En lecture
Aurélien Mekil, le nordiste qui grimpe

Aurélien Mekil, le nordiste qui grimpe

© Aurélien Mekil

Âgé de 21 ans,  le Lesquinois Aurélien Mekil a épaté la galerie en s’adjugeant contre toute attente la Race Accros France 500, une course cycliste de 543 kilomètres. Avec cette victoire, le jeune Nordiste ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et se laisse encore le droit de voir plus loin.

« Je me suis inscrit au RAF 500 au dernier moment »

Le 15 août, après 26 heures d’effort à résister à la fatigue, à la douleur, Aurélien Mékil savourait en levant les bras sur la RAF 500. « Une course cycliste ultra-distance de 543 kilomètres qui part de Cannes et qui arrive à St Jean en Royan dans le Vercor. Il y a 10 000 mètres de dénivelé positif et on passe notamment par le sommet du Mont Ventoux ». Une course loin d’être une partie de plaisir.

Pourtant, rien ne prédestinait le cycliste lesquinois au départ de la RAF 500. « Cet été, j’ai fait ma saison estivale en tant que maître nageur à St-Tropez pas très loin de la course. Comme le départ était à côté, c’était tellement dommage de ne pas y aller. Sur un coup de tête, je me suis donc inscrit au dernier moment », nous explique-t-il.

Aurélien Mekil, sur son vélo pendant la RAF 500. Crédit photo : Aurélien Mekil

« Deux jours avant, si on m’avait dit que je gagnerais, je n’y aurais jamais cru ! »

Un nouveau défi encore réussi pour Aurélien Mekil qui depuis deux ans se lance chaque été dans une nouvelle aventure. Après le GR20 et le Mont-Blanc, c’était le RAF 500 qui se présentait devant le cycliste. Et il faut dire que c’est encore une mission réussie pour cet étudiant en L3 Management à STAPS Lille.

Car contre toute-attente, l’ultra-cycliste lesquinois s’est adjugé l’épreuve. Une victoire inespérée pour Aurélien Mékil qui arrivait sur la RAF 500 en quête de plaisir et d’aventure. « Moi j’étais juste parti dans le but de me découvrir, de me surpasser. Deux jours avant si on m’avait dit que je gagnerais, je n’y aurais jamais cru ».

Aurélien Mekil sur les routes du Sud de la France. Crédit Photo : Aurélien Mekil

Avec seulement un mois de préparation dans les jambes, l’étudiant de 21 ans ne s’attendait pas à produire une telle performance sur les routes du Sud de la France. Car outre les 10 000 mètres de dénivelé positif, il fallait aussi résister à la faim et au sommeil. « C’est une course sans assistance, tu te débrouilles tout seul ! Au total, j’ai fait 22 heures de vélo et j’ai fait 4 heures d’arrêt. Je n’ai pas dormi mais j’ai réussi à m’allonger 1h30″, raconte Aurélien Mékil. Une course difficile qui rend donc la victoire encore plus belle.

Le RAF 2600 comme prochain objectif

Une victoire d’autant plus inespérée, que le sport d’origine du nordiste n’est autre que le BMX. Une passion qui est née « à l’âge de 6 ans et que j’ai poursuivi pendant une dizaine d’années ». Mais une blessure au poignet à l’adolescence obligera le récent vainqueur du RAF 500 à changer de sport. Aujourd’hui, outre la passion du vélo qui est restée intact, Aurélien Mekil s’est pris d’amour pour le motocross qu’il pratique régulièrement.

 

View this post on Instagram

 

🔜 CFS Round #3 #cfs#unikbysw#ettoituesunik#daytonamotors #magescq#budracingtrainingcamp

A post shared by Mekil Aurelien (@aurelien_mekil) on

Désormais, l’ultra-cycliste de 21 ans voit encore plus loin et ne se donne aucune limite. Prochain objectif : le RAF 2600. Une course qui part de Cannes et qui arrive dans le Nord au Touquet. « Avec un an de préparation c’est envisageable. J’ai découvert un monde, une ambiance, des gens sympathiques, donc j’ai vraiment envie de revenir sur la RAF. Et puis arriver à la maison, ça peut être sympa !« , se réjouit déjà Aurélien Mekil.

Crédit Photo : Aurélien Mekil
THOUAULT Eloi

L’article Aurélien Mekil, le nordiste qui grimpe est apparu en premier sur Les Olympistes.

Quelle est votre réaction ?
J'adore !
0
J'ai hâte !
0
Joyeux
0
MDR
0
Mmm...
0
Triste...
0
Wow !
0
Pépère News

GRATUIT
VOIR