation d’événements. En raison de l’impact de la crise sanitaire, ce lieu atypique a mis en œuvre sa politique de solidarité en mettant à disposition des étudiants son espace de coworking, et propose sa fameuse “Pop’soupe”, une soupe suspendue spécialement proposée aux étudiants.

Tipimi s’investit pour les plus démunis

Alors que l’activité de Tipimi a baissé durant le confinement, la communauté ne se laisse pas abattre et décide de trouver des solutions solidaires pour remettre du baume au cœur en cette période particulière. Tipimi est un lieu multitâche : il offre aux étudiants la possibilité de venir étudier gratuitement avec un quota de deux places par jour, sur réservation. Dans les locaux de coworking, Tipimi s’attache à mettre à disposition du réseau internet auquel on peut se connecter gratuitement, une imprimante, mais aussi des boissons fraîches et chaudes et des encas sucrés et salés.

Dans les locaux de Tipimi. © Sarah Leroy / Pépère News

Par solidarité, Tipimi met à disposition des objets qu’ils prêtent aux personnes ayant un besoin, pour qui l’achat ou la possession à long terme n’est pas une nécessité. Ainsi, il est possible de vouloir se débarrasser d’un objet et de l’emmener chez Tipimi au sein de l’objetothèque, le tiers-lieu. Mais tout d’abord, il faut adhérer sur la plateforme Tipimi.fr et respecter la condition que l’objet fonctionne encore, pour les personnes en pénurie. Cet emprunt de matériel gratuit s’accompagne d’une adhésion de dix euros à l’année. L’objectif est de faire des économies et limiter les déchets. Tipimi a réussi à garder une certaine activité au sein du tiers-lieu comme des ateliers-événements organisés deux fois par semaine : le jeudi et le vendredi. Pour le samedi, c’est l’heure du bricolage dans les ateliers.

Tipimi a aussi bon appétit

Depuis le mois de février, les employés de Tipimi proposent du mardi au vendredi une soupe pour le midi, de 12 à 18 heures. Le bol de soupe suffit pour un repas complet, et le lieu propose notamment des soupes 100% végétales. Si vous vous sentez satisfaits du repas, il est possible de laisser 1 ou 2 euros afin de faire un geste pour les soupes à emporter pour les plus démunis. Le mantra chez Tipimi est donc la solidarité : ils proposent une soupe qui permet de “réchauffer le coeur et le corps“, comme il est écrit dans les posts sur leur compte Facebook. Marie, une des employée s’exprime à ce sujet : “La première semaine, les jeunes étaient assez timides. Mais aujourd’hui par exemple on a pu vendre trois soupes. Il y a une résidence étudiante juste à côté, du coup les étudiants reviennent manger et nous avons aussi des nouveaux arrivants. En fait, ça fonctionne avec du bouche-à-oreille.”

Lieu Tipimi
Dans les locaux de Tipimi. © Sarah Leroy / Pépère News

Hormis les soupes solidaires, Tipimi propose également des brunchs uniquement à emporter le samedi de 11h à 13h, avec possibilité de faire un repas 100% vegan à des prix abordables. Pour commander ce type de repas, les réservations se font sur leur site internet jusqu’au jeudi soir. Ils sont composés de huit petits plats différents. On peut y retrouver de la brioche, de la tartinade de fromage frais ou houmous, des bagels, des oeufs brouillés ou une brouillade de tofu pour les vegans. Mais là ne s’arrête pas la gourmandise. Tipimi prépare aussi l’apéritif. Sur le même principe que les brunchs, la réservation se fait avant le jeudi soir et les commandes peuvent être récupérées entre 16h et 18h le vendredi. Dans les planches apéros on trouve notamment des pois chiches, des crudités, des madeleines salées, des minis quiches, des tartinades ou rillettes etc.

Vendredi 19 mars : récupération des commandes d’apéro. © Sarah Leroy / Pépère News

La crise sanitaire met la jeunesse à l’épreuve : en réelle difficulté financière depuis un an, elle doit puiser dans ses ressources humaines pour sortir la tête de l’eau. La crise a poussé les commerces locaux, également au cœur de la pandémie, à revoir leur budget à la baisse. Néanmoins, la détresse grandissante de la population et notamment des étudiants a amené des petites commerces comme Tipimi à créer de nouvelles opportunités pour venir en aide à la société.

Implantée au 43 rue Pierre Legrand, la communauté Tipimi se tourne également parfois vers la vente de vêtements en organisant des vide-dressings. Le tiers-lieu ouvre ses portes du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
2
J'ai hâte !
2
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Pépère News revient sur les résultats des élections lors d'un live instagram à 21h30 !

X
Pépère News

GRATUIT
VOIR