En lecture
Violette Spillebout, en marche vers le beffroi

Violette Spillebout, en marche vers le beffroi

Le Pépère News est allé à la rencontre de Violette Spillebout, candidate LREM aux élections municipales de Lille, qui auront lieu en mars 2020. Nous l’avons ainsi interrogée sur son parcours, sa candidature et les grands axes composant son programme.

Parti socialiste, SNCF et retour à la politique

Avant de s’engager dans la course aux municipales, Violette Spillebout a travaillé pendant cinq ans aux côtés de Martine Aubry, qui l’avait nommée directrice de cabinet à la municipalité. En 2013, suite à des “désaccords politiques assez profonds” avec l’actuelle Maire de Lille, elle décide d’intégrer la SNCF et de prendre un peu de distance avec la politique pour s’intéresser à sa ville “en dehors des partis politiques et de la collectivité”. Elle pense sincèrement, nous dit-elle, “revenir aujourd’hui dans un mouvement auquel [elle] croit.

Avant le lancement de sa campagne le 1er septembre 2019, Violette Spillebout se retrouvait confrontée à Valérie Petit, afin d’obtenir l’investiture de La République En Marche (LREM) aux élections municipales. Elle nous confie : “Tout cela est derrière nous. Il y a eu une compétition interne, entre deux femmes qui s’engagent en politique. Je trouve cela plutôt sain, pour un jeune mouvement, qu’on y trouve des femmes engagées et compétentes qui veulent conquérir la ville.”

Je ne crois plus aux anciens partis politiques

Si la candidate se dit déçue du Parti Socialiste, et ne “[croyant] plus aux anciens partis politiques”, elle affirme s’être retrouvée dans la proposition d’Emmanuel Macron. Pour mener sa campagne municipale, elle a ainsi choisi un mouvement “dont [elle] apprécie beaucoup la qualité du dialogue et de l’expression”. Dans une dynamique de dépassement des clivages, il est tout à fait possible que des femmes et des hommes d’autres partis politiques fassent partie de sa liste municipale.L’important c’est d’avoir des convictions, des valeurs de respect, de solidarité, d’attention aux plus fragiles, et puis avoir la passion de sa ville pour un projet municipal », nous dit-elle.

L’environnement, “une responsabilité politique collective”

En lisant son slogan de campagne “Faire respirer Lille”, on ne peut s’empêcher de penser qu’un des axes principaux de son programme est l’écologie. Si elle dit bien qu’elle ne pourrait pas “faire des miracles du jour au lendemain”, Violette Spillebout veut agir et sait qu’”il y a une réalité dont les Lillois ne veulent plus ; ils veulent retrouver massivement de la nature en ville”.

La ville de Lille n’a pas été retenue comme capitale verte européenne pour 2021 et la candidate LREM pense qu’il y aura “beaucoup de travail pour qu’elle le devienne” en 2024. Elle nous déclare vouloir “placer l’environnement, et finalement le développement durable, au coeur de tous les projets”. D’ailleurs, elle souhaite que “dans chaque échelon, l’action [se sente] concrètement et vite” et parle d’une “responsabilité politique collective”.

Interview de Violette Spillebout par Daniel De Paula (à droite) et Léo Maillard (à gauche).

Les Lilloises et les Lillois sont attachés à la cause environnementale et en sont très inquiets. Samedi dernier, les jeunes, et moins jeunes, se sont mobilisés lors des clean walks organisées à Lille et partout en France. Le Pépère News a voulu savoir ce que la candidate LREM ferait concrètement, à l’échelle locale – si tant est qu’il soit possible de le faire à cette échelle – pour que Lille soit une ville propre et respectueuse de l’environnement.

V. Spillebout ne croit pas aux miracles mais pense “qu’il faut être capable de fêter et de valoriser les petites victoires et les petits changements”. Mais quoi concrètement ? “Dans un projet municipal, par exemple, l’utilisation mutualisée des équipements municipaux pour des associations participe aussi au développement durable. L’énergie utilisée tout l’hiver pour chauffer une mairie de quartier, doit servir à autre chose”, nous donne comme exemple Violette Spillebout. Mais il faudra aussi, nous fait-elle comprendre avec conviction, associer mobilité et écologie.

Mobilité : “Les Lillois sont prêts” à changer leurs habitudes

Récemment, Martine Aubry a énoncé vouloir la gratuité des transports en commun pour les étudiants, les personnes en situation de handicap et les personnes âgées. V. Spillebout est sceptique sur la question : “Je pense que la gratuité est très souhaitée par les habitants, mais j’ai encore des doutes sur cette mesure”. La candidate LREM avance notamment des problèmes liés au “coût pour le contribuable” ainsi qu’à la hausse de la fréquentation en cas de gratuité des transports en commun.

Violette Spillebout propose “une gratuité en horaires décalés poussant les entreprises et collectivités à autoriser un décalage des horaires de travail en fonction des convenances personnelles”. D’autre part, elle privilégie l’utilisation et la démocratisation des mobilités douces qu’il faudrait, selon elle, développer à Lille.

“Que la ville de Lille et sa candidate future [Martine Aubry, ndlr] propose la gratuité, ce sont des mesures assez faciles et qui plaisent à tout le monde. Donc ça ne m’étonne pas”, finit-elle par nous confier.

Les étudiants, “Une chance pour la ville”.

Lille étant l’une des principales villes étudiantes françaises, la question de l’accessibilité au plus grand nombre inquiète de plus en plus. “Il y a le sujet du logement, puis plus globalement du coût de la vie”, déclare à ce titre V. Spillebout. Préconisant un changement d’orientation, elle déplore le fait que Lille soit “fermée à la construction de résidences étudiantes, même privées”. Elle souhaite rouvrir le marché du logement étudiant, considérant qu’”il ne faut pas avoir peur des étudiants et qu’il faut “les considérer plutôt comme une chance que comme une contrainte”. 

Voir aussi

C’est de la responsabilité d’un Maire de s’occuper de tous ses citoyens”, lance-t-elle lorsque nous abordons le sujet des étudiants étrangers. Face à la hausse des frais de scolarité pour ceux-ci, elle explique qu’il y a “beaucoup de choses qui peuvent se faire”, même si cela implique d’aller “au-delà de ses compétences”.

Dans un dernier message que nous lui avons proposé d’adresser aux étudiants lillois, la candidate LREM déclare que “chez les jeunes, il y a beaucoup d’engagement. Elle espère ainsi pouvoir dialoguer avec eux, afin de travailler en partenariat dans l’élaboration d’une “vraie action politique”.

Je suis convaincue qu’on trouvera des convergences“.

Retrouvez ici l’intégralité de l’entretien du Pépère News avec Violette Spillebout :

Cliquez ici pour l’interview écrite en version longue

Quelle est votre réaction ?
Excited
4
Happy
4
In Love
3
Not Sure
0
Silly
2
Voir les commentaires (0)

Répondre

Haut de la page