En lecture
“On ne nous  donne pas les moyens pour s’en sortir” : trois sans-abri lillois témoignent de leur quotidien

“On ne nous  donne pas les moyens pour s’en sortir” : trois sans-abri lillois témoignent de leur quotidien

Une journal Sans-abri

Souvent aperçues dans la rue et devant les devantures des magasins, les personnes sans-abri deviennent presque des éléments du décor, malgré elles. Sandra, Salem et Benjamin racontent leurs situations au Pépère News et les défis qu’ils affrontent depuis de longues années maintenant.

Que ce soit dans les médias ou dans la rue, les sans-abri sont malheureusement invisibilisés. Trois d’entre-eux ont accepté de témoigner pour briser les idées reçues et mieux faire connaître leur situation.

3,023 sans-abri à Lille

Sandra, 35 ans, Salem, 31 ans, et Benjamin, 29 ans, partagent un point commun : le quotidien passé sur les pavés lillois. Le nombre de personnes sans domicile fixe progresse dans Lille et sa métropole, elles seraient 3,023 selon l’ADULM (Agence de développement et d’urbanisme de Lille métropole). Ce chiffre, Salem le connaissait. Pour lui qui s’est retrouvé à la rue subitement lorsqu’il a perdu son emploi, tout s’est effondré en une semaine. Benjamin, lui, s’est retrouvé dans la même situation lorsqu’il s’est séparé de la mère de son fils, avec qui il n’a plus de contact aujourd’hui.

C’est encore une autre situation qu’a vécu Sandra suite à la perte de sa mère et l’arrivée de la déprime. Elle avoue avoir dû se débrouiller seule, et n’a pas pu éviter la rue car elle n’a jamais été épaulée. Pour ces trois destins qui ont changé brusquement, la manche devient la seule solution pour se maintenir en vie.

Salem et Benjamin disent faire face à un cercle vicieux : pas de travail sans logement, pas de logement sans travail. Leur quotidien se résume à essayer de récolter de l’argent, sans voir apparaître de nouvelles opportunités de vie. L’hiver arrivant crée deux réactions : d’une part, Sandra le redoute même si elle l’a déjà affronté quinze fois. D’autre part, Salem et Benjamin expliquent connaître l’hiver, un événement auquel ils se sont habitués.

Pour eux, l’inquiétude se transforme en habitude. Les deux hommes affirment ne pas voir l’aide des associations. Benjamin témoigne : “On ne nous donne pas les moyens pour s’en sortir”. Sandra, elle, reçoit quelques aides de la part des associations, mais la plupart d’entre elles ne lui permettent pas d’être prise en charge à cause de son chien. Paradoxalement, c’est aussi lui qui l’aide à garder le sourire.

Un journal pour aider les SDF

“Au lieu de voir la misère au bout du monde regardez celle en bas de votre porte”. C’est ce que répond Salem quand on lui demande s’il a un message à faire passer. Là-dessus le rejoignent Benjamin et Sandra, qui évoquent une impression de mépris et de désintérêt de la part des passants face à leur situation. Sandra affirme qu’elle souhaiterait que les gens soient moins négatifs envers eux, que vivre dans la rue n’est pas “un choix de vie”.

“Au lieu de voir la misère au bout du monde regardez celle en bas de votre porte”, Salem.

Certaines opportunités se développent tout de même, grâce au mensuel “Sans Abri” par exemple, associé à l’hebdomadaire “L’itinérant”.  La mise en place de ce journal a pour but de fournir une tâche à réaliser aux  personnes en difficulté : vendre des journaux. “Notre but c’est de faire travailler les personnes en difficulté dans la vie dont certaines sans abris”. C’est ce qu’a expliquée Mauricette Dravigny, responsable de ce journal dans la région du Nord. Cela permet à des personnes comme Adrien, dormant dans sa caravane, de se mettre au service des autres en vendant un journal. 

De plus amples mesures doivent donc être mises en place pour apporter une aide à ces personnes qui demeurent dans la rue depuis trop longtemps. Le rôle de la municipalité mais aussi des associations est déjà important mais doit s’accroître pour donner aux sans-abri la vision d’un meilleur horizon.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
5
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
2
Wow !
2
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.