Violette Spillebout dévoile ses propositions pour une “forme nouvelle” de Braderie

Violette Spillebout

La crise sanitaire actuelle liée au Covid-19 pourrait faire une nouvelle victime : la fameuse Braderie de Lille. Si elle n’est pas encore officiellement annulée, elle semble plus que jamais menacée. En prévision, Violette Spillebout, tête de liste du collectif Faire Respirer Lille aux élections municipales lilloises, lance une série de propositions pour une braderie alternative. 

Ce lundi 18 mai, la candidate du parti présidentiel à la mairie de Lille, Violette Spillebout, a présenté sur la Grand’Place, entourée de commerçants, trois grandes propositions pour une “Braderie lilloise, étalée et contrôlée”. Elle explique que “les gens s’inquiètent, se posent des questions sur la Braderie” et que le collectif Faire Respirer Lille “a senti qu’il y a une vraie envie qu’elle soit maintenue.” Seulement, alors que le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé fin avril qu’aucun événement “avec plus de 5.000 personnes” ne pourrait se tenir d’ici septembre, il semble difficilement imaginable que la Braderie de Lille sous sa forme actuelle puisse avoir lieu ; autoriser le rassemblement d’au moins un million de personnes le week-end des 5 et 6 septembre semble peu responsable, voire dangereux.

Une braderie élargie, dans le temps comme dans l’espace

V. Spillebout souhaite ainsi “trouver une forme nouvelle” pour le plus grand marché aux puces d’Europe. Le collectif Faire Respirer Lille dégage trois grandes propositions qui seront soumises aux autorités compétentes – la mairie de Lille et la préfecture du Nord. La première piste envisagée par la candidate centriste est l’organisation d’une “braderie tous quartiers des particuliers” ; il s’agirait d’une braderie “réservée à 100% aux particuliers lillois […] qui ont besoin de vider leurs greniers”. Elle serait étendue à tous les quartiers volontaires pour y prendre part, mais également étendue dans le temps ; la candidate à la mairie de Lille souhaite qu’elle se tienne du vendredi matin au lundi soir, sur quatre jours. Cette braderie des particuliers serait aussi l’occasion de la sectoriser. V. Spillebout souhaite la diviser en secteurs thématiques (braderie des enfants, des vélos et mobilités douces, des solidarités et des associations, etc.) séparés par des barrières. Des secteurs que l’on pourrait connaître à l’avance grâce à une application dédiée.

Violette Spillebout
Violette Spillebout le 18 mai 2020 en visioconférence sur la Grand’Place. © Célia Consolini

Autre proposition de la part du collectif : l’organisation d’une seconde braderie, dédiée aux commerçants. Déjà fortement touchés depuis plusieurs mois par des événements de différentes natures, l’annulation de la Braderie de Lille pourrait être un nouveau coup dur pour les commerçants de la capitale des Flandres, si ce n’est le coup fatal. Violette Spillebout a ainsi rappelé l’importance de cet événement pour ces commerçants et propose en conséquence d’“étaler la braderie des commerçants sur les trois premiers week-ends de septembre”. Un étalement également dans l’espace avec, comme pour la braderie des particuliers, l’intégration des commerces de quartiers volontaires dans cette braderie. L’ancienne directrice de cabinet de Martine Aubry explique que ces deux braderies qu’elle propose peuvent être combinées ; le week-end des 5 et 6 septembre verrait donc la tenue de la braderie des particuliers et de la braderie des commerçants selon le souhait du collectif.

Enfin, la dernière grande proposition de la part de Faire Respirer Lille concerne les restaurants, cafés et autres bars, eux aussi durement touchés par la crise actuelle. V. Spillebout souhaite élargir les terrasses pour respecter la distanciation entre les tables, mais aussi mettre à disposition des espaces aux commerces ne bénéficiant habituellement pas de terrasses pour favoriser leur chiffre d’affaire. Violette Spillebout le dit elle-même : “Les Lillois sont attachés à la tradition de manger des moules en famille.” Et une Braderie de Lille sans moules n’est plus une Braderie de Lille.

Violette Spillebout compte sur l’engagement des Lillois

Pour une braderie réussie, V. Spillebout compte sur l’engagement des Lillois. “Ce sera une braderie avec les Lillois, pour les Lillois”, clame-t-elle. Elle propose ainsi une association avec les start-up d’Euratechnologie pour instaurer une “monnaie spéciale braderie digitale” afin d’éviter au maximum les règlements en espèce. Elle souhaite également que les Lillois eux-mêmes deviennent acteur de l’organisation de cet événement : “Tout cela nécessite des moyens humains, souligne-t-elle. Proposons un appel à l’engagement des Lillois pour les mobiliser en tant que bénévoles durant trois ou quatre heures, afin qu’ils prêtent main forte à la police, mais aussi pour faire vivre la braderie et qu’elle ne coûte pas plus cher à la mairie.” Enfin, V. Spillebout espère que cette “braderie nouvelle forme” “va peut-être permettre d’inventer une braderie douce”, afin de se diriger progressivement vers une braderie zéro déchets.

Violette Spillebout
Violette Spillebout le 18 mai 2020 en conférence sur la Grand Place. © Célia Consolini

“Ce sera une braderie avec les Lillois, pour les Lillois.” – Violette Spillebout, candidate à la mairie de Lille

Le collectif Faire Respirer Lille a donc décidé de mettre sur la table la question de la tenue de la Braderie de Lille très (trop ?) tôt, en espérant “sauver” cet élément majeur du patrimoine de la capitale des Flandres. Violette Spillebout veut croire au maintien de cet événement : “Nous pensons qu’il peut être possible de ne pas être privé de braderie”. La candidate soutenue par La République en Marche, arrivée en troisième position au premier tour des élections municipales lilloises de mars dernier, appelle la mairie de Lille à la concertation : “La mairie doit mettre en place rapidement une consultation des commerçants. Ils ont tous des choses à dire sur la Braderie.” Faire Respirer Lille a de son côté déjà lancé sa propre consultation via un questionnaire en ligne ; les résultats de celui-ci seront présentés début juin, avant que le collectif ne fasse de nouvelles propositions à la mairie de Lille.

Bien que le collectif Faire Respirer Lille soit force de propositions et déterminé à tout mettre en oeuvre pour maintenir la Braderie, de plus en plus de Lillois sont sceptiques quant à la tenue de leur événement préféré. Même avec toutes les règles sanitaires ou autres gestes barrières imposés, il semble difficilement envisageable de voir déambuler des centaines de milliers de personnes dans les rues de Lille le premier week-end de septembre. L’évolution de la situation sanitaire ces prochaines semaines pourrait être décisive pour le maintien ou non de la plus grande braderie d’Europe.

Quelle est votre réaction ?
Excited
0
Happy
2
Hilarious
2
In Love
0
Not Sure
2
Sad
1
Silly
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page