En lecture
Une manifestation devant le Crous avant les altercations

Une manifestation devant le Crous avant les altercations

Ce mardi 12 novembre s’est tenu à 13 heures un rassemblement en soutien à l’étudiant lyonnais qui s’est immolé par le feu devant les bâtiments du Crous de l’Université de Lyon vendredi 8 novembre. Près de 300 personnes étaient présentes. Parmi elles, des représentants de nombreux syndicats étudiants comme Sud Etudiants, Solidaires étudiant.e.s, l’UNEF, ou encore les Jeunes Communistes.

Sur les murs de la direction du Crous, rue de Cambrai, où se situait le rassemblement, est tagué le mot « Assassins ». Crédits photo : Lisa Picot

Des étudiants ont pris la parole, dont des proches du jeune homme. Il était secrétaire fédéral du syndicat Solidaires, ainsi connu personnellement par certains étudiants lillois, présents au rassemblement. Leur discours, chargé en émotion, a également présenté des revendications envers le Crous de Lille.

Ils exigent la réquisition immédiate des logements vacants de la métropole lilloise afin de loger tous les étudiants précaires, mais aussi de remédier à l’insalubrité de certains logements du Crous. Ils ont aussi remis en cause le système Izly qui permet de payer les repas sur les différents campus universitaires, l’accusant de participer à la précarisation des étudiants dans la mesure où l’accès aux repas des restaurants universitaires s’effectue exclusivement par l’intermédiaire de cette plateforme. Les syndicats étudiants critiquent également le manque de réaction de la part du milieu universitaire, déplorant l’absence de déclaration de la part de l’Université de Lille.

Ils ont également appelé les étudiants en situation de précarité à se retrouver place de Douai à 18h le même jour, pour les aider à trouver des solutions face à leur situation.

Avant que tout cela ne dégénère

Vers 14h, un cortège se forme pour partir en manifestation sauvage vers l’Université de Lille 2, située à quelques rues du Crous. Pendant le trajet, on entend des slogans comme « Etat coupable, tous responsables ! », « La précarité tue, assassins ! » ou encore « Crous, assassin ! ». Arrivés devant l’entrée de la fac, ils sont contraints de s’arrêter face à un cordon de CRS.

Certains manifestants parviendront tout de même à pénétrer les portes de la fac et de l’amphithéâtre où devait se tenir une conférence par François Hollande, venu présenter son dernier livre. Face à l’irruption de ces dizaines de manifestants, dont certains extérieurs à la fac, et surtout à la violence engendrée par celle-ci, la conférence est annulée.

Des étudiants tous touchés

Orlane et Jeanne sont toutes les deux étudiantes boursières au Crous. Elles n’étaient pas présentes au rassemblement mais partagent le ressenti des manifestants. « Je trouve ça super triste, la précarité tue, c’est une réalité. » s’indigne Jeanne, qui est à l’échelon 0 bis. Ses parents l’aident financièrement. « Une fois qu’ils ont payé mon loyer, c’est difficile pour eux de finir le mois. En plus, ma sœur arrête ses études, je ne sais pas si je vais pouvoir conserver ma bourse. C’est une pression au quotidien. » Elle cherche un travail à temps partiel.

Orlane n’a pas d’aide de ses parents, elle vit avec son petit ami, « C’est plus simple pour payer le loyer » explique-t-elle. Pour elle, le geste de l’étudiant lyonnais est « logique ».

Voir aussi

« Même avec une bourse, c’est dur de vivre. On a besoin de vivre convenablement pour étudier. ».

Une nouvelle manifestation est prévue demain à 13 heures devant le Crous de Lille.

Lisa Picot

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
1
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page