En lecture
Une soirée de rêve au meeting de Liévin

Une soirée de rêve au meeting de Liévin

Ils l’avaient annoncé, ils l’ont fait ! L’organisation était claire sur ses objectifs : retrouver la grandeur d’antan de cet événement en le reclassant dans les trois meilleurs meetings mondiaux. Un pari à coup sûr gagnant. Une salle comble, un public en ébullition, une pluie de performances, une quantité d’épreuves à n’en plus savoir où donner de la tête. Le Pépère y était, il vous raconte. 

Tous les regards sont braqués sur un seul homme, Armand Duplantis. La pépite de l’athlétisme mondial qui vient de battre deux fois de suite le record du monde de la perche.  Si « Mondo » n’a pas dépassé la barre des 6 mètres 18 mercredi soir, il a assuré le spectacle. Il commence, en effet, son concours avec une barre à 5m60 qui lui permet d’entrer dans la compétition sereinement. Décontracté, quasi-nonchalant, et plaisantant avec ses camarades, il fait l’impasse à 5m70 et enchaîne avec des barres à 5m80, 5m90. Maintenant seul dans le concours, il demande une barre à 6m07, qu’il passe. Il vole. La barre monte à 6m19. Première tentative du record du monde. 

En même temps, de l’autre côté de la piste, Sandi Morris, perchiste américaine de renom, seule en tête, demande une barre à 5m03, synonyme de record du monde indoor. 

Ce n’est donc pas un record qui peut tomber ce soir, mais bien deux. Ceci étant permis par la spécificité de ce meeting, qui a choisi d’organiser deux concours de perche en même temps, un masculin et un féminin, une chose rare dans les meetings généralistes. Un petit jeu s’installe entre les deux athlètes. Chacun se fait des signes pour savoir qui s’élance en premier. Alors que Sam Kendricks et Cole Walsh, deux perchistes américains, font les allers-retours pour encourager leurs deux camarades.

Il s’en suit des essais retenant le souffle de tout le public. Tout le monde se lève pour chaque tentative et tape dans ses mains au rythme de la course des athlètes. La foule exulte. Ce n’est pas passé loin.

Armand Duplantis s’est exprimé en zone mixte :  “C’était vraiment cool. Il y avait une ambiance de dingue ! Tous les perchistes étaient sur la piste à nous encourager en hurlant, ils étaient tellement bruyants. C’est une atmosphère que j’adore, tout comme Sandi. C’était très spécial de sauter ici ce soir.  J’ai bien sauté même si j’étais un peu fatigué sur la fin du concours”. À propos de Sandi Morris : “C’était cool de la voir sauter. Ça m’a vraiment poussé vers le haut. Elle aime cette énergie, celle du public, je l’aime aussi. C’était super de pouvoir sauter côte à côte. J’espère qu’on pourra le faire plus souvent“. Il a précisé, interrogé sur sa motivation : “Je suis toujours motivé, je n’ai pas de problème de motivation. Je veux être le meilleur tous les jours.” 

Sandi Morris s’est, elle, arrêtée à notre micro : “J’ai passé un superbe moment. Le public était incroyable, il dégageait une telle énergie. C’était très spécial de sauter, dans la même salle, avec les hommes et Mondo qui tentait le record du monde au même moment que moi. Je m’en souviendrai toute ma vie. Ce soir c’était vraiment incroyable. Je suis très contente de mes sauts. Mon premier essai à 5m03 est certainement le meilleur que je n’ai jamais fait à cette hauteur.”

 

Armand Duplantis en zone mixte                             © Damian Cornette
Sandi Morris sous notre objectif                               © Damian Cornette

 

 

 

 

 

 

 

Le sprint 

C’est allé très vite dans les couloirs centraux, sur le 60 mètres et le 60 mètres haies. 

Après une série contrôlée, la gambienne Gina Bass s’impose sur le plat surprenant la grande favorite Murielle Ahouré, multiple médaillée mondiale, en 7s11. 

Chez les hommes, Ronnie Baker (USA) troisième meilleur performeur mondial de tous les temps sur la distance impressionne dès les séries. Celui-ci est relâché, il ne court que 30 mètres, coupe ensuite son effort et déroule. Vient ensuite la finale. Il est titillé, un temps, par son compatriote Demek Kemp mais s’impose en 6’44. Record du meeting et 2ème meilleure performance mondiale de la saison !

Sur les haies, le français Pascal Martinot-Lagarde, soutenu et transcendé par son public remporte la course devant l’espagnol Orlando Ortega dans un chrono de 7’47, 2ème performance mondiale de la saison. PML ne cache pas sa joie, il lève les bras, crie, remercie le public et se lance dans un petit tour d’honneur pour signer des autographes et prendre des photos avec ses fans. 

Chez les femmes, Nia Ali (USA) et Christina Clemons (USA) coupent la ligne d’arrivée en même temps. Elles sont départagées au millième de seconde et Nia Ali l’emporte. 

 

Ronnie Baker signant des autographes                    © Damian Cornette
La première série du 60m sur la ligne d’arrivée         © Damian Cornette

Le demi-fond

Première course sur anneau de la soirée, le 2000 mètres steeple féminin, premier gros résultat. La slovène Marusa Misma s’impose en 5’57″79 et explose la meilleure performance mondiale de tous les temps ! Cependant, cette distance est très peu courue en salle. Il est vrai que cette épreuve pratiquée en indoor est assez frustrante. Seule deux barrières sont placées sur la piste de 200 mètres et il n’y a pas de fosse remplie d’eau, principe même du steeple. 

Le 800m masculin a vu s’imposer le Kenyan Collins Kipruto en 1’46’’34, après une impressionnante chute. A son passage au dernier tour, l’allemand Reuther tente de s’insérer dans le peloton et de se rabattre à la corde. Il chute, se prenant dans les pieds du coureur qui le devance et entraîne avec lui le polonais Adam Kszczot, un des favoris et fin tacticien. Chez les femmes, l’anglaise Jemma Reekie s’impose aisément en 2’00’’34. 

Le 1500m a offert deux très belles courses chez les femmes comme chez les hommes. Dans une course très dense, Tsegay Gudaf (ETH) remporte la course en 4’00’’60 à moins d’une seconde de la meilleure performance mondiale de la saison. Emmenés par les lièvres, Samuel Teferra (ETH) s’impose et se porte en tête des bilans mondiaux, claquant un chrono de 3’35’’54.

Le lillois de club, Pierre-Ambroise Bosse s’impose sur le 1000 mètres en 2’19’’26. Une course montée spécialement pour lui et annoncée quelques jours auparavant lors de la conférence de presse. L’objectif était d’aller chercher le record de France de Mehdi Baala en 2’17’01. Pierre-Ambroise Bosse a tenté, à plusieurs reprises depuis le début de sa carrière, d’effacer des tablettes le médaillé olympique. 

15 tours, 15 tours de pistes pour une distance de 3000 mètres, avalés en 7’32″80. Parti sur un train d’enfer, 30 secondes par tour de 200 mètres, sous l’impulsion des lièvres, Wale Getnet (ETH) et Selemon Barega (ETH) n’ont fait qu’accélérer tout au long de la course. Se livrant à un sprint final impressionnant, c’est le premier nommé qui l’emporte et signe la meilleure performance mondiale de la saison. Les cinq premières performances au bilan mondial ont été réalisées lors de cette course. Mémorable ! A noter  la très belle course de Djilali Bedrani, jeune demi-fondeur français qui réalise 7’41’’40. Il nous livre ses impressions : “Ça s’est bien passé, je n’avais pas trop de sensations, mais bon le chrono n’est quand même pas mauvais. Je bats mon record de dix secondes. Il y avait une grosse ambiance ce soir, un très bon meeting, j’ai bien aimé la course, c’était cool.”

Tsegay Gudaf sur son tour d’honneur                      © Damian Cornette
Marusa Misma à l’arrivée du 2000 steeple             © Damian Cornette

 

 

Les autres concours 

Le triple saut masculin et la longueur féminine ont également offert de très belles performances, même si effacées par les deux concours de la perche. Chez les femmes, l’Ukrainienne Maryna Bekh-Romanchuk prend la première place du concours avec un saut à 6m90. 

Au triple saut, c’est le local Hugues-Fabrice Zango (BUR) qui l’emporte. Il atterrit après son triple bon à 17m51. “Je fais 17m50 sans exprimer tout mon potentiel, j’ai pas pu sortir tout ce qu’il fallait, je sais pas ce qu’il y a eu, mais je pense que les prochaines compet’ vont être mieux. C’est bon à prendre mais je sais que j’en avais encore sous le pied, c’est ça qui est dommage. J’ai encore deux compet’ cet hiver pour aller titiller le record du monde en salle.”

A l’année prochaine !

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Pépère News

GRATUIT
VOIR