En lecture
Vélos et trottinettes électriques en libre-service : ça roule à Roubaix

Vélos et trottinettes électriques en libre-service : ça roule à Roubaix

Trottinette électrique Tier App Roubaix

Depuis le 17 septembre, les Roubaisiens ont la possibilité d’emprunter des vélos et trottinettes électriques en libre-service. La mairie de Roubaix met en place cette expérimentation, pendant un an, dans le but de proposer une diversité de transports et d’améliorer la mobilité des riverains. En effet, ces deux roues viennent s’ajouter à l’offre de transport de la ville qui comprend déjà : bus, métro, tramway, et V’lille. 

Paris, Londres, Berlin, Varsovie, Gdansk, Helsinki, et bien d’autres encore. De nombreuses métropoles européennes ont déjà adopté les trottinettes électriques. C’est maintenant au tour de Roubaix d’accueillir ces engins, pendant un an minimum. Un autre point commun lie ces villes entre elles : c’est l’entreprise allemande Tier Mobility qui leur fournit ses services de location de véhicules électriques. Choisie par la mairie de Roubaix, parmi huit autres candidatures, elle se rapprochait le plus du cahier des charges de la ville. Maintenant, 100 vélos et 500 trottinettes, tous deux électriques, sont disponibles dans la ville. Leur emplacement et leur disponibilité sont directement indiqués sur l’application Tier, qu’il faut installer pour les utiliser . 

Un dispositif pour faciliter la vie des riverains

En interrogeant certains utilisateurs de ces nouveaux véhicules électriques, l’argument du temps de trajet est souvent revenu. Bastien, 19 ans, nous explique : “au lieu de dix minutes, je prends à peine deux minutes pour aller du métro jusque chez moi”. Il en est de même pour Laurent, 60 ans, qui les utilise “tous les jours depuis que c’est lancé”. Grâce à cette nouvelle offre de transport, il peut aussi rentrer plus rapidement chez lui et perdre moins de temps. Des véhicules qui sont donc aussi très propices aux retardataires. 

Bastien, lui-même étudiant à Lille, nous confie que les trottinettes et vélos électriques “peuvent être utiles aux étudiants”. Par là, il pense aux étudiants non véhiculés, qui sont dépendants des transports en commun de la MEL. Plus il y a de moyens de transport, plus la mobilité des étudiants sera facilitée.

“On aura aussi une offre spéciale pour les étudiants”, a annoncé François-Xavier Giraud, city manager de TIER pour Roubaix. En effet, ils peuvent avoir accès à 50 déblocages gratuits sous présentation d’un justificatif. Pour cela, il faut s’adresser à l’entreprise directement par mail.

Le service plaît tellement que “ça serait dommage que ça s’arrête“, exprime Laurent. En effet, les engins bleus pourraient disparaître des rues de Roubaix d’ici un an, à la fin du test. Cela dépendra de la MEL, qui décidera de subventionner les vélos et trottinettes électriques. Pour le moment, aucune information ne montre qu’elle le fera.

Zone de stationnement de trottinettes électriques à Roubaix Eurotéléport
Zone de stationnement à Roubaix Eurotéléport © Baptiste Demagny

Des précautions pour éviter les accidents

En principe tout devrait bien se passer. En effet, les trottinettes et vélos sont bridés à 20 km/h, voire à 8 km/h dans les zones les plus fréquentées par les piétons. Pour rappel, en France la législation autorise ces véhicules à rouler jusqu’à 25 km/h maximum. La mairie de Roubaix a donc pris des précautions en abaissant cette vitesse. Les trottinettes sont chacune équipées d’un casque pliable disponible dans une boîte en dessous du guidon. Une lumière et des clignotants se trouvent aussi sur les véhicules, pour éloigner encore plus le risque de collision, de jour comme de nuit.

Pour l’instant, aucun accident lié à ces nouveaux engins n’est à déplorer, alors que la ville est souvent sujette à des accidents de la route.

Comment ça marche ?

Rien de bien compliqué. Rendez vous tout d’abord sur l’application Tier afin de vous créer un compte. Créditez ce dernier pour débloquer la trottinette ou le vélo de votre choix. Scannez son QR code, et c’est parti ! En arrivant sur un emplacement, un marquage blanc au sol signale les «zones de stationnement ». Il vous faudra, après usage, déposer le véhicule emprunté dans une de ces zones, présentes à travers toute la ville.

Chaque déblocage coûte un euro, et chaque minute d’utilisation vous sera facturée quinze centimes. Cela fait un peu plus de dix euros de l’heure. “Les tarifs peuvent paraître chers, mais à la longue ça deviendra plus rentable qu’une voiture”, affirme Laurent. Il a opté pour le forfait à 29,99€/mois qui lui permet de débloquer gratuitement les véhicules et de profiter de 300 minutes de courses. Concernant l’étudiant interrogé, il paye 5,99€/mois pour avoir accès au déblocage illimité. Cela ne revient qu’à payer les 15cts/min.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
11
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.