En lecture
Va-t-on bientôt pouvoir jouer à Mario Kart en amphi ?

Va-t-on bientôt pouvoir jouer à Mario Kart en amphi ?

Qui sur cette planète n’aime pas jouer à Mario Kart ? À moins d’être un loser fini, ce jeu a permis de rassembler des ennemis de toujours et de briser de grandes amitiés. Le retour du jeu made by Nintendo devrait se faire sur nos smartphones. Une question de semaines, de mois ou d’années ?

Nous vous l’annoncions à travers un Factstyle le 24 janvier dernier :

Nous vous voyons venir. Non, ce n’était pas une fake news, étant donné que nous sommes début juin, et que le jeu n’est toujours pas sorti. Nintendo l’avait pourtant annoncé en janvier 2018, puis réaffirmé en octobre dernier, avant finalement de se corriger en février 2019 et de déclarer repousser la sortie de Mario Kart Tour (nom officiel de jeu) d’un semestre afin d’“améliorer la qualité de l’application et de renforcer le contenu offert après le lancement“. Nouvelle date de sortie : été 2019. Très vague tout ça…

Des premières images prometteuses

Après des mois sans informations de la part de la firme japonaise, ne serait-ce qu’une image ou un petit trailer, la version bêta fermée du jeu est enfin sortie le 22 mai, uniquement aux États-Unis et au Japon. Et bien évidemment, des premières images du jeu ont fuité. Une trentaine de personnages seraient disponibles, ainsi que 13 circuits historiques d’anciennes versions.

Manoir de Luigi, Route Arc-en-ciel ou Plage Koopa : des circuits classiques devraient être disponibles dans Mario Kart Tour.

Avec cette version bêta, de nombreuses autres informations sont à retenir. Tout d’abord, les courses se feront avec le téléphone en position verticale (ou mode portrait), au contraire de la majorité des autres jeux de course sur le marché. La voiture avancera seule, le joueur n’aura qu’à slider sur son téléphone à gauche ou à droite afin de choisir la trajectoire que son perso doit utiliser. Enfin, un système de points est mis en place, points très faciles à obtenir tout au long de la course. Le tout est de savoir à quoi vont servir ces points… N’hésitez pas à regarder cette vidéo d’E.M.B. pour approfondir le sujet.

Apprendre des erreurs de Super Mario Run

Fin décembre 2016, la hype était énorme autour de la sortie de Super Mario Run, premier jeu de l’univers du petit plombier à arriver sur nos téléphones. Même si les spécialistes ont assez bien noté le jeu (8/10 en moyenne), ce dernier est loin d’avoir fait l’unanimité chez les joueurs mais aussi les fans de Nintendo. De nombreuses critiques se sont fait entendre sur la durée trop courte du mode de jeu principal ou encore le fait d’être connecté obligatoirement à Internet pour faire sauter Mario. Mais surtout, c’est le prix de l’application qui a rebuté de nombreuses personnes. Même s’il était possible de jouer gratuitement à une toute petite partie du jeu afin de le découvrir, pour une grande majorité de potentiels utilisateurs, débourser près de 11 euros pour Super Mario Run n’était pas dans leurs plans.

Voir aussi

Nintendo semble cette fois-ci avoir compris la leçon : laisser le jeu majoritairement accessible gratuitement aux utilisateurs. La firme japonaise devrait opter pour un format free-to-play, avec une option payante. Reste à savoir s’il faudra payer pour débloquer une certaine partie du jeu, ou pour acheter des suppléments afin d’améliorer son compte et figurer parmi les meilleurs joueurs.

3 questions à : Anthony Morel, journaliste high tech pour le groupe BFM

Anthony Morel travail pour le groupe BFM TV/RMC. Il présente notamment la chronique Culture Geek, où il fait découvrir en avant-première les technologies de demain.

Pépère News : Anthony, quelles sont selon toi les erreurs à ne pas reproduire chez Nintendo par rapport à Super Mario Run ?
Anthony Morel : Le sujet sur lequel Nintendo doit revoir sa copie, c’est le modèle économique… Ça a été l’un des gros points faibles de Super Mario Run. 10 euros, ce n’est pas cher dans l’absolu – surtout pour un jeu complet, de qualité et sans pub -, mais quand la grande majorité des jeux sur mobile est free-to-play, ça crée une barrière psychologique à l’entrée qui freine grandement l’adoption du jeu.

PN : Comment analyses-tu le fait que la sortie soit repoussée et que Nintendo ne communique que très peu sur le sujet ?
AM : Je pense qu’ils ont d’autres chats à fouetter, tout simplement… La priorité de Nintendo en matière de “jeu mobile”, ça reste la Switch. Les smartphones, c’est un virage qu’ils ont mis énormément de temps à prendre, et ça reste quelque chose de non-essentiel pour eux. On l’a encore vu à l’E3 lors de leur keynote : pas un mot sur le mobile.

PN : Enfin, au vu des premières images et impressions dévoilées, penses-tu que ce jeu a le potentiel pour battre des records dans le domaine du jeu pour mobile ?
AM : Les records façon Pokemon Go, je ne suis pas sûr. Mais ce sera probablement un gros succès… Mario Kart est un jeu qui se transpose vraiment facilement sur smartphone, ce qui n’est pas le cas de toutes les franchises. Je lui prédis un succès supérieur à celui de Super Mario Run. Mais je ne le vois pas arriver à la viralité démente d’un Pokemon Go par exemple.

Alors que la version bêta du jeu devrait bientôt refermer ses portes, la hype commence à grimper autour du (re)nouveau-né du géant Nintendo. Il faudra encore être patient quelques temps – sûrement une question de mois – avant de pouvoir s’adonner à des parties endiablées de Mario Kart pendant le cours d’anglais de votre prof préféré. 

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
0
In Love
0
Not Sure
0
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page