En lecture
Barbarians – Fidji : Lille s’est préparée à la Coupe du Monde de Rugby

Barbarians – Fidji : Lille s’est préparée à la Coupe du Monde de Rugby

Une mélée pendant le match de rugby Barbarians - Fidji au Stade Pierre Mauroy de Lille; © Aglaé Courtial

L’opposition entre les Barbarians et les Fidji (14-46) au Stade Pierre Mauroy, ce samedi, a permis de préparer l’organisation de la Coupe du Monde de Rugby à Lille en 2023. Avec du spectacle sur le terrain et une bonne ambiance en tribunes, la rencontre fut prometteuse. 

Enfin le retour du rugby de très haut niveau dans le Nord ! Ce samedi après-midi, l’OMR, représentant majeur du rugby nordiste, avait même accepté de retarder le coup d’envoi de son match de National 2 pour permettre aux spectateurs de ce “Babaas“/Fidji de filer au Stadium de Villeneuve d’Ascq dans la foulée. Après avoir accueilli les demi-finales du Top14 en 2019, le stade Pierre-Mauroy retrouvait le week-end dernier le rugby professionnel. C’est même toute la semaine précédant le match qui a permis aux équipes de la Coupe du Monde de Rugby France 2023 de réaliser un test grandeur nature avant l’accueil de l’échéance mondiale en septembre prochain.

Une semaine agitée mais qui a respecté l’esprit Babaas…

Dès lundi, les deux formations étaient déjà à Villeneuve d’Ascq pour s’habituer aux conditions. Pour les “Babaas“, c’était le coup d’envoi d’une semaine d’intense cohésion. Les joueurs, qui s’affrontent pour la grande majorité chaque week-end sur les pelouses de Top14, se retrouvaient cette fois sous le même maillot tout en nuances de bleu des Barbarians. Pour autant, le staff ne partait pas de zéro. “Les joueurs ne viennent pas pour vivre une semaine typique de club mais pour vivre une expérience” disait Frédéric Charier, l’un des co-entraîneurs. “On ne veut pas les embrouiller avec la vidéo etc. On se rend compte que les joueurs ont un peu tous les mêmes repères sur le terrain”. Une semaine de cohésion surtout en dehors du terrain, fidèle à la tradition “Babaas“. Il se murmurait dans la semaine que cette promotion hivernale des Barbarians avait bien profité des avantages qu’offre Lille la nuit… Vendredi devant la presse, le capitaine Maxime Machenaud résumait assez justement l’esprit de la semaine. “Le but est d’avoir de la cohésion, apprendre à se connaître. Aller à l’essentiel au niveau rugby et au niveau vie de groupe. La préparation, l’approche du match, la vision du jeu : tout est différent. C’est l’essence même du rugby : du plaisir, du partage. On est tellement pris par la machine à laver du Top14 que des semaines comme ça nous font le plus grand bien à la tête”. 

Mercredi après-midi au Stadium de Villeneuve d’Ascq, les Barbarians s’entraînaient devant quelques centaines de personnes dans une ambiance familiale. © Thomas Palmier.

Côté fidjiens, la semaine a montré à quel point les hommes de Vern Cotter prenaient au sérieux ce match. Tatillons sur les horaires, faisant tourner en bourrique les organisateurs en changeant plusieurs fois leur programme, interdisant à la presse de filmer des extraits de l’entraînement du lundi : le match a été préparé avec le même sérieux que lors des précédents affrontements face à l’Écosse et le week-end précédant en Irlande. “C’est une autre opportunité de travailler nos combinaisons et notre cohésion disait l’ancien entraîneur de l’ASM. À un an de la Coupe du Monde, c’est nickel de jouer à Lille, dans un grand stade. Les installations sont exceptionnelles, avec un toit. Qu’importe l’adversaire, on se prépare pour la Coupe du Monde de Rugby“. D’autant que les Barbarians, “une équipe qui fait rêver” (Cotter), prônent un style de jeu très proche de celui des Fidji, porté sur l’offensive.

Après un premier entraînement ouvert au public en début de semaine (lundi pour les Fidji et mercredi pour les Babaas), tout ce beau monde s’est retrouvé vendredi pour découvrir le stade Pierre-Mauroy. Au programme : captain runs puis les traditionnelles conférences de presse de veille de match. L’occasion de rappeler à Maxime Machenaud son dernier passage ici, en 2019 pour la demi-finale du Top14 perdue par son Racing face à La Rochelle. “Pas un bon souvenir… Mais j’ai aussi connu la joie ici avec cette victoire contre l’Argentine en 2012 avec les Bleus (39-22) dans une ambiance assez folle. Je vais plutôt retenir ça (sourire)“. Il pouvait s’en douter le vendredi, mais en pénétrant samedi sur la pelouse, il a saisi que dix ans plus tard, le public nordiste était encore là.

Du spectacle sur et en dehors du terrain

Après l’arrivée du ballon par les airs, apporté sur la pelouse en rappel depuis le toit du stade par les hommes du RAID, le coup d’envoi était donné par les Barbarians. Annonciatrice de l’ambiance chaleureuse en tribune tout au long de la rencontre, la première d’une longue série de holas était lancée, seulement quelques minutes après. Comme dans les gradins, le match commençait aussi fort sur le terrain grâce à la transformation de l’essai du Fidjien Nayacalevu, excellent en première mi-temps avant de sortir sur blessure. Dominés, les Barbarians résistaient tant bien que mal aux salves de leurs adversaires océaniens avant de craquer. 7 à 26 à la pause pour ceux qui entameront leur Coupe du Monde de Rugby à Bordeaux contre le Pays de Galles.

Matteo Le Corvec avec le maillot des Barbarians pendant le match Barbarians - Fidji de préparation à la Coupe du Monde de Rugby au Stade Pierre Mauroy © Aglaé Courtial
Mattéo Le Corvec et ses coéquipiers français n’auront pas résisté au rouleur compresseur fidjien © Aglaé Courtial

La deuxième mi-temps reprenait sur les mêmes bases. Les Barbarians, toujours plus en difficulté ont progressivement levé le pied tandis que les changements n’apportaient pas le coup de fouet attendu. Malgré beaucoup d’exploits individuels, les Fidjiens célébraient la victoire sans effusions de joie tant les approximations collectives furent nombreuses malgré leur large avance comptable. Point positif pour les Français, la cohésion et l’esprit “Babaas” bien intégré par ce groupe, formé de nombreux joueurs dont c’était la première sélection. À l’arrivée, un score final de 14 à 46, synonyme de cuisante défaite pour les Barbarians, ce qui n’a pas empêché le public de se signaler tout au long de la rencontre.

Un bilan positif avant la Coupe du Monde de Rugby

À moins d’un an d’accueillir la Coupe du Monde de Rugby au Stade Pierre Mauroy, l’évènement relevait presque de la répétition générale pour les organisateurs de la rencontre, ceux-là même qui orchestreront les matchs, en terre lilloise, de la plus importante compétition rugbystique. À l’arrivée, le bilan était positif si l’on en croit les constats recueillis à l’issue de l’opposition. Parmi les organisateurs, on se félicitait d’un déroulement sans embûche tout au long de l’après-midi mais aussi du spectacle sur le terrain et en tribune, où les 18.762 spectateurs ont donné un avant-goût de l’ambiance festive à laquelle s’attendre en 2023.

Christian Labit, l’entraîneur des Barbarians, et son capitaine, Maxime Machenaud, s’accordaient, d’ailleurs, pour expliquer qu’ils n’étaient pas surpris d’une telle ambiance après l’accueil chaleureux reçu toute cette semaine à Lille. Unique bémol pour les deux hommes, la météo peu clémente ces derniers jours qui a tranché avec le soleil de leur sud-ouest natal.

La seule fausse note ce samedi restera l’image des longues files d’attentes aux entrées du stade quelques minutes seulement avant le coup d’envoi. Pour les organisateurs, cela ne relevait pas de leur responsabilité, les portes ayant été ouvertes près d’une heure et demie avant le début du match. L’arrivée en masse des supporters pendant les 20 dernières minutes précédant l’heure de la rencontre a créé un afflux trop important pour réussir à les faire entrer à temps. Pas d’inquiétude pour l’organisation qui rappelait que lors des grandes compétitions comme la Coupe du Monde de Rugby, le public a tendance à venir bien plus tôt au stade. Pas de doute qu’il sera là en avance le 14 septembre 2023 pour le premier des cinq matchs de la compétition prévus au Stade Pierre Mauroy.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Voir les commentaires (0)

Répondre

Votre adresse Email ne sera pas publié

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.